AccueilTerritoiresHautes-Alpes : 3 M€ pour déployer les mobilités douces en 2022

Hautes-Alpes : 3 M€ pour déployer les mobilités douces en 2022

Avec l'objectif de créer 100 km de nouvelles voies cyclables dans les prochaines années, le Département des Hautes-Alpes va y consacrer 3 M€ dès cette année. Les premières opérations de mobilité douce sont programmées au printemps.
Hautes-Alpes : 3 M€ pour déployer les mobilités douces en 2022
M.-F. Sarrazin - Le Département des Hautes-Alpes vise la création de 100 km de nouvelles voies douces dans les prochaines années.

TerritoiresHautes-Alpes Publié le ,

Même si les Hautes-Alpes appartiennent à ces territoires ruraux et de montagne où il paraît difficile de lâcher la voiture, pour des raisons pratiques et de manque d'infrastructures alternatives, le recours aux mobilités douces va croissant. « Les mobilités sont un sujet de préoccupation majeur pour les Haut-Alpins qui souhaitent que des solutions nouvelles leur soient proposées. Ils attendent plus de mixité dans leurs déplacements, que ce soit pour des raisons environnementales ou financières. Et les modes de déplacement doivent s’adapter à leurs publics : jeunes, sportifs, familles, pour les loisirs et les déplacements du quotidien », observe le président du Département, Jean-Marie Bernard.

La collectivité réunissait ce lundi 21 février la conférence territoriale des mobilités alternatives pour consulter les communes et intercommunalités au sujet de leurs projets et ainsi « mener une action cohérente et harmonieuse sur l’ensemble du territoire », indique Marc Viossat, vice-président en charge des mobilités alternatives. Depuis 2019, le Département assure la gouvernance des acteurs de la mobilité et anime le volet mobilités du Schéma départemental de l’amélioration de l’accessibilité des services au public.

Développer les voies cyclables

Objectif affiché : créer 100 km de nouveaux itinéraires, pistes et voies cyclables dans les prochaines années. « Plus de 3 M€ sont inscrits au budget 2022 du Département pour mener à bien les premiers projets de mobilité douce, dont 1,2 M€ déjà engagé dans des opérations programmées dès ce printemps », poursuit Jean-Marie Bernard.

Depuis 2020, une expérimentation est menée sur la RD 138A, une chaussée à voie centrale banalisée entre La Roche-de-Rame et L’Argentière-la-Bessée. « Un modèle de partage de la chaussée entre cyclistes et automobilistes. Compte tenu des excellents retours que nous avons sur cette expérience, nous déploierons de nouvelles voies de ce type dès cette année en basse vallée de la Clarée et dans le Champsaur. Une troisième est en cours d’étude à Veynes », annonce Marcel Cannat, vice-président en charge des routes.

En parallèle, le Département travaille sur son schéma vélo départemental - une feuille de route pour inciter et faciliter la pratique du vélo - et accompagnera techniquement et financièrement les collectivités qui ont des projets de création de nouvelles voies. Marc Viossat pense particulièrement aux communautés de communes qui possèdent la compétence transports.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?