Fermer la publicité

ITER : le composant le plus massif du réacteur est arrivé à bon port le 8 juin

Bouches-du-Rhône le - - Economie

ITER : le composant le plus massif du réacteur est arrivé à bon port le 8 juin
D.R. - La pièce arrivée lundi 8 juin au port de Marseille Fos a été fabriquée en Chine par l'Institut de physique des plasmas/Académie des sciences (ASIPP).

Le port de Marseille Fos a traité un composant majeur (400 tonnes pour 10,5 m de diamètre) du réacteur de fusion ITER avant qu'il ne soit acheminé sur le site de construction de l'installation à Cadarache.

Quatre cents tonnes (plus de 500 avec son berceau) et 10,5 mètres de diamètre : la pièce qui est arrivée lundi 8 juin au port de Marseille Fos est la plus lourde livrée à ce jour à ITER*, et la plus large de toutes celles qui seront intégrées dans l'installation expérimentale de fusion en cours de construction à Cadarache, sur la commune de Saint-Paul-lez-Durance dans les Bouches-du-Rhône. Il s'agit d'un des six aimants annulaires (PF6) qui ceinturent le tokamak** ITER et contribuent à créer la « cage magnétique » qui confine le plasma à très haute température (150 millions de degrés Celsius) au sein duquel se produisent les réactions de fusion de l'hydrogène.

« Le traitement de cette pièce colossale est un succès pour toutes les parties prenantes. Le port de Marseille Fos est fier de participer au projet ITER, qui lie excellence environnementale et innovation énergétique, valeurs placées au cœur de la stratégie du port », se félicite Hervé Martel, président du directoire du port.

Rappelons que la contribution des sept membres du projet (Chine, Union européenne, Inde, Japon, Corée, Russie et Etats-Unis) se fait principalement « en nature ». Chaque membre a établi une « Agence domestique » qui est responsable des pièces qui lui sont attribuées. La fourniture de cet aimant incombait ainsi à l'Europe qui a choisi de le faire fabriquer en Chine par l'Institut de physique des plasmas/Académie des sciences (ASIPP).

Une fois les fabrications finalisées, les pièces sont prises en charge par l'entreprise Daher, le « Global logistics provider » d'ITER, qui les achemine, par le port de Marseille Fos, jusqu'au site de Cadarache. « Le port est le lien stratégique entre ITER Organization, l'organisation qui met en œuvre le programme ITER, et les sept membres du programme chargés de la fabrication des très grandes pièces de la machine et des multiples systèmes auxiliaires qui lui sont associés », souligne Bernard Bigot, directeur général d'ITER Organization. Et de rappeler que « la qualité des infrastructures et des équipements du port de Marseille Fos a été déterminante dans la décision unanime de construire ITER à Saint-Paul-lez-Durance ».

Une rampe d'embarquement spécialement conçue

Achevée au mois de mars, la pièce a pris la mer à Shanghai à la fin du mois d'avril. Après avoir traversé l'étang de Berre, elle a ensuite emprunté « l'itinéraire ITER », spécialement aménagé par la France pour supporter les charges les plus lourdes (jusqu'à 500 tonnes, 800 en incluant le poids de la remorque automotrice) et les plus encombrantes (jusqu'à 11m de large et 10m de haut). Trois à quatre nuits sont nécessaires pour convoyer les charges les plus massives (« Highly Exceptional Loads » - HEL) de Berre jusqu'au site d'ITER, distant d'une centaine de kilomètres.

Depuis décembre 2014, une quarantaine de convois se sont ainsi succédé sur l'itinéraire pour livrer un total de 86 pièces HEL dont, au mois d'avril, deux aimants verticaux de 350 tonnes en provenance respectivement d'Italie et du Japon. Au total, près de 120 pièces HEL sont attendues à Cadarache dans les cinq ans qui viennent.

Pour accueillir ces convois exceptionnels, le port de Marseille Fos a dû modifier ses infrastructures et s'équiper d'une rampe d'embarquement spécialement conçue, opérationnelle depuis septembre 2017. Située dans les bassins portuaires de Fos, elle permet d'embarquer directement des véhicules chargés sans toucher à leur contenu. La rampe RO-RO (Roll-on/Roll-off) peut ainsi supporter des convois de 880 tonnes transportant des colis de 600 tonnes. Elle fonctionne à la fois en accostage et par échouage grâce à l'utilisation d'inserts métalliques amovibles. Ce projet aura nécessité huit mois de travaux et un investissement de 2,7 M€.

* International Thermonuclear Experimental Reactor (ITER), c'est-à-dire réacteur thermonucléaire expérimental international.
** Le tokamak est une machine expérimentale conçue pour exploiter l'énergie de la fusion.




Serge Payrau
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer