AccueilEconomieL'UIMM Alpes-Méditerranée est née de la fusion de trois départements

L'UIMM Alpes-Méditerranée est née de la fusion de trois départements

L'UIMM Var et l'UIMM Provence-Alpes, représentant les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône, ont fusionné pour créer un seul syndicat qui représentera de façon plus forte les industries de la métallurgie.
L'UIMM Alpes-Méditerranée est née de la fusion de trois départements
XDR - Au centre, Thierry Chaumont, président de l'UIMM Alpes-Méditerranée

Economie Publié le ,

Pour l’instant Alpes-Maritimes et Vaucluse font encore cavalier seul, mais l’Union des Industries et métiers de la métallurgie vient d’entamer un mouvement de fusion qui a donné naissance à l’UIMM Alpes-Méditerranée. Depuis le 1er juillet dernier, cette nouvelle organisation patronale regroupe les anciennes organisations du Var et des Alpes-Méditerranée (qui englobait les Bouches-du-Rhône et les Alpes-de-Haute-Provence). Son président est Thierry Chaumont et son délégué général Serge Bornarel.

Peser face aux décideurs

L’idée est bien entendu « d’optimiser le service aux adhérents et de développer de nouveaux moyens ». Ses dirigeants ont aussi en vue de peser plus face aux décideurs politiques, puisque les interlocuteurs en matière d’économie sont dorénavant à la région. L’UIMM Provence-Alpes regroupe 450 entreprises pour 40 000 salariés dans les domaines des domaines industriels aussi variés que les filières aéronautiques, navales, l’acier ou la micro-électronique.

Cette nouvelle structure porte trois ambitions fortes. Elle entend négocier une nouvelle convention collective, intégrer le numérique dans les formations et évolutions du métier et réfléchir à une nouvelle productivité industrielle en rapport aux évolutions technologiques.

Vers une plus large régionalisation

Si son siège se trouve à Marseille, une antenne territoriale a été gardée dans le Var. Mais cette UIMM élargie à trois départements n’est qu’une étape vers une plus grande régionalisation. « On va prendre le temps de bien faire les choses » rassure Thierry Chaumont, en regardant vers l’Est de la région et vers le Vaucluse. Les Hautes-Alpes ne sont pas oubliées, « même si la centaine de salariés du secteur dans ce département dépend de la convention collective de l’Isère ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?