AccueilBTPLa Ciotat : chantier hors norme pour la grande forme

La Ciotat : chantier hors norme pour la grande forme

Spécialisé dans les ouvrages complexes de travaux publics, le groupe NGE est en train de restructurer la grande forme de radoub des chantiers navals de La Ciotat. Visite guidée sous le niveau de la mer.
La Ciotat : chantier hors norme pour la grande forme
J-P Pierrat - Cet ouvrage fait 335 m de long pour 60 de large et 9 mètres de profondeur

BTPBouches-du-Rhône Publié le ,

Les responsables locaux de l’entreprise NGE le reconnaissent volontiers : les travaux qu’ils sont en train de conduire aux chantiers navals de La Ciotat pour dédoubler la grande forme historique, restent exceptionnels. « Avec notamment des voiles de 3,5 m et des murs en béton d’une épaisseur d’un mètre pour la station de pompage, on en aura rarement autant coulé [8 000 m3 en tout, NDLR], souligne avec entrain Cyril Palermo, le conducteur de travaux de NGE qui mène la visite. Et pas n’importe quels bétons, mais avec des ciments PM-ES à haute teneur en laitier, conçus pour résister à l’agression des eaux sulfatées car nous sommes en effet, dans une forme de radoub, en zone de marnage », rappelle encore le technicien.

Diaporama

Lancer le diaporama5 photos

335 mètres de long

De dimension particulièrement impressionnante, cet ouvrage de 335 m de long pour 60 de large et 9 mètres de profondeur, servait à l’époque, du temps de l’apogée des chantiers navals ciotadens, à la fabrication des longs pétroliers et méthaniers qui en sortaient. A l’arrêt des années 80 aux années 2000, cette grande forme a retrouvé de l’intérêt avec la reconversion du site en pôle d’activités dédié à la haute plaisance et aux méga yachts car pouvant accueillir les plus grandes unités qui vont en la matière de 80 à 180, voire 200 m de long ! Elle génère ainsi entre 20 et 30 ME de CA par an.

Bassin 2 en 1

Pour plus de flexibilité d’utilisation cependant, il a été décidé de la reconfigurer. « Il s’agit de la compartimenter et de la scinder selon un rapport deux tiers, un tiers, pour pouvoir le mettre à sec à 70 ou à 100 % de sa surface selon les besoins de carénage ou au contraire de quai pour dans ce cas généralement des travaux à bord des navires, explique pour sa part Michel Charroin, directeur d’agence Paca-Languedoc-Roussillon de NGE. La réhabilitation des 12 000 m2 de terre-plein qui la longent et qui avaient beaucoup souffert (infiltrations, usure…) fait également partie du programme arrêté par le maître d’ouvrage, la Semidep, et son maître d’œuvre, Tractebel, précise-t-il. Coût de l’opération : 5,8 ME dont 3,7 ME de gros œuvre. Commencé en novembre 2015, le chantier, qui mobilise une centaine de personnes, sous-traitants compris, et qui l’immobilise ainsi durant un an, est prévu pour s’achever en septembre prochain.

Retrouvez l'intégralité de notre reportage dans le numéro 1139 de TPBM (parution le 20/07/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?