Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

interview Jacques Bianchi, président de la CCI du Var : « Signes est une locomotive »

le - - Economie

Jacques Bianchi, président de la CCI du Var : « Signes est une locomotive »
O. REAL - Jacques Bianchi, président de la CCI du Var, et Hervé Moine, directeur des grands projets.

Alors que le parc d'activités du plateau de Signes fête ses 30 ans ce 27 septembre, soit des noces de perle avec le territoire Sud Sainte Baume, le président de la CCI du Var Jacques Bianchi et son directeur des grands projets, Hervé Moine, ouvrent l'écrin, en même temps que les perspectives.

TPBM. Quel goût a le gâteau d'anniversaire pour les 30 ans du parc d'activités de Signes ?
Jacques Bianchi :
Un très bon goût et le parfum de souvenirs qui me reviennent. J'étais chef d'entreprise, président de Var Game*, impliqué dans les Décideurs économiques varois, et Claude Meiffret, alors président de la CCI du Var, m'avait demandé d'être là lors de la création, avec Hugues de Chaunac (fondateur du groupe Oreca), Marc Tixidor, Gérard Méneveau, les élus de la Chambre… Ce parc est né de la volonté farouche de chefs d'entreprises de faire bouger le Var.

Sans faire l'inventaire, quelles sont les promesses tenues ?
La réponse se trouve dans la présence des entreprises [187 aujourd'hui, NDLR]. Les mauvaises langues disaient que Coca-Cola resterait six mois/un an, le temps de prendre des subventions et repartirait. L'usine est toujours là, avec des projets de développement. Pareil pour Oreca, entreprise délocalisée de Magny-Cours à l'époque. Et bien d'autres sociétés qui sont venues et sont restées. Toutes ont été étonnées de la qualité de vie et de ressource humaine, toutes se sont développées, ont créé des emplois, ont respecté leurs engagements. Ce sont nos ambassadeurs.

Et quelles sont celles à tenir ?
Hervé Moine :
La desserte. Signes est un bel exemple d'inter-métropoles, entre Marseille-Aix, Toulon, Nice, et d'intermodalité aussi. La déviation par la route, en adossement autoroutier ou en départementale, est devenue indispensable. Réclamée depuis longtemps, elle est tout à fait réalisable, sur une dizaine de kilomètres rejoignant le Liouquet. Nous nous battons en ce sens, réunissant l'ensemble des acteurs autour de la table. Il y a l'aérien aussi, avec l'aérodrome attenant au circuit du Castellet que l'on ne peut malheureusement pas utiliser pleinement. Un dossier que nous défendons également. Sans oublier à plus long terme, mais cela se prépare aussi maintenant, le ferré avec la ligne nouvelle à l'horizon 2030 et plus. Signes est idéalement placé dans l'optique de couloirs dédiés aux liaisons transversales, reliant là aussi les métropoles.
Jacques Bianchi : Tout le monde s'est aperçu lors du retour du Grand Prix de Formule 1 de l'importance de cette desserte routière, à la fois pour répondre aux besoins actuels mais aussi dans la perspective d'une montée en puissance dans cette zone. Il faut désormais de la bonne volonté. La Région peut, me semble-t-il, rassembler toutes les énergies et aider à faire les bons choix. Je fais confiance à l'intelligence de chacun pour y arriver.

Quel grand dessein pour Signes ?
H.M. :
Nous sommes sur un plateau de 1 000 hectares, dont 240 opérationnels, desservi par trois départementales qui structurent le territoire. Les réseaux primaires majeurs sont là, au cœur du Parc naturel régional de la Sainte Baume. Nous avons les outils pour développer, des études de projets et l'ambition de porter les emplois au moins à 6 000 contre 2 000 aujourd'hui.
J.B. : La F1 est un excellent vecteur de communication. Signes est une locomotive qui porte, entre autres, l'ambition régionale de créer un centre d'innovation, de la mobilité et de la sécurité routière, sachant que les réflexions autour de l'automobile se croisent avec d'autres filières, notamment l'aéronautique. En outre, nous souhaitons que la zone, qui est l'une des plus belles de la région, rayonne aussi dans la santé, l'industrie cosmétique, le bien-être, l'agroalimentaire, les nouvelles technologies et énergies alternatives...

* Association créée en 1986, réunissant des chefs d'entreprises afin de parrainer des jeunes talents sportifs en devenir.




Olivier Réal
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer