Fermer la publicité

Gardanne : le train fer de lance de la relance

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Gardanne : le train fer de lance de la relance
W. Allaire - La Région a profité de l'inauguration du pôle d'échange multimodal pour dévoiler la silhouette des nouvelles rames TER Regiolis commandées à Alstom.

Les élus locaux et le préfet de région ont inauguré le nouveau pôle d'échanges multimodal de Gardanne, l'un des équipements phares du projet de modernisation de la ligne Marseille-Gardanne-Aix (MGA 2). La Région en a profité pour présenter les nouvelles rames de TER fournies par Alstom.

Gardanne capitale du rail régional. Ce 6 janvier, la cité minière a célébré la nouvelle année sous le signe du transport collectif. Les élus locaux, Renaud Muselier et Martine Vassal en tête, étaient aux côtés du préfet de région Christophe Mirmand, du nouveau maire de Gardanne Hervé Granier et des représentants de la SNCF pour inaugurer le nouveau pôle d'échanges multimodal (PEM) que l'Etat, l'Europe et les collectivités (Région, Département des Bouches-du-Rhône, Métropole Aix-Marseille-Provence) ont fait pousser le long du parvis qui jouxte la station ferroviaire.

Pour le premier coupé de ruban de sa mandature, l'édile gardannais a rappelé, fair play, que cet équipement était à mettre au crédit de son prédécesseur Roger Meï. C'est en effet sur un terrain mis à disposition - celui de l'ancien parking - par l'ancienne municipalité que cet ouvrage a vu le jour. Deux ans de travaux pilotés par la Société publique locale d'aménagement (SPLA) Pays d'Aix Territoires, l'entreprise Bec Construction et l'agence Battesti et Associés auront été nécessaires pour ériger cet ouvrage en silo de 352 places (gratuites pour les abonnés du TER) sur trois niveaux (extensible d'un niveau pour 118 places supplémentaires) flanqué d'une gare routière de neuf quais. Ce parking imposant (7 680 m2) s'insère assez discrètement dans le paysage grâce à sa façade habillée de fines lames en acier corten donnant, de loin, l'illusion du bois. La dimension écolo se prolonge avec la présence d'un garage à vélos de 56 emplacements et d'une vingtaine de places pour les véhicules électriques.

Cet équipement a représenté un investissement global de 11,56 millions d'euros (dont 7,35 M€ HT de travaux inscrits au contrat de plan Etat-Région 2016-2020) pris en charge par l'Europe via le Feder (27%), l'Etat (20,7%), la métropole Aix-Marseille-Provence (20%) et le conseil départemental des Bouches-du-Rhône (20%) et la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (12,2%).

La modernisation de la ligne Aix-Marseille sur les rails cet automne

Sa construction s'inscrit dans le cadre de la deuxième phase du projet de modernisation de la ligne Marseille-Gardanne-Aix (MGA 2). Un chantier phare du précédent CPER qui aura représenté un investissement de 182 millions d'euros financé par l'Etat (31,3%), la région sud (25,9%), le département des Bouches-du-Rhône (17%), la métropole AMP (16,7%) et SNCF réseau (9,1%). Après la reconfiguration complète du plan de voie de la gare d'Aix, la pose d'une nouvelle signalétique dernier cri et le doublement de la voie des 3,5 km de voie ferrée entre Gardanne et Luynes, les travaux pilotés par SNCF Réseau entrent dans la dernière ligne droite. « En octobre 2021, à la mise en service de la nouvelle infrastructure, l'augmentation de la desserte (à hauteur de 4 trains/heure par sens avec des rames de plus grande capacité) devrait multiplier par deux la fréquentation de cet axe pour atteindre plus de 15 000 voyageurs quotidiens », a souligné Karim Touati, directeur territorial Paca du gestionnaire du réseau ferré. Les haltes périurbaines (Saint-Antoine, Simiane et Plan de Campagne en 2024), quant à elles, seront desservies toutes les 30 minutes au lieu de toutes les 40 minutes actuellement.

Last but not least, le projet améliorera la fiabilité de la desserte grâce à la modernisation de l'aiguillage de la gare d'Aix qui sera télécommandé depuis Marseille et l'augmentation du doublement de voie banalisée (circulables dans les deux sens).

D'ici l'automne 2021, les travaux se dérouleront aussi à l'extérieur d'Aix. Egenie poursuivra la pose de la voie sur la nouvelle plate-forme entre Gardanne et Luynes. Et la halte Saint-Antoine verra elle aussi ses quais allongés jusqu'à 220 mètres pour accueillir des TER à trois rames.

La région a profité de l'inauguration du PEM pour dévoiler la silhouette des nouvelles rames TER Regiolis commandées à Alstom. Les trois premiers exemplaires de ces trains bimodes (électriques et thermiques) ont été livrés. Deux autres suivront complétant ce marché dans lequel la collectivité a investi 40 millions d'euros. A bord, les passagers trouveront 214 places assises, des liseuses individuelles et des prises électriques ainsi qu'un espace de rangement pour les vélos. « Ces rames peuvent fonctionner sur toutes les voies, puisqu'elles peuvent être à la fois à propulsion thermique ou électrique, quel que soit le voltage. C'est le couteau suisse du train », précise Stéphane Lebrun, directeur du matériel roulant de SNCF Paca.

Un contrat d'avenir à 5 Mds€

« Si on a des trains ponctuels, neufs et performants, des pôles multimodaux pour se garer ou prendre un bus, les habitants délaisseront leurs voitures pour les transports en commun », affirme Renaud Muselier, le président de la Région Paca.

Cet enjeu de la mobilité figure d'ailleurs en bonne place dans le contrat d'avenir paraphé la veille à Toulon par le chef de l'exécutif régional et le Premier ministre Jean Castex. « 5,1 milliards d'euros pour financer des projets structurants », indique Renaud Muselier. Ce contrat qui succède au CPER 2016-2020 fera l'objet de concertations avec les collectivités infrarégionales pour décliner des conventions d'application. Ces dernières permettront à chacune d'entre elles d'augmenter par le biais d'un effet levier les financements mobilisés sur leur territoire. Une manne XXL que Martine Vassal, la présidente de la Métropole AMP et du Département des Bouches-du-Rhône ne compte pas laisser à quai. « L'agenda de la mobilité métropolitaine arrêté en 2016 prévoit 10 milliards d'investissement dans les transports. Nous avons énormément de projets », a martelé l'élue phocéenne. Reste désormais à boucler les études pour que ces projets se transforment en chantier. Et rapidement. Car comme l'a rappelé le président de la Région, l'ambition de ce plan est de lancer les pelleteuses et les grues au plus vite. Pour que la relance ne reste pas en plan...




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer