AccueilBTPJulien Rey (FBTP04) : "En matière de numérique, les entreprises du département peuvent mieux faire"

Julien Rey (FBTP04) : "En matière de numérique, les entreprises du département peuvent mieux faire"

Le 28 septembre dernier, Julien Rey, président de la Fédération du bâtiment et des travaux public des Alpes-de-Haute-Provence, a annoncé le lancement d'une nouvelle session de formation à destination des entreprises locales du BTP, « Les Démat'inales ». Son objectif ? Que les patrons bas-alpins soient prêts pour la dématérialisation des marchés publics.
Julien Rey (FBTP04) :
H. Saveuse - La fédération du bâtiment et des travaux public des Alpes-de-Haute-Provence lance une nouvelle session de formation.

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

TPBM : « Les Démt'inales » sont-elles un nouveau rendez-vous pour les entreprises du BTP ?
Julien Rey :
« Les Démat'inales » sont un nouveau rendez-vous sous cette forme, en partenariat avec l'Academy numérique, mais en réalité, ce type d'atelier n'est pas nouveau. Nous les organisons depuis déjà trois ans pour préparer au mieux nos adhérents. Toutefois l'échéance du 1er octobre, date depuis laquelle la dématérialisation des marchés est rendue obligatoire pour les marchés au delà de 25 000€ HT, nous oblige à inciter davantage nos adhérents à se former.


Lire aussi : Entreprises : les points clés pour une dématérialisation réussie des réponses aux marchés publics


Quelle est la situation dans les Alpes-de-Haute-Provence ?
Pour être tout à fait clair, en matière de numérique, les entreprises du département peuvent mieux faire. Pour mieux comprendre la situation, je vous donne un cas concret. Il y a quelques jours, une entreprises que je considère comme une belle entreprise, de part sa taille, est passée à côté d'un marché de 250 000 € parce qu'elle s'est connectée avec cinq minutes de retard. Il s'agit là d'un manque d'habitude d'utilisation de l'outil. Notre objectif est de faire en sorte que nos adhérents aient de bons réflexes, quelle que soit la physionomie de l'entreprise.

Il y a trois ans, quand nous avons ouvert les premiers ateliers de formation au numérique, nous avions bien du mal à les remplir. Aujourd'hui, avec l'échéance du 1er octobre, nos ateliers sont plus fréquentés. De même, il y a trois ans, nous avions 10 % de réponses aux appels d'offres dématérialisés, aujourd'hui, nous atteignons presque les 50 %. C'est mieux mais nous avons encore une sacrée marge de progression. Il faut que les chefs d'entreprises du BTP prennent conscience qu'avec ce nouvel outil ils vont gagner du temps et de l'argent : la dématérialisation, c'est moins de temps passé sur la route pour transmettre son offre et forcément des frais moins importants.

Quid des problèmes de connexions dans le département ?
Des aménagements ont été obtenus par la fédération à l'échelle nationale. Dans certains territoires ruraux comme le nôtre, ou dans les quelques zones géographiques qui rencontrent des difficultés d'accès au réseau, lorsqu'une réponse dématérialisée est commencée, elle est nécessairement prise en compte et si, faute d'un réseau suffisant elle ne peut être terminée sur internet, le chef d'entreprise a la possibilité de créer une copie de sauvegarde, sur un clef USB par exemple et la fournir à l'acheteur contre un récépissé.

Les prochains rendez-vous, de 9h à 12h :

Le 4 octobre à Digne les Bains : Le Bleu Cerise

Le 9 octobre à Sisteron : Le Segustero

Le 11 octobre à Manosque : Le complexe

Le 16 octobre à Barcelonnette : Maison des Services au Public

Le 18 octobre à Saint-André-les-Alpes : Salle des fêtes

Plus d'informations ici

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?