AccueilTerritoiresIstres : Engie Green va installer une centrale photovoltaïque dans la carrière du parc d’artillerie

Istres : Engie Green va installer une centrale photovoltaïque dans la carrière du parc d’artillerie

Engie Green vient d’obtenir les autorisations administratives pour développer un nouveau parc solaire (47,5 ha) à Istres. Elle devrait permettre de couvrir la consommation (hors chauffage) d’environ 47 000 habitants.
Istres : Engie Green va installer une centrale photovoltaïque dans la carrière du parc d’artillerie
Engie Green - L’énergéticien envisage de déployer deux tranches de respectivement 28,7 et 27,3 MWc.

TerritoiresBouches-du-Rhône Publié le ,

Après le Tubé (7,9 MWc en 2013) et la Massuguière (10,5 MWc en 2020), Engie Green (Montpellier) prévoit de développer une nouvelle centrale photovoltaïque à Istres. Le projet baptisé « Le Parc d’Artillerie » a cette fois pour emprise le site de la carriere alluvionnaire éponyme (75 ha) gérée depuis 1980 par la société Midi Concassage.

Durant près de quatre décennies, l’industriel a extrait puis traité sur place les sables, graviers et galets présents dans le sol en creusant une fosse d’excavation. Le gisement étant désormais en voie d’extinction, Engie Green propose de donner une nouvelle vie au site en y installant une centrale solaire. L’énergéticien envisage de déployer deux tranches de respectivement 28,7 et 27,3 MWc (soit 56 MWc au total) pour une production annuelle de 84 480 MWh permettant de couvrir la consommation énergétique (hors chauffage) d’environ 47 000 habitants. Soit un chiffre supérieur à la population d’Istres (43 200 habitants).

L’électricité produite sera envoyée dans le réseau via le poste source Enedis de Miramas situé à moins de 6 km à l’ouest en suivant les routes existantes. Un acheminement pris en charge par l’énergéticien.

147 000 panneaux photovoltaïques

Ces deux unités qui comprendront quelque 147 000 panneaux photovoltaïques (74 800 pour la T1 et 72 500 pour la T2) se déploieront sur près de 47,5 ha mis à disposition de la filiale d’Engie via un bail emphythéotique longue durée. La partie centrale de la carrière (27,5 ha) devrait rester en exploitation jusqu’en 2025.

Engie Green qui a obtenu les permis de construire le 13 mai 2020 attendait le sésame du Conseil national de protection de la nature (CNPN) relatif à l’autorisation de dérogation du projet au titre de la protection des espèces protégées. Un avis favorable délivré sous réserves le 8 juillet dernier qui ouvre la voie au lancement des travaux. Le chantier de la première tranche devrait durer environ 13 mois en vue d’une mise en service pour fin 2022.

Pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce projet est une petite brique de sa stratégie de transition énergétique. Malgré le fait que le développement des moyens de production photovoltaïque soit l’un des objectifs centraux du schéma régional climat air énergie de la région Paca (SRCAE) adopté en 2013, la puissance installée de 1.358 MWc en 2020 restait bien en deçà des objectifs du SRCAE (2.760 MWc en 2020).

472 000 euros de retombées fiscales pour les collectivités

Pour les collectivités (commune, métropole Aix-Marseille-Provence, département des Bouches-du-Rhône et région Paca), les retombées financières de ce parc solaire ne seront pas négligeables. Selon Engie Green, le montant cumulé des recettes fiscales annuelles devrait se monter à près de 472 000 euros.

La ville d’Istres recevra une partie de la taxe d’aménagement, payée au moment de la construction, pour un montant estimé à 170 000 euros. Par la suite, elle percevra annuellement la taxe foncière sur le bâti d’une valeur estimative de 55 800 euros/an.

La métropole AMP touchera également environ 250 000 euros/an. Une somme répartie entre la cotisation foncière des entreprises, une partie de la taxe foncière sur le bâti (TFPB), la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) et l’imposition forfaitaire sur les entreprises du réseau.

Le département des Bouches-du-Rhône bénéficiera pour sa part de plus de 50 000 euros induit par la taxe d’aménagement au moment du chantier. Il percevra par la suite CVAE, TFPB et IFER pour un montant annuel de près de 120 000 euros annuel. Enfin, la région percevra au travers de la CVAE un montant de l’ordre de 30 000 euros/an.

9 ha de compensation de la biodiversité sur le site de Cossure

L’aménagement de ce parc solaire aux portes de la Crau, dans une zone sensible sur le plan écologique, sera l’occasion pour la filiale d’Engie de mettre en place une mesure compensatoire. Le groupe compte ainsi acheter neuf unités de compensation (soit 9 ha pour un investissement de 432.000 euros) au sein du domaine de Cossure, site de compensation écologique (357 ha) géré par CDC Biodiversité à Saint-Martin-de-Crau.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 juin 2022

Journal du22 juin 2022

Journal du 15 juin 2022

Journal du15 juin 2022

Journal du 08 juin 2022

Journal du08 juin 2022

Journal du 01 juin 2022

Journal du01 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?