Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

[Rendez-vous] L'architecture sportive et partagée de Christophe Flachaire

le - - Architecture

[Rendez-vous] L'architecture sportive et partagée de Christophe Flachaire
J. Ph. Pierrat - Christophe Flachaire (à g.) et Brice Maggio (à dr.), devant le béton matricé très tendance du gymnase.

Architecte exerçant en solo, Christophe Flachaire aime partager ses réalisations. A l'instar du gymnase Arc de Meyran qu'il construit actuellement à Aix-en-Provence.

Comme le dit si bien l’architecte marseillais Christophe Flachaire :

« Un chantier, ça reste toujours assez sportif… ».

En effet, entre le plaquiste qui vous plaque dans la dernière ligne droite, les problèmes, non pas de robinets, mais presque (de lavabos dans les WC handicapés pour être plus précis), et autres aléas divers et surprises de dernière minute même si généralement tout est réglé au mm près dès les études de conception, ce n’est pas toujours une sinécure que de construire un gymnase comme c’est le cas ici, à Aix, dans le quartier Arc de Meyran, pour et à proximité du collège éponyme. « Mais c’est ce qui fait aussi le charme du métier », ajoute aussitôt celui-ci, bonnet vissé sur la tête pour lutter contre le froid qui se dégage toujours en hiver d’un bâtiment en construction.

Lui qui dit également, en plaisantant, que depuis il a passé le « cap des 40 », il ne se considère plus comme « un jeune architecte », dispose en effet aujourd’hui d’une solide expérience en matière d’équipements sportifs. Exerçant quasi exclusivement dans le cadre de commandes publiques (hormis pour les équipements industriels qui lui plaisent bien également), il sait cette « spécialisation » un peu inhérente au système. « Cela rassure les maîtres d’ouvrage », souligne-t-il.

L’esprit d’équipe

Et pour cette nouvelle réalisation de ce genre qui lui a été confiée, à Aix, le maître d’œuvre s’est ainsi naturellement associé à Brice Maggio, un plus jeune architecte qui a débuté à ses côtés, et ce d’autant plus que cela était demandé par le maître d’ouvrage, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

« J’aime cette façon de faire, de confronter les visions. Les relations humaines aussi, y compris sur le chantier, avec les responsables des entreprises, les intervenants. J’ai envie de partager. »

Lorsqu’il sera fini, dans quelques mois, l’équipement, situé rue Henri Moissan, aura cet aspect.

Le dojo de Forcalquier, autre équipement sportif signé Christophe Flachaire.

La suite de ce portrait d'architecte est à lire dans le numéro 1113 de TPBM (20/01/2016)




J. P. Pierrat
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer