AccueilTerritoiresIncendies : investir pour protéger les forêts bas-alpines

Incendies : investir pour protéger les forêts bas-alpines

Les Alpes-de-Haute-Provence deviennent chaque année plus sensibles au risque feux de forêt. Le Département et l’Etat ont donc organisé les premières Assises de la protection de la forêt. Un rendez-vous appelé à se renouveler.
Dans le Verdon, le taux de boisement atteint les 62 %.
Moirenc - Dans le Verdon, le taux de boisement atteint les 62 %.

TerritoiresAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

2022, année record ? Si le département des Alpes-de-Haute-Provence est le territoire le plus boisé de Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec un taux de 67 % selon les chiffres de la Chambre d'agriculture, il est aussi l’un des plus soumis au risque incendie. En moyenne, entre 2010 et 2015, 16 feux de forêt étaient recensés chaque année. Mais depuis 2016, 70 feux de forêt se déclarent en moyenne dans le département chaque année. A la mi-août 2022, 62 incendies avient fait disparaître 1359 ha de forêt.

Feux de forêt : augmenter les moyens financiers

C’est au regard de la situation, et de l’intensification du phénomène, que l’Etat et le Département ont décidé de lancer les premières Assises de la protection de la forêt. Objectif : identifier les enjeux et trouver de nouvelles perspectives de gestion et de protection des forêts bas-alpines. Au terme d’un après-midi d’échange avec l’ensemble des acteurs de la forêt du territoire, tous ont convenu qu’augmenter l’investissement serait une solution pour rendre la forêt plus résiliente. Cela se traduira en pratique par une augmentation des moyens accordés aux pompiers, ainsi que par l’aménagement de chemins forestiers équipés de citernes. Les moyens financiers seraient en partie issus du fonds vert, doté à l’échelle nationale de 2 milliards d’euros, explique Marc Chappuis, le préfet des Alpes-de-Haute-Provence. Il souligne également, comme un appel du pied, que « plus les projets émergeront sur le territoire, plus l’Etat pourra les subventionner et les accompagner ». Toujours à l’échelle nationale, le nombre de canadair devrait passer de 12 à 16 grâce à un investissement de « 250 millions d’euros pour renouveler notre flotte aérienne », appuie-t-il. En outre, l’Etat prévoit d’accompagner les communes dans la réalisation et la mise en application des Obligations légales de débroussaillement qui constituent un véritable rempart pour les propriétés proches de la forêt.

Réchauffement climatique : quel avenir pour les forêts de Provence ?

Un second rendez-vous est prévu en février prochain pour aborder des thèmes plus économiques avec les différents professionnels du bois.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 février 2023

Journal du01 février 2023

Journal du 25 janvier 2023

Journal du25 janvier 2023

Journal du 18 janvier 2023

Journal du18 janvier 2023

Journal du 11 janvier 2023

Journal du11 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?