AccueilEconomieL'Adeto innove en responsabilité sociétale

L'Adeto innove en responsabilité sociétale

Avec l'Apacte, c'est une démarche totalement novatrice et expérimentale que l'Adeto, association gestionnaire de la plus importante zone d'activités du Var, lance avec des partenaires experts. Laquelle zone devient en effet site pilote du projet national d'Appui aux aidants actifs et entreprises, anticipant une problématique sociétale majeure.
L'Adeto innove en responsabilité sociétale
O. Réal - Michel Cresp (Adeto), Béatrice Jungas (Humanis), Jocelyne Extra (CID, et Emmanuel Bouillin (Novation Consulting).

EconomieVar Publié le ,

A l'heure actuelle, 15 à 20 % de la population active sont ce que l'on appelle des aidants, auprès d'un proche dépendant ou malade (conjoint, parent, enfant…), et des études montrent que cela impactera 40 % des gens à l'horizon 2030. Or, cet accompagnement chronophage en énergie et en déstabilisation psychologique n'est pas sans conséquence, inévitablement, sur l'activité professionnelle des personnes aidantes. L'équilibre entre vie personnelle et travail ainsi mis en péril est potentiellement source de déséquilibre économique majeur à terme.

Dans ce contexte, évoquant avec une honnêteté qui l'honore cette préoccupation économique totalement corrélée à l'aspect humain, Michel Cresp, chef d'entreprise et président du Pôle d'activités de Toulon-Ouest, Adeto*, a présenté le 23 mars à Toulon, lors du salon Var Up, le projet Apacte (Appui aux aidants actifs et entreprises) expérimenté sur son territoire. Trois sites pilotes ont été retenus en France (les deux autres étant dans les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis) afin de sensibiliser les chefs de PME et TPE aux enjeux pour les sociétés (et la société en général), leur permettre de mieux comprendre le sujet pour mieux le prendre en compte, les informer sur les politiques publiques et les soutiens divers en la matière, dégager des pistes de modélisation de solutions. Il s'agit d'œuvrer à l'échelle de ces entreprises, plus fragiles, plus démunies et forcément moins organisées que les grands groupes ou les administrations face ce type de problématiques.

Bien (savoir) être

Déjà impliquées dans des actions visant à inciter les entreprises à améliorer leurs pratiques environnementales et sociétales (1er prix RSE** Paca Parc d'activités et certification ISO 14001 niveau 2, entre autres), rassemblant 17 000 salariés et 1 500 entreprises sur trois communes, Six-Fours, La Seyne, Ollioules, l'Adeto s'engage dans cette démarche exploratrice, exemplaire et gratuite. Laquelle est portée par des partenaires experts des questions soulevées. A savoir Novation Consulting, bureau d'études en stratégie de développement durable, dont le dirigeant Emmanuel Bouillin est aidant lui-même. Faute d'avoir pu trouver de réponses adaptées à des problématiques similaires, il a initié son propre projet touchant salariés, cadres, dirigeants sur leur lieu de travail qui est aussi un lieu de vie. Chacun étant différent, selon la typologie de l'aidant et celle de l'entreprise, les réponses aussi diffèrent et une approche collaborative permet de co-construire des solutions, considérant qu'un problème personnel perturbe plus encore le travail de l'ensemble s'il n'est pas appréhendé.

Co-porteur, le CID (Collectif d'ingénierie et de développement), association d'ingénierie sociale en santé, inscrit en quelque sorte l'Apacte dans un partenariat public-privé d'intérêt général, soutenu par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Pour Jocelyne Extra, chef de ce projet inédit, qui se démarque en ciblant conjointement les aidants et les entreprises, la montée en compétences sur ces champs est nécessaire pour tout le monde. Enfin, le groupe de protection sociale Humanis fait partie de l'expérimentation, ayant pris en considération dans ses métiers, selon Béatrice Jungas, référente Var de l'entité Sud-Est, les conséquences des ruptures sociales inhérentes aux aléas de la vie. L'avancée en âge, la perte d'autonomie, les aidants familiaux (plus de 8 millions de personnes en France) comptant parmi les données que l'on ne peut plus ignorer.

Avec l'Apacte, le bien-être dans le travail rejoint le bien vieillir ensemble. Pour cela, Michel Cresp croit en la vertu d'une responsabilité sociétale de l'entreprise élargie à celle de l'entrepreneur, non par contrainte mais bien pour constituer une valeur ajoutée durable, en plus d'être respectable.

A suivre, de près…

* Association de développement des entreprises de Toulon-Ouest.
** Responsabilité sociétale des entreprises.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?