Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

L'APIJ relance le marché de conception-construction pour les Baumettes 3

Bouches-du-Rhône Publié le - - Urbanisme

L'APIJ relance le marché de conception-construction pour les Baumettes 3
Archi5Prod - Une vue aérienne des Baumettes.

L'agence publique pour l'immobilier de la justice (APIJ) vient de relancer une consultation pour sélectionner le groupement de concepteurs-constructeurs qui pilotera la seconde phase de l'opération d'ici 2022. Un chantier dont le devis est estimé à près de 95 millions d'euros HT.

Deux ans après une première consultation déclarée sans suite, l'agence publique pour l'immobilier de la justice (APIJ), bras technique de la Chancellerie vient de relancer le marché de conception-réalisation pour la seconde phase du projet de rénovation de la prison des Baumettes.

Le projet dont le devis est estimé à près de 95 millions d'euros HT prévoit la démolition de l'actuelle maison d'arrêt des hommes et l'aménagement, à l'horizon 2022, d'un nouveau centre pénitentiaire de 740 places (environ 16.500 m2 de surface utile). Durant les travaux (2020 à 2022), la plupart des prisonniers seront transférés dans les deux nouvelles prisons d'Aix (Luynes-2) et de Draguignan.

Cette opération baptisée « Baumettes 3 » verra la lumière sur l'emprise de l'actuelle prison pour hommes conçue par Gaston Castel dans les années 30. Elle viendra prolonger le lifting engagé par la Chancellerie au début des années 2010.

Un premier marché de 84 millions

Au printemps 2012, l'APIJ avait en effet confié au groupement associant Vinci Construction et sa filiale Travaux du Midi (mandataires), le cabinet d'architecte Archi5Prod (Montreuil, 93) et le groupe d'ingénierie Artelia un premier marché de conception-réalisation pour le projet dit « Baumettes 2 » (montant : 84 M€ HT).

En juin 2017, Vinci et ses partenaires ont livré une nouvelle maison d'arrêt de 573 places (23 000 m2) sur le site libéré par le déménagement du centre pénitentiaire pour femmes. Ce nouvel établissement agrège deux quartiers d'hébergement pour hommes de 150 places chacun, un quartier d'accueil et d'évaluation de 60 places pour hommes et un quartier d'hébergement pour femmes de 174 places. Cet ensemble est complété par des ateliers (dédiés à la formation et au travail volontaire) et par des « unités de vie familiale », des petits logements (2 ou 3 pièces) où les familles des détenus peuvent partager un semblant d'intimité durant de courtes périodes (de 6 à 72 heures).

Des fenêtres anti-nuisances pour le voisinage

La Chancellerie devra toutefois composer avec la mauvaise humeur des riverains. Depuis la mise en service des Baumettes 2, les habitants des pavillons et des résidences voisins se plaignent des nuisances sonores engendrées par les détenus dont les nouvelles cellules offrent pour certaines une vue plongeante sur les terrasses des logements. Insultes, cris, parloirs sauvages... Le quotidien de ces voisins est devenu un cauchemar, une situation qui les a poussés à interpeller le maire de secteur (9e et 10e) Lionel Royer-Perreaut. Lequel a aussitôt alerté la direction de l'APIJ... L'appel a été partiellement entendu semble-t-il : dans son avis de mise en concurrence, l'APIJ incite les candidats à « proposer des fenêtres de cellules innovantes permettant de traiter la gestion des nuisances sonores ainsi que le confort thermique d'été ».

Une mission de 58 mois

Le groupement lauréat du projet « Baumettes 3 » devra assurer une mission globale qui comprend la constitution et le suivi de l'instruction des dossiers d'autorisations administratives, les études de conception et d'exécution, la réalisation des travaux (y compris VRD) et l'aménagement du bâtiment... le tout selon une procédure « BIM » (« Building information modeling »). Les candidats ont jusqu'au 14 janvier 2019 pour présenter leurs dossiers. Dans la foulée trois ou quatre groupements (architectes, Bet et entreprises générales de construction) seront retenus pour participer à une procédure de dialogue compétitif. Chaque finaliste percevra une prime de 330.000 euros HT. Le lauréat qui sera retenu fin 2019 se verra confier une mission de 58 mois (incluant la garantie de parfait achèvement).

Les missions comprennent la constitution et le suivi d'instruction des dossiers d'autorisation administrative, les études de conception, les études d'exécution, la réalisation des travaux (y compris Voiries et Réseaux Divers) et l'aménagement du centre pénitentiaire. Il est prévu de mettre en place une procédure BIM sur l'opération.




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer