AccueilDroit et chiffreGap : accueil « mortuaire » des avocats à l'audience de rentrée judiciaire

Gap : accueil « mortuaire » des avocats à l'audience de rentrée judiciaire

Au cours de l'audience solennelle de rentrée judiciaire, les avocats des Hautes-Alpes ont de nouveau pu montrer leur détermination à l'encontre du projet de réforme des retraites, et l'ont fait comprendre d'entrée de jeu à l'assistance.
Gap : accueil « mortuaire » des avocats à l'audience de rentrée judiciaire
M.-F. Sarrazin - Les avocats arboraient un masque blanc assorti d'un écriteau noir signifiant « la mort des avocats » sur les marches menant à l'audience.

Droit et chiffreHautes-Alpes Publié le ,

Alors que l'audience solennelle de rentrée judiciaire se tenait ce vendredi 31 janvier à Gap, les avocats du barreau des Hautes-Alpes, toujours mobilisés contre le projet de réforme des retraites, en ont profité pour montrer leur détermination dans ce combat, en organisant un comité d'accueil d'un genre... mortuaire. Alignés sur les marches de l'escalier menant à la salle d'audience, ils arboraient un masque blanc assorti d'un feuillet noir signalant « la mort des avocats ».

Le bâtonnier Me Priscillia Botrel s'est exprimée de nouveau sur le sujet au cours de l'audience du tribunal de grande instance. « Ce n'est pas un combat corporatiste mais de défense du justiciable et de la qualité de la justice », a-t-elle insisté. Consciente que dans l'esprit collectif, les avocats sont souvent considérés comme « nantis », Me Botrel n'a pas manqué de souligner qu'une partie de la profession percevait un revenu modeste. Elle estime que cette réforme signe « la mort économique de certains cabinets d'avocats », mais aussi de l'aide juridictionnelle. « Les avocats qui interviennent à l'aide juridictionnelle, écrasés par le poids des charges, seront amenés à disparaître », craint-elle, de même que « l'assistance d'urgence » par voie de conséquence.

Le bâtonnier a adressé une pensée aux magistrats, consciente « des efforts consentis » durant ce mouvement. « Mais il s'agit de notre unique moyen d'expression. » Elle a conclu son allocution en rappelant que « la justice ne peut se tenir sans avocat et sans juge » et que le « barreau des Hautes-Alpes est bien enraciné et déterminé à ne jamais mourir ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?