AccueilTerritoiresHautes-Alpes : une Sem Énergie départementale pourrait naître avant la fin 2021

Hautes-Alpes : une Sem Énergie départementale pourrait naître avant la fin 2021

Alors que le Département met déjà à disposition son ingénierie lorsqu'un projet de production d'énergie renouvelable émerge, il souhaite désormais tout maîtriser, y compris son financement et son exploitation.
Hautes-Alpes : une Sem Énergie départementale pourrait naître avant la fin 2021
M.-F. Sarrazin - Jean-Marie Bernard veut associer aux futurs projets les collectivités et les habitants.

TerritoiresHautes-Alpes Publié le ,

En avril dernier, le conseil départemental des Hautes-Alpes avait pris une délibération passée relativement inaperçue et qui pourrait pourtant radicalement changer la donne dans un département où les éléments naturels sont propices au développement des énergies renouvelables. Face à la multiplication des projets dans ce domaine, le Département souhaite sa part du gâteau et créer une Société d'économie mixte (Sem) Énergie pour monter des opérations de A à Z.

Le président, Jean-Marie Bernard, estime que le Département est en capacité de tout assumer. Sur son propre patrimoine, il équipe déjà ses toitures en panneaux solaires et dès lors qu'une collectivité locale envisage de le faire, il met à disposition l'expertise de son agence d'ingénierie territoriale, IT 05. « Plutôt que de monter des projets et les confier à un privé, on peut faire mieux », lâche le président. Il cite l'exemple du parc photovoltaïque de Montmaur, qui a bénéficié de l'assistance administrative d'IT 05 et du SyMEnergie05 pour être exploitée par la suite par une entreprise privée, s'occupant de l'investissement et de la vente de l'énergie. « Souvent, la population est opposée à ces projets, considérant qu'ils enrichissent les sociétés privées », fait remarquer le président. Car le but est bien là : fédérer, donner confiance, associer les acteurs locaux - collectivités comme habitants - aux projets et réinvestir les recettes sur le territoire.

Un positionnement pour la création d'une Sem hydraulique

Le Département compte associer au sein de cette Sem la Banque des territoires, le SyMEnergie05 et EDSB, qui produit, distribue et fournit de l'énergie aux habitants de Briançon et de Saint-Martin-de-Queyrières, et dont le capital est détenu à 51 % par la Ville de Briançon. « Selon le projet à développer, il faudra sans doute créer une filiale pour intégrer les collectivités et les habitants », complète l'élu.

La collectivité travaille actuellement sur les statuts et les aspects financiers de la future structure. Les résultats de l'étude préalable à la constitution de cette Sem sont attendus pour fin septembre dans l'espoir de la créer à la fin de l'année.

Ce désir de garder la maîtrise de la richesse naturelle des Hautes-Alpes n'est pas nouveau. Depuis plusieurs années, la France est mise en demeure par la Commission européenne d'ouvrir la gestion de 150 barrages à la concurrence. En juillet 2019, le Département avait déjà voté une délibération pour pouvoir se porter candidat à la gestion des barrages hydrauliques du territoire, à travers une Sem permettant un partenariat public-privé. « Nous sommes le château d'eau de la Provence. La gestion de Serre-Ponçon n'est pas neutre. Un opérateur étranger n'aura peut-être pas à cœur de conserver un niveau d'eau conforme aux exigences du tourisme estival et ne veillera peut-être pas non plus à l'irrigation », craint Jean-Marie Bernard, qui se tient prêt à se positionner, dès le prochain appel d'offre.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?