AccueilUrbanismeGrasse : les feux au vert pour la reconquête du centre ancien

Grasse : les feux au vert pour la reconquête du centre ancien

Ouverture d'un campus universitaire, fin des recours sur la ZAC Martelly, création d'une foncière de redynamisation commerciale... Le centre ancien de Grasse est entré dans une dynamique de reconquête, grâce au dispositif Action Cœur de Ville.
L'ancien palais de justice, transformé en campus urbain, va accueillir ses premiers étudiants à la rentrée.
R. Mario - L'ancien palais de justice, transformé en campus urbain, va accueillir ses premiers étudiants à la rentrée.

UrbanismeAlpes-Maritimes Publié le ,

Avec près de 11 M€ investis (Ville, agglomération, subventions Action Cœur de Ville) sur la période 2018-2021, Grasse est dans de très bons de temps de passage pour la mise en œuvre de la première phase du dispositif Action Coeur de Ville. Dans la Cité des Parfums, le projet de convention prévoyait 11,5 millions d'euros d'investissements sur la période 2018-2022. Avec un taux de réalisation de plus de 90 %, la Ville et ses partenaires sont prêts à s'engager dans la phase 2 du dispositif, promis par le gouvernement avant les élections. Il doit se prolonger jusqu'en 2026 sur des thématiques complémentaires. « Tout avance, nous avons une feuille de route claire, un Comité de pilotage (Copil) transversal restreint mais efficace, une stratégie et une vision qui doivent rassurer les investisseurs », confirme le maire de Grasse et président de la communauté d'agglomération du Pays de Grasse, Jérôme Viaud. « Grasse, dans le soutien de l'Etat au développement des villes moyennes, nous intéresse beaucoup. Par l'importance du patrimoine à réhabiliter, par la stratégie de mixité sociale mise en œuvre avec l'implantation d'écoles et d'universités et la présence d'étudiants dans la ville. Cette stratégie pourrait être dupliquée », assure Rollon Mouchel-Blaisot, préfet et directeur du programme Action Cœur de Ville au ministère de la Cohésion des Territoires.

Le campus bientôt livré

Sur le terrain, les effets de cette politique globale et coordonnée entre acteurs et la nouvelle attractivité commencent à se dessiner. La réhabilitation par la Ville, maître d'ouvrage, de l'ancien palais de justice en campus universitaire urbain, le fer de lance du développement de l'enseignement supérieur dans le centre ancien intra-muros, s'achève. Le bâtiment sera prêt à accueillir ses premiers étudiants à la rentrée 2022 et environ 500 à terme.

Grasse : Action coeur de ville accélère la reconquête du centre ancien

Parmi les différentes formations qui y seront hébergées, plusieurs écoles d'ingénieurs et notamment une antenne du conservatoire national des Arts et Métiers. 6,5 M€ ont été investis dans cette opération de réhabilitation et d'adaptation d'un ouvrage construit en 1840 et inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Confiée à l'agence Fabre-Speller, l'opération va permettre de sauvegarder et mettre en valeur des éléments remarquables de l'édifice comme sa façade ordonnancée, un escalier à double révolution, les salles d'audience et leurs boiseries. Et la collectivité réfléchit déjà à une augmentation des capacités d'accueil de ce campus en transformant les bâtiments mitoyens de l'ancien palais de justice avec en perspective l'objectif des 2 000 étudiants dans la ville.

La médiathèque à la rentrée

Pour les autres pièces de ce vaste puzzle urbain, les dossiers avancent également, même si leur gestation s'est révélée particulièrement longue, en raison de leur complexité. La médiathèque Charles Nègre sera inaugurée en octobre prochain après avoir été lancée... il y a plus de 10 ans avec l'attribution du concours d'architecture à l'équipe Beaudouin Architectes et Atelier Fernandez & Serres. Mais le parcours a été semé d'embûches : fouilles archéologiques, effondrement d'immeubles voisins, adaptation du chantier, présence d'amiante et défaillance d'entreprises… Au final, l'investissement va avoisiner les 30 M€.

Grasse : le centre ancien aura bientôt sa médiathèque

Malgré ces difficultés, l'implantation de cet équipement culturel dans une zone dégradée du centre ancien (la porte Est) exerce déjà un effet d'entraînement sur la requalification du secteur : nouveaux espaces publics (les places attenantes et les grands emmarchements signés Stoa), nouvelles cellules commerciales, réhabilitation de logements (îlot Nègre et à venir les locaux d'une ancienne parfumerie, un foncier porté par l'EPF PACA).

Le fonds friche au secours de la ZAC Martelly

A l'été, sera également livrée une première tranche de la restauration de l'ancien palais Episcopal médiéval qui abrite l'Hôtel de Ville, un monument historique classé. Confié à Antoine Madalenat, architecte en chef des monuments historiques, l'opération va, entre autres, permettre de retrouver en façade une ancienne galerie à arcatures. Pour voir le jour, le projet a notamment fait appel au mécénat.

Grasse : la ville donne un coup d'accélérateur à la ZAC Martelly

Pour la zone d'aménagement concertée (ZAC) Martelly, la fin des recours et l'attribution en 2021 d'une subvention de 5,6 M€ de l'Etat via le fonds friche (dans le cadre du deuxième appel à projets), une des plus importantes subventions allouées, devraient enfin débloquer le projet. « Nous allons pouvoir financer les surcoûts des travaux d'aménagement et notamment la création des parkings. Les dévoiements de réseaux seront lancés fin 2022, le préalable aux démolitions », confirme le maire. Cette opération est aussi un dossier au long cours : huit ans d'études et de recours et six ans au moins de travaux sont prévus.

Action Logement monte en puissance

Pour la réhabilitation de l'habitat, elle s'appuie désormais sur la combinaison des deux dispositifs, NPNRU et intervention d'Action Logement. L'opérateur, partenaire d'Action Cœur de Ville, finance les travaux de tous les opérateurs sur l'ensemble du parc de logements, à hauteur de 1 000 euros/m2 de surface habitable. Dans le centre ancien, ses objectifs ont été revus à la hausse avec un objectif d'une centaine de logements à réhabiliter. « C'est également un enjeu de mixité en réussissant à attirer des actifs dans des logements modernisés et rénovés, au plan énergétique notamment », précise Sergio Rolleri, directeur régional adjoint investissements chez Action Logement PACA.

Une première opération de cinq logements sociaux pour un bailleur privé rue Marcel Journet va être livrée cette année et trois autres sont en montage. Pour la SPL Pays de Grasse Développement, qui intervient sur les îlots dégradés dans le cadre du NPNRU, elle vient de s'attaquer avec l'agence Maes Architectes Urbanistes, au projet Sainte Marthe 2, la transformation de 17 logements inoccupés en six logements en accession sociale.

Frédéric Gabert rejoint la direction de l’EPF Paca

Dans cette stratégie d'action globale qui consiste à intervenir sur toutes les composantes de l'urbain, la ville et l'agglomération vont créer avec la Banque des Territoires, une foncière de redynamisation commerciale, pour s'attaquer notamment à la vacance commerciale et réussir à attirer de nouvelles enseignes. « On vise notamment les 3 000 m2 libérés par les banques dans le centre ancien », confirme Yann Clerc, le chef de projet Action Cœur de Ville.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

Journal du 31 août 2022

Journal du31 août 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?