AccueilUrbanismeHyères (se) réenchante !

Hyères (se) réenchante !

Après avoir réveillé la ville au cours de son premier mandat, le maire Jean-Pierre Giran, également vice-président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM), s'attèle à la réenchanter à la faveur de réalisations nouvelles et de réaménagements.
Hyères (se) réenchante !
O. Réal - Les grandes artères de Hyères vont être requalifiées.

UrbanismeVar Publié le ,

Forte d'un double patrimoine exceptionnel, culturel et naturel, Hyères s'éveille à nouveau ces dernières années dans tous les secteurs, géographiques et d'activités, sous la conduite du maire Jean-Pierre Giran et de ses équipes. Ainsi, en cœur de ville, à proximité directe de la place Clémenceau qui a fait peau neuve au printemps 2019 à la suite d'une rénovation à grand succès, une autre réalisation est sur le point de voir le jour : le musée des Cultures et du Paysage. Le bâtiment néo-classique de l'ex-Banque de France, qui a été transformé pour ce faire, tombait en désuétude depuis une vingtaine d'années. Acquis par la Ville en 2005, le lieu va retrouver de sa superbe sur trois niveaux, dont un sous-sol qui accueillait autrefois la salle des coffres.

Ce musée restitue l'esthétique du début du XXe siècle et conserve les dispositions architecturales existantes, tout en faisant l'objet d'une grande transformation intérieure pour y accueillir des expositions permanentes et temporaires. Les collections contemporaines « maison », labellisées Musée de France, occuperont un très grand espace au rez-de-chaussée (1 354 m2). En outre, le magnifique jardin, restauré lui aussi, accueille notamment en son centre « Le Monument au Chat » de l'artiste surréaliste espagnol Oscar Dominguez, réalisé naguère pour la Villa Noailles et conservé par la Ville.

Six millions d'euros ont été investis dans cette réalisation qui sera livrée cet été et inaugurée à l'automne avec une exposition « Face au soleil, les artistes français et la Méditerranée » (1850-1950). « Il s'agira de rendre hommage aux artistes de la région et de toute la France qui ont mis à l'honneur les paysages méditerranéens », se réjouit d'avance Jean-Pierre Giran, également vice-président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM).

Au(x) centre(s) des préoccupations…

Autre montée en puissance qualitative, le parcours des arts, accompagné par la Société d'économie mixte (SEM) Var Aménagement Développement dans le cadre de la concession de réhabilitation du centre-ville. « Nous poursuivons les acquisitions dans la cité médiévale et sa périphérie directe, sachant que cela représente désormais plus d'une quarantaine de boutiques et ateliers dans un périmètre de huit hectares », explique le maire. Une zone qui s'étend notamment vers l'avenue des Iles-d'Or via des rachats et aménagements de locaux en rez-de-chaussée. De nombreux projets sont à l'étude sur cette artère et dans d'autres secteurs en besoin de revitalisation commerciale. Ce cheminement important favorise les flux de circulation et de consommation dans le centre ancien, jusqu'à la Villa Noailles qui crée sa boutique.

Au centre de Hyères toujours, les trois grandes artères d'accès que sont cette même avenue des Iles-d'Or, les avenues de Gaulle et Gambetta vont être requalifiées durant la mandature. Une consultation de maîtrise d'œuvre est à ce sujet en cours, avant le démarrage des études courant 2021 puis des premiers travaux à partir de 2022. Compte tenu de la densité globale, autour de 25 000 m2 au total, ces embellissements, destinés à faciliter conjointement les circulations piétonnes, seront effectués par tranche.

Au chapitre aménagement, Jean-Pierre Giran est aussi très attentif au chantier de requalification du centre de Giens. La municipalité souhaite rendre plus attractive et fonctionnelle la place Saint-Pierre qui incarne le cœur de ce village. Au programme de cette réhabilitation : la réfection qualitative des revêtements et du mobilier urbain, l'amélioration de l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, la mise en perspective de l'escalier du parc, la mise aux normes de l'arrêt de bus, la reprise des deux escaliers accédant à la place. Les travaux doivent être livrés en mai 2022 pour un investissement d'1,2 million d'euros. Par ailleurs, un dispositif d'aides (pour une durée de deux ans) va bénéficier aux propriétaires privés locaux pour le ravalement de leurs façades et devantures commerciales. Ayant nécessité l'avis préalable de l'architecte des Bâtiments de France, ce projet s'inscrit dans le cadre de l'opération Grand Site de la presqu'île de Giens et des Salins d'Hyères.

… et des projets structurants

Plusieurs projets structurants hyérois sont également en première ligne de la mandature à l'échelle métropolitaine. Le « gros morceau » est le pôle d'échanges multimodal, sorte de « métro hyérois » selon Jean-Pierre Giran, visant à « mettre en liaison le rail avec la route et à favoriser les modes de transports en commun susceptibles d'offrir des alternatives à la voiture ». 19,5 millions d'euros de travaux sont envisagés d'ici 2026, s'agissant d'une gare routière de neuf quais avec espace billetterie, d'un quai réservé à la navette pendulaire gare-aéroport, d'un parking aérien de 500 places, d'un dépose minute pour huit VL et autant de taxis, d'une ombrière d'attente…

La protection du Tombolo Ouest de Giens et de la route du Sel constitue un morceau de choix en matière environnementale (opération Grand Site également). La solution d'une digue sous-marine devrait permettre de lutter contre l'érosion. L'ouvrage (450 mètres de long, 10 mètres de large en crête, immergé à un mètre sous le niveau de la mer en conditions extrêmes) a été pensé pour diminuer les houles, maintenir la plage ainsi que les activités balnéaires et nautiques. Cet aménagement de deux millions d'euros, potentiellement suivi de protections sur d'autres secteurs, est soumis à l'approbation des pouvoirs publics. « Pendant que nous attendons depuis très - trop - longtemps la visite de l'inspecteur de l'environnement qui doit être dépêché par le ministère, le Tombolo continue de s'abîmer », tempête le maire.

Sous l'eau toujours, une grande première est à venir, qui devrait attirer l'attention nationale et internationale : le « Sealine ». « C'est une canalisation sous-marine destinée à alimenter en eau potable l'île de Porquerolles, à savoir le spot touristique n° 1 du Var, depuis le continent, par un réseau dédié », souligne Jean-Pierre Giran, fier de cette innovation. Suite à l'instruction des services déconcentrés de l'Etat depuis juillet 2019, la Direction départementales des territoires et de la mer devrait lancer l'enquête publique avant l'été. Les travaux sont prévus entre septembre 2022 et mai 2023 pour une livraison durant l'été 2023.

Entre terre et mer, Hyères ne manque ni d'actualités ni de projections, histoire d'avoir des lendemains qui (réen)chantent…

L'intégralité de cet article est à lire dans le numéro 1390 de TPBM (parution le 12/05/2021). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).
Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?