AccueilBTPFrédéric Tomasella élu président de la FRTP Paca

carnet Frédéric Tomasella élu président de la FRTP Paca

Ce 5 décembre à Aix, Frédéric Tomasella a été élu à la présidence de la Fédération régionale des travaux public (FRTP) de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Frédéric Tomasella élu président de la FRTP Paca
D.R. - Frédéric Tomasella a été élu à la présidence de la Fédération régionale des travaux public (FRTP) de PACA.

BTP Publié le ,

Changement de capitaine à la barre de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP). Ce 5 décembre à Aix, Frédéric Tomasella a été élu président de la FRTP de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca). Cet ingénieur de 61 ans succède pour un mandat de trois ans à François Debain. Directeur régional de Gagneraud Construction à Vitrolles, ce grenoblois a démarré sa carrière dans les travaux publics par le bas de l'échelle. « Je suis né dans les métiers des TP. Après mon DUT, j'ai commencé comme simple ouvrier puis j'ai gravi tous les échelons, se souvient le nouveau président. A un certain point, on m'a dit : « si tu veux progresser, il faut te former ». J'ai donc décidé de suivre un cursus d'ingénieur au CESI à Lyon. Mon diplôme en poche, j'ai piloté mon premier chantier, un ouvrage souterrain dans les Alpes pour le compte de l'entreprise Pascal ».

Le jeune ingénieur a ensuite mis le cap sur le sud-ouest pour rejoindre Castello, une entreprise de canalisation à Boulazac, en Dordogne (1991-1999). A l'orée des années 2000, il arrive dans la région Paca chez Gagneraud et intègre rapidement les instances professionnelles. Administrateur de la FRTP, cet homme adepte du dialogue assume ses premières responsabilités syndicales au sein de la commission sociale. Une instance qu'il préside depuis plus d'une décennie. « Chaque année, on rencontre les représentants des salariés pour négocier les accords salariaux », précise-t-il.

Dans la foulée, il entre au conseil d'administration du centre Emile Pico, le pôle de formation aux métiers des travaux publics de Mallemort. Un établissement modèle dont il récupère la présidence au début 2017, après le départ de son dirigeant historique, Yves Ghiron. « J'ai la passion des métiers. J'ai toujours adoré faire de la technique et transmettre le savoir-faire aux jeunes », lance l'ingénieur. Son nouveau mandat à la FRTP va l'obliger à lâcher ses responsabilités au sein du CFTP : « Même si j'ai un peu de temps, il est convenu avec mon entreprise que j'abandonne tous mes mandats pour me consacrer exclusivement à la Fédération », précise-t-il.

L'activité reste bien orientée

Alors que l'activité des TP régionaux poursuit son rebond amorcé en 2015, en hausse de 6% sur les neuf premiers mois de 2018, et que les carnets de commandes se garnissent (+ 9% fin septembre 2018), le nouveau patron de la FRTP affiche un optimisme mesuré pour 2019. « On sent que l'activité redémarre, mais il y des incertitudes », avance-t-il, prudent. Reste une réalité : « On a tellement réduit la voilure après la crise de 2008 qu'il faut que l'on embauche », affirme-t-il. Et si l'actualité turbulente du moment n'incite guère à l'enthousiasme, le dirigeant y voit matière à légitimer l'action de la FRTP : « Quand les repères disparaissent, la Fédération doit rester un repère et tisser des liens entre ses membres et ses partenaires ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?