AccueilEconomieGilbert Marcelli (UIMM Vaucluse) : "En 2014, l'activité industrielle progresse de 2%"

Gilbert Marcelli (UIMM Vaucluse) : "En 2014, l'activité industrielle progresse de 2%"

Gilbert Marcelli vient d'être élu président de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie du Vaucluse (UIMM). Il dresse l'état des lieux du département et dessine son action à la tête de l'organisation.
Gilbert Marcelli (UIMM Vaucluse) :
A. Ricci - Gilbert Marcelli, nouveau président de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie du Vaucluse

EconomieVaucluse Publié le ,

TPBM : Pouvez-vous nous dresser un état des lieux de l’industrie en Vaucluse ?
Gilbert Marcelli : En 2014, l’activité industrielle progresse de 2%. L’indice du climat des affaires perçu par les chefs d’entreprise est moins bon qu’en 2013. Il existe une certaine morosité selon les filières. Il n’y a pas suffisamment d’investissement, car les carnets de commande à six mois restent frileux. En Vaucluse, il existe beaucoup de petites et moyennes entreprises. Les seules grandes sociétés du département sont : Pellenc (Pertuis), Egide (Bollène), Eurosilicone (Apt), etc. Nous avons un certain nombre de métiers en tension : soudeurs, régleurs, tuyauteurs, tourneurs, fraiseurs.

Comment se passe la régionalisation au sein de l’UIMM ?
Pour l’instant, on bloque tout. Les administrateurs vauclusiens de l’UIMM ont bloqué ce système de régionalisation. Car la problématique des territoires n’a pas été prise en compte. Aujourd’hui transférer des compétences n’est pas dans l’attente de nos adhérents. Nous devons être à leur écoute. Nous sommes pour l’instant sur des étapes de mise en commun, par exemple il existe une synergie en matière d’emploi et de formation.

Quelle est la structuration de vos adhérents ?
Nous avons une centaine d’entreprises adhérentes qui représentent 4 300 salariés de l’industrie. 54% de nos adhérents ont une taille de 10 à 49 salariés, 36% moins de 10 salariés et 10% plus de 50 salariés. Nos objectifs sont de recruter une trentaine d’adhérents supplémentaire et d’accroître l’offre de services.

L'intégralité de cette interview est à retrouver dans TPBM.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?