AccueilEconomieLa CCI Marseille Provence refuse de payer Bercy

La CCI Marseille Provence refuse de payer Bercy

Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille Provence entend contester devant les tribunaux la nouvelle "ponction" de 16 millions d'euros prévue par Bercy.
La CCI Marseille Provence refuse de payer Bercy
CCIMP - Jacques Pfister (au centre) lors des voeux à la presse de la CCI en 2015

EconomieBouches-du-Rhône Publié le ,

Les relations entre certaines chambres consulaires, comme celle de Marseille Provence, et le gouvernement vont encore un peu plus se tendre. Lors d'un déjeuner avec la presse ce mardi 6 mai, Jacques Pfister, le président de la CCI Marseille Provence a confirmé qu'il entendait bien "aller au contentieux avec Bercy".

"La trajectoire fiscale de Bercy pour les CCI se confirme. Nous allons enregistrer une baisse de nos revenus pour les années 2015, 2016 et 2017 en plus d'une ponction sur notre fonds de roulement ".

Sur les 500 millions d'euros que l'Etat veut "raboter" au budget des CCI de France, la CCI Paca est concernée à hauteur de 45 millions d'euros et la CCI MP devra boucler son année avec "16 millions d'euros en moins".

"Dans ces conditions, nous attaquons Bercy et nous considérons que cela est suspensif " précise Jacques Pfister. La chambre consulaire marseillaise et provençale ne versera donc pas l'argent à l'Etat. Le patron de la chambre de commerce tape du point sur la table : "Nous avons une réunion avec nos avocats. Nous devons payer pour le 15 mai. Nous ne le ferons pas". Dans la région Paca d'autres CCI devraient suivre cette fronde.

Le président rappelle que la CCI MP "n'est pas un établissement public comme un autre. Nous sommes là pour accompagner les politiques de l'Etat et les entreprises, mais nous ne sommes pas au service de l'Etat ". Jacques Pfister souligne que cet "argent appartient aux entreprises " et qu'il est destiné "à accompagner le développement économique local", dans un contexte de construction de la métropole.

La CCI MP comprend pourtant les efforts demandés par l'Etat : "il est logique de contribuer à l'effort de redressement général et la CCI fait cet effort. Ce n'est pas nouveau", rappelle le président de la CCI MP.

En 2015 la chambre de commerce va perdre une soixantaine de postes, dont trente qui étaient mis à disposition de l'école Centrale de Marseille.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?