AccueilEconomie« Je veux repositionner CMBC sur le créneau de la technicité et de la complexité »

« Je veux repositionner CMBC sur le créneau de la technicité et de la complexité »

L'entreprise de construction métallique CMBC (charpente, couverture, bardage, métallerie et serrurerie), basée à Cavaillon depuis 1958 et appartenant à Jean-Paul Bouisse, vient d'être reprise par Jérôme Scoffoni (75% des parts). Il s'est associé pour cette reprise avec Christian Sauvadon (25% des parts), directeur administratif et financier de l'entreprise depuis plus de vingt ans. A l'occasion de ce rachat, Constructions métalliques Bouisse compagnie devient CMBC.
« Je veux repositionner CMBC sur le créneau de la technicité et de la complexité »
A. Ricci - Jérôme Scoffoni, nouveau dirigeant de l'entreprise de constucttion métalllique CMBC.

EconomieVaucluse Publié le ,

TPBM : Pourquoi avoir repris l’entreprise CMBC ?
Jérôme Scoffoni : C’est une entreprise de construction métallique qui a plus de 50 ans et fabrique des structures et des bâtiments métalliques. Elle s’appuie sur les exigences des clients en termes de dimension, de volume, de hauteur ou de fonctionnalité du bâtiment. L’entreprise conçoit, calcule, dessine et fabrique avant de poser sur chantier les structures qui composent les bâtiments.

J’ai passé de nombreuses années au sein du groupe Eiffage. J’y ai appris le métier du BTP et de la construction. J’avais envie de me frotter à l’entrepreneuriat en PME. Le jeu des rencontres a fait que j’ai croisé la route de Jean-Paul Bouisse qui souhaitait passer la main.

Quel avenir voulez-vous construire pour CMBC ?
Je veux bien consolider les fondations de l’entreprise. J’ai donc renforcé l’encadrement sur le suivi des affaires, des chantiers. Il faut être capable d’être fiable, de livrer les bâtiments en temps et en heure, avec de la qualité et une certification CE*. Nous sommes d’ailleurs en cours d’obtention de la certification CE de nos produits, gage de qualité et surtout d’assurabilité au vu de la récente réglementation européenne. Plus tard, nous verrons si nous pouvons nous attaquer à de la croissance externe dans un domaine connexe. Pour l’instant, nos objectifs sont fixés autour de la croissance organique avec de nouveaux marchés dans les départements d’outre-mer, et avec des clients plus nationaux comme EDF qui vont être plus exigeants en termes de normes de qualité.

Je veux repositionner cette entreprise de taille intermédiaire sur le créneau de la technicité et de la complexité. En témoigne le tout récent succès de la construction de la structure de l’extension du terminal passager T2 de l’aéroport de Nice. Un marché d’1,5 million d’euros qui devra être terminé en un temps record.

* Conforme aux exigences. Ce marquage confère aux produits concernés le droit de libre circulation sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne.

La suite de cette interview est à lire dans le numéro 1107 de TPBM (parution le 9/12/2015). Pour vous abonner, c'est par ici.

Pour aller plus loin :

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?