Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

marseille La Castellane : la tour K déconstruite par écrêtage

Bouches-du-Rhône Publié le - - BTP

La Castellane : la tour K déconstruite par écrêtage
Teddy Seguin - L'écrêtage devrait commencer début 2020, après le désamiantage et les travaux de curage.

Les travaux de déconstruction de la tour K, emblème de La Castellane à Marseille, ont commencé mi-septembre. La technique de foudroyage, souvent utilisée, n'a pas été retenue. L'écrêtage a été préféré, notamment à cause de la promiscuité avec les autres bâtiments de la cité.

Les images de barres HLM s'effondrant comme un château de cartes sous le souffle d'explosifs font régulièrement la Une des journaux télévisés. Spectaculaire, rapide (en apparence), cette technique du foudroyage n'a pourtant pas été retenue pour faire disparaître du paysage la tour K. Pour raser ce qui est en réalité une double tour de 15 étages (la tour étant constitué de deux immeubles reliés entre eux), Erilia a opté pour un procédé plus inédit qui consiste à écrêter le bâti. « Nous avions trois options : le foudroyage, grand classique, le grignotage par pelle à grand bras, autre grand classique, et l'écrêtage », expose Eric Planchon, chargé d'opération chez le bailleur.


Lire aussi : La Castellane : la tour K à l'heure de la déconstruction


Le foudroyage a été écarté rapidement car la tour est beaucoup trop proche des autres bâtiments et du boulevard Barnier. « Il aurait fallu évacuer tout le quartier », note M. Planchon. La solution pelle à grand bras a également été recalée : « Elle impliquait un certain recul que la hauteur de la tour ne nous autorisait pas. On aurait butté sur les autres immeubles », ajoute le chargé d'opération. Restait donc que la technique de l'écrêtage.

« On déconstruit le bâti étage par étage. C'est plus lent qu'avec une pelle à grand bras mais cela permet de préserver les circulations au pied de l'immeuble ».

Une donnée cruciale pour cette géante de béton posée à l'entrée du quartier La Castellane, juste au-dessus des voies intérieures et des aires de stationnement.

30 semaines pour grignoter le bâtiment

Pour réaliser cette opération de grignotage, Erilia a fait appel à Premys, filiale du groupe Colas spécialisée dans la déconstruction. Dès la fin de l'année 2019, après les travaux de curage de tous les éléments qui ne participent pas à la stabilité de l'ouvrage (huisseries, plomberie, revêtements de sol, faux plafonds, placards, etc), l'entreprise entrera en action : « Cinq à six mini pelles équipées de croqueurs à béton seront installées au sommet de la tour au moyen de grues mobiles. Ces petits engins grignoteront le béton étage par étage jusqu'au niveau du sol », indique Frédéric Haensler, chef de l'agence Premys Méditerranée. « On avancera au rythme d'un niveau toutes les deux semaines », précise le dirigeant de Premys.

Les gravats seront évacués au fur et à mesure via une trémie aménagée au milieu du corps du bâtiment. Ils seront ensuite acheminés par camions vers des centres de traitement afin d'être valorisés. Les déchets inertes seront dirigés vers le centre de stockage de la Nerthe, voisin du quartier. Les autres déchets (métaux, plâtres, bois, électroniques...) iront dans des centres de traitement adaptés tous situés au sein de l'aire métropolitaine marseillaise (à Aix, Martigues et Marseille).

« Les 10 500 tonnes de béton seront valorisés à 90% après concassage », précise M. Haensler.

Une partie de ces matériaux sera d'ailleurs réutilisée sur place « Ils nous serviront de remblai du futur talus qui sera réalisé sur l'emprise de la tour », indique M. Planchon

Pour Premys qui a déjà mis en oeuvre cette technique de l'écrêtage sur les projets de rénovation urbaine du quartier Berthe à La Seyne-sur-Mer (Var) et sur la cité Condorcet à Montpellier, le chantier de la tour K revêt une dimension particulière : « Déconstruire un immeuble aussi haut par ce procédé, c'est exceptionnel », affirme M. Haensler.

Sécurité à tous les étages

La proximité de la tour K avec les autres bâtiments encore tous habités n'a pas des conséquences que sur le seul procédé déconstructif. « La sécurité est l'enjeu numéro un du chantier », insiste Eric Planchon. Pendant les travaux, le bâtiment sera protégé par des filets. « Cette maille sera reliée à une grande plate-forme qui coulissera vers le bas le long d'un rail à mesure de l'avancée du processus de grignotage », précise M. Haensler. Cette plateforme protègera à la fois les ouvriers et le voisinage des chutes de matériaux.

Le chantier situé dans un ensemble inscrit dans un quartier prioritaire de la ville (QPV) sera évidemment gardienné. Une société mandatée par Premys veillera 24 heures / 24 sur le site. Et en dehors des heures de travail, deux maîtres chiens assureront la surveillance de la tour.

Désamiantage

Comme dans de nombreux ensembles construits dans les années 1960, de l'amiante a été utilisé pour isoler les immeubles de La Castellane. Des traces de ce qui était alors perçu comme « l'isolant miracle » ont été décelées au sein de la tour K. « On a repéré de très faibles traces », révèle Eric Planchon. Avant d'engager les travaux de déconstruction proprement dits, l'entreprise va donc s'atteler à ôter les restes d'amiante. Une opération réalisée par du personnel qualifié dans des conditions de sécurité draconiennes. « On mobilisera du personnel agréé à intervenir sur ce type de chantier », assure M. Haensler. Après confinement, les déchets seront acheminés vers le centre de traitement de Bellegarde, dans le Gard.

Calendrier des travaux :

  • 19 août : signature de l'ordre de service à l'entreprise Premys
  • Mi-septembre : installation de chantier
  • Fin septembre jusqu'à fin 2019 : désamiantage et travaux de curage du bâtiment
  • Début 2020 jusqu'à l'été 2020 : travaux de déconstruction (écrêtage)
  • Rentrée 2020 : fin des travaux



William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer