AccueilEconomieL'économie sociale et solidaire, acteur du tourisme alpin

L'économie sociale et solidaire, acteur du tourisme alpin

La Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire (Cress) et l'Union nationale des associations de tourisme et de plein air (Unat) ont organisé une journée d'échanges autour sur l'impact économique du tourisme social et solidaire.
L'économie sociale et solidaire, acteur du tourisme alpin
M. Fauchâtre - Le village de vacances du Chadenas, un havre de paix.

EconomieHautes-Alpes Publié le ,

Quels sont les impacts du tourisme social et solidaire sur l’économie ? Ce dernier est très présent dans les Hautes-Alpes via les centres de vacances et de loisirs notamment. Pour répondre à cette question, la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Provence-Alpes-Côte d’Azur (CressPaca) et l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (Unat) se sont retrouvées, le 12 septembre, dans les locaux du village de vacances du Chadenas, situé sur la commune de Puy-Sanières. Cette journée d’échanges et de réflexion était co-organisée avec l’association Les Têtes de l’art.

Manon Lambert, chargée d’études à la Cress Paca, présente les chiffres du tourisme social et solidaire dans les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence. « Dans les deux départements alpins, le tourisme représente un des plus grands volumes d’emplois de la région », avec 12 000 emplois, 1 700 employeurs et 276 M€ de salaires. Concernant les achats responsables, la Cress incite ses adhérents à effectuer des achats groupés. « Ces éléments font partie d’un schéma d’achat des sociétés responsables », indique Manon Lambert.

Yannick Gallien, vice-président de la Cress Paca, rappelle le contexte induit par la loi Hamon. « Elle donne plus de résonance à l’économie sociale et solidaire (ESS), plus de richesse aux territoires qui appuient leur économie sur le tourisme. »

Désaffection pour les classes de neige

Chantal Eyméoud, 2e vice-présidente du conseil régional Paca, souligne que « la région est une grande machine : le temps que nous fassions le point sur le budget et devant la baisse des dotations de l’Etat, il va nous falloir réintégrer les orientations budgétaires dans le SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation, NDLR)». Cette dernière pointe la désaffection des enfants et de leurs parents pour les centres de loisirs des Hautes-Alpes : « Avant les enfants connaissaient la montagne, les classes de neige diminuent de plus en plus. Il y a un travail à faire. »

La suite de cet article est à lire dans le numéro 1151 de TPBM (parution le 12/10/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?