AccueilBTPL'extension de la station d'épuration de Manosque, projet phare de la communauté d'agglomération

L'extension de la station d'épuration de Manosque, projet phare de la communauté d'agglomération

Corollaire à l'accroissement de la population, supérieure à la moyenne départementale, la Communauté d'agglomération de Manosque doit requalifier ses équipements et augmenter leurs capacités. Zoom sur la future station d'épuration manosquine.
L'extension de la station d'épuration de Manosque, projet phare de la communauté d'agglomération
L-N.S. - la nouvelle STEP de Manosque est un équipement dit pérenne, prévu pour 30 ans.

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

D’ici à février 2016, la station d’épuration (STEP) de Manosque aura doublé sa capacité de traitement et passera de 27.000 à 54.000 équivalents habitants. Si aujourd’hui chaque commune traite ses eaux usées séparément, les élus de la DLVA (Durance Luberon Verdon Agglomération) s’orientent vers une mutualisation des compétences, et c’est bien la nouveauté de cet équipement qui traitera les eaux usées de Pierrevert mais également celles de Manosque.

Faire des économies à l’heure de la baisse des dotations de l’Etat et améliorer la qualité des rejets qui s’effectuent dans les eaux de la Durance, sont les défis à relever par ses nouveaux équipements L’extension achevée, la STEP sera en capacité de traiter 7.063 m3/jour par temps sec et 9.675 m3/jour par temps de pluie, avec un débit maximum instantané de 800 m3/heure en entrée filière biologique.

Les nouveaux équipements

Viendront s’ajouter aux équipements présents, la construction de deux nouveaux postes de relevages affectés au pompage des eaux usées. Pour la filière biologique, un bassin d’aération et un clarificateur de 31 mètres seront conservés. Une nouvelle file de type boues activées, identique à l’existante, et une nouvelle zone anaérobie, permettant de traiter le phosphore, seront créés. La déshydratation des boues se fera dans deux centrifugeuses qui permettront leur externalisation en centre de compostage. Un bâtiment de stockage destiné à entreposer les bennes sera également bâti.

Au-delà du territoire manosquin, les graisses produites sur le déshuileur seront reprises puis traiter biologiquement sur le site. Enfin, pour les produits de curage des réseaux, les sables produits seront traités par un dessableur, puis valoriser en VRD (voiries et réseaux divers).

Le chantier :

Maître d’ouvrage : Durance Luberon Verdon Agglomération (DLVA)
Maîtrise d’œuvre : Magali Granier. IRH BEE
Process : Stereau
Architecte : Stéphane Goavec
Génie civil : Cosepi

Quelques chiffres :

Coût global : 6.090.000 € HT

Financement HT :

DLVA : 5.148.000 €
Conseil régional Paca : 884.520 €
Conseil général 04 : 407.000 €
Agence de l’eau RMC : 50.000 €

270 m3 de béton nécessaire pour le radier

5.000 m2d’espace destiné à la STEP

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?