Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Jour de colère pour les avocats en Paca

le - - Droit et chiffre

Jour de colère pour les avocats en Paca
A.Ricci - Les avocats ont manifesté en Paca comme ici à Avignon.

Les avocats, soutenus par les magistrats et les greffiers, ont manifesté en Paca et dans toute la France contre la réforme de la carte judiciaire. Explications.

« Nous demandons le maintien des 164 tribunaux de grande instance et des 36 Cours d'appel de plein exercice. Ils permettent une vraie justice de proximité et d'accès au juge », s'exclame Christiane Imbert-Gargiulo, bâtonnier de l'ordre des avocats d'Avignon. Sur les marches du Palais de Justice d'Avignon, ils sont venus nombreux pour soutenir cet appel à la mobilisation.

Les motions des avocats dénoncent pêle-mêle : « Un simulacre de concertation, une absence de transparence et d'étude d'impact des projets, un manque de moyens humains et matériels persistants ne permettant pas de répondre aux objectifs affichés et le caractère illusoire d'une justice totalement numérisée en l'absence de moyens pour sa mise en œuvre. »

Disparition de 5 TGI en Paca ?

Pour la région Paca, l'impact de la réforme pourrait être important. Le Vaucluse (barreau de Carpentras et barreau d'Avignon) pourrait être rattaché à la Cour d'appel d'Aix-en-Provence en lieu et place de celle de Nîmes. Dans le cadre de la départementalisation, Carpentras, Grasse, Draguignan, Tarascon, et Aix-en-Provence pourraient voir disparaître leurs TGI de pleine compétence.

« Concernant le changement de Cour d'appel, cela pourra entraîner un allongement des délais d'audience via une augmentation du contentieux à Aix-en-Provence et une baisse significative de celui-ci à Nîmes. En effet, le Vaucluse représente 50% du contentieux de la Cour d'appel de Nîmes », rappelle Christiane Imbert-Gargiulo.

« Concernant la départementalisation, le risque est de voir se profiler une désertification comme cela s'est produit en médecine. Le plus grand risque est un recours in fine à une justice privée », évoque Christiane Imbert-Gargiulo.

Le 15 mars devraient être remis les rapports sur les chantiers de la Justice. D'ici là, les avocats restent mobilisés et n'ont pas exclu d'autres actions.




Alain Ricci
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer