AccueilTerritoiresHautes-Alpes : arbitrages au printemps pour les contrats de stations départementaux

Hautes-Alpes : arbitrages au printemps pour les contrats de stations départementaux

Les élus du Département effectuent une tournée des stations des Hautes-Alpes pour recenser leurs projets. Au terme de ces visites, ils décideront des montants alloués aux contrats de stations pour la durée du mandat.
Jean-Marie Bernard et Patrick Ricou ont entamé la tournée de toutes les stations des Hautes-Alpes, comme ici, à Vallouise-Pelvoux.
Département des Hautes-Alpes - Jean-Marie Bernard et Patrick Ricou ont entamé la tournée de toutes les stations des Hautes-Alpes, comme ici, à Vallouise-Pelvoux.

TerritoiresHautes-Alpes Publié le ,

Le président du Département, Jean-Marie-Bernard, et le président de l'Agence de développement, Patrick Ricou, ont entamé depuis le début de l'année une tournée des stations des Hautes-Alpes. Et il y en a près de 30... Objectif : connaître les projets de chacune en vue de les aider à les concrétiser.

« Nous n'avions jamais mené d'opération de ce type. Ce début de mandat tombe en même temps que les annonces des plans Montagne de l'Etat et de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Cette tournée nous permet de définir un cadre budgétaire et donc de calibrer nos enveloppes financières pour la durée du mandat », explique Patrick Ricou, également vice-président du Département chargé des finances et maire d'Orcières.

Plan montagne en Paca : le dispositif « Contrats Stations 2030 » est lancé

La collectivité interviendra en complément des aides octroyées par l'Etat et la Région. Sur le précédent mandat, 1,3 M€ par an avait été consenti par le Département pour accompagner les contrats de stations. Cette fois-ci, aucune enveloppe n'est encore définie et les arbitrages se dérouleront au printemps, une fois tous les territoires visités. D'un côté, « nos stations sont plus solides car, ces dernières années, elles se sont beaucoup équipées pour sécuriser leur enneigement, grâce à ces coups de pouce financiers », évoque Jean-Marie Bernard. De l'autre, les trésoreries des stations et de leurs communes supports ont aussi été affaiblies par la crise sanitaire, la hausse du coût de l'énergie et les problèmes liés à la main d'œuvre, malgré les aides de l'Etat.

Opérer une transition progressive

Attention, il ne s'agit pas de financer n'importe quoi. L'étude prospective de Climsnow, commanditée par la Région pour réaliser un audit complet de chaque station - en fonction des prévisions d'enneigement et du taux d'équipement de chacune à plus ou moins long terme -, servira d'aide à la prise de décision. « Il faudra que les projets soient adaptés à l'altitude et à la taille de chaque domaine », corrobore Patrick Ricou. Les résultats de cette étude étaient à la fois redoutés et attendus. « Ils confirment les conséquences du changement climatique mais dans la majeure partie des stations des Hautes-Alpes, nous skierons encore dans 20 ans », rassure l'élu.

Domaines skiables de France : « Trouver le juste milieu entre l’économie et l’écologie »

L'enjeu consiste à opérer une transition progressive, à accompagner une montée en puissance de l'été, un développement des ailes de saison pour devenir moins dépendant de l'hiver. Vaste chantier alors que le ski reste le moteur économique des stations de montagne, leur permettant même de financer l'été... « Dans la station de Laye, nous n'allons pas installer des canons à neige jusqu'en haut du domaine ! Il faut s'adapter et adopter une vision réaliste. Laye se situe à côté de Gap et du golf, possède un front de neige sympa. Elle gardera un projet touristique l'hiver. La commune projette de réaliser une retenue d'eau qui servira à la fois d'équipement estival et à produire de la neige de culture l'hiver. »

Serre Chevalier : un téléporté de 3,6 km menant à un nouveau front de neige d'altitude

Le Département veillera aussi à la cohérence au sein de chaque secteur géographique. « Dans les quatre stations-villages du Champsaur, toutes ne nourrissent pas les mêmes ambitions : certaines veulent mettre l'accent sur leur front de neige, d'autres sur le remplacement d'un appareil ou encore sur des aménagements urbains », remarque Patrick Ricou. « Nous ferons en sorte que chacune mène ses projets », conclut Jean-Marie Bernard.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?