AccueilBTPHautes-Alpes : de multiples travaux engagés par le Département

Hautes-Alpes : de multiples travaux engagés par le Département

Quatre chantiers menés par le Département des Hautes-Alpes permettent de sécuriser, améliorer les accès routiers ou encore moderniser les équipements.
Hautes-Alpes : de multiples travaux engagés par le Département
M.-F. Sarrazin - 2. Le tunnel du Parpaillon est très prisé des cyclistes.

BTPHautes-Alpes Publié le ,

Les routes des Hautes-Alpes sont particulièrement vulnérables aux aléas climatiques et le Département intervient régulièrement pour les sécuriser ou les réhabiliter. Certains itinéraires touristiques font eux aussi l'objet d'une attention particulière. 

Route de la Luye : le clouage de la paroi après des chutes de blocs

Début octobre, d'importantes précipitations ont provoqué des chutes de blocs de roches, qui ont atteint la chaussée de la RD 900b, plus connue sous le nom de route de la Luye, à la sortie de Gap. Chutes qui avaient déjà été constatées en avril dernier. Une intervention rapide du service des routes a permis de sécuriser provisoirement le secteur. Le Département envisage le clouage de certains secteurs afin de stabiliser le talus. Une première purge du talus a été réalisée début octobre. Pour sécuriser l'intervention des équipes, les travaux seront réalisés en période sèche. Trente mille euros seront nécessaires pour purger et clouer les masses instables.

RD 942 : le dernier tronçon entre Laragne et Monêtier-Allemont engagé

La RD 942, reliant Monêtier-Allemont à Laragne-Montéglin, a vu son trafic augmenter de près de 20% entre 2011 et 2015. Un chantier est engagé depuis plus de 10 ans pour conforter sa position d’axe principal d’accès à Laragne depuis Gap. Six tranches ont déjà été réalisées sur ce tracé de 13 km pour 5,5 M€. La dernière phase (la section centrale de 1,8 km pour un coût de 1,1 M€) est effectuée en deux temps : la première débutée en août jusqu'au 10 novembre, la seconde de mars à juin 2022. « Il s’agit de redonner une largeur homogène à la route, avec un accotement, et de revoir son profil avec notamment l’écrêtement d’une bosse. Depuis mi-septembre, une déviation est en place par la route d’Upaix et la RD 1085 afin de préserver les fondations de la nouvelle route et faciliter la circulation », détaille Marcel Cannat, vice-président du conseil départemental en charge des routes.

Tunnel du Parpaillon : la route d’accès recyclée

Le tunnel du Parpaillon, voûté et long de 520 m, relie Crévoux à la vallée de l’Ubaye. Il permet d’éviter le col du Parpaillon, qui culmine à 2 783 m d’altitude (le tunnel est à 2 640 m d’altitude). « Le tunnel est un itinéraire particulièrement prisé des cyclistes en raison des caractéristiques de la route d’accès », notent Carole Chauvet et Marc Viossat, les conseillers départementaux du canton. La montée au col du Parpaillon côté Hautes-Alpes représente environ 18 km, avec un dénivelé de 1 355 m, moyennant des pentes tantôt rudes tantôt douces, avec un maximum de 10%. La route d’accès au col et à son tunnel n’est pas revêtue. Elle est donc particulièrement vulnérable aux aléas climatiques et au passage. Les travaux entrepris visent à améliorer l’accessibilité à la RD 39T. « La chaussée n’est pas revêtue et nous allons en faire un atout, en reprenant les matériaux qui la composent par une méthode dite de scarification, en les concassant et en les replaçant sur la chaussée par voie de compactage. Il n’y aura ainsi pas d’apport de matériaux extérieurs au site mais uniquement du recyclage de l’existant. À cela s’ajoutera la réfection des systèmes hydrauliques longitudinaux et transversaux de la route », précise Marcel Cannat. Une première tranche a d'ores et déjà été réalisée pour un montant d'environ 100 000€.

Le tunnel du Galibier équipé de réseau électrique

L'été, le tunnel du Galibier, d'une longueur de 370 m et situé à 2 500 m d'altitude, permet de rejoindre la Savoie sans passer par la partie sommitale du col, souvent encore enneigée. Il n’était, jusqu’à présent, pas équipé de réseau électrique. Les agents du Département devaient composer avec de très nombreux panneaux solaires, qui alimentaient plus d’une tonne de batteries. Ce dispositif d’alimentation électrique nécessitait beaucoup de maintenance, avec montage et démontage au début et à la fin de chaque été, et une surveillance accrue du lieu et du matériel. Parallèlement, le gérant de l’auberge souhaitait pouvoir bénéficier d’un raccordement au réseau.

Des études ont été engagées il y a deux ans par le SyME05, syndicat d’énergie des Hautes-Alpes, autorité organisatrice de la distribution d’électricité, avant de procéder aux travaux, désormais terminés. Le chantier a consisté en la pose, par voie souterraine, de 2 700 m de réseau haute tension (20 000 volts), d'un poste de transformation haute tension / basse tension (410 volts) et de 2 900 m de fourreau en vue de l’installation de la fibre optique. « Aujourd’hui, le tunnel du Galibier est supervisé par une liaison Wifi de 12 km, avec secours GPRS », souligne Marcel Cannat. Le raccordement permet la desserte, outre du tunnel du Galibier, du refuge du col et un fourreau a été posé pour l’alimentation future des chalets côté Savoie.

265 000€ ont été investis dans le réseau électrique, financés par les Départements de la Savoie et des Hautes-Alpes, ainsi que par le SyME05. Un peu plus de 75 000€ ont été consacrés au réseau de fibre optique. Le gérant de l’auberge a également participé financièrement à son propre raccordement.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?