AccueilEconomieFrédéric Cavallino devrait être le prochain président de la CCI 05

Frédéric Cavallino devrait être le prochain président de la CCI 05

Le commerçant gapençais de 43 ans, Frédéric Cavallino, conduira la liste d'union aux élections de la chambre consulaire en novembre prochain.
Frédéric Cavallino devrait être le prochain président de la CCI 05
M.-F. Sarrazin - Frédéric Cavallino (au centre) aux côtés de plusieurs membres de la liste et de représentants de syndicats professionnels.

EconomieHautes-Alpes Publié le ,

Le président de la chambre de commerce et d'industrie des Hautes-Alpes, Eric Gorde, avait annoncé il y a quelques semaines qu'il ne se représenterait en novembre prochain. Ce qui ne l'empêchera pas de faire partie du futur exécutif, à la fois pour s'assurer de la continuité de son action et épauler son successeur. Il s'agira probablement de Frédéric Cavallino, tête de la liste d'union qui se présentera aux suffrages cet automne. Qui, sauf surprise, sera la seule en lice.

Frédéric Cavallino, 43 ans, chef d'entreprise depuis 1998, a démarré dans l'hôtellerie dans le Champsaur, avant de devenir commerçant à Gap en 2004. Depuis 10 ans, il s'investit dans la défense du monde économique en tant que président de la fédération des associations de commerçants des Hautes-Alpes, et plus récemment vice-président de la CCI.

« Je n'étais pas prédestiné à devenir tête de liste. J'aime le travail entrepris à la CCI, qui a été pour moi une manière de m'ouvrir aux autres et de sortir la tête de mon entreprise. Les actions menées par Eric Gorde et mon implication m'incitent à poursuivre dans cette voie. Eric Gorde me donne un tremplin pour m'envoler et je suis heureux qu'il soit sur la liste pour bénéficier de son soutien et son expertise car j'ai beaucoup à apprendre », confie le candidat, qui s'inscrit donc dans la continuité.

« Il y a cinq ans, Eric Gorde a uni le monde économique, ce qui nous a permis d'être efficace et cohérent dans le montage des projets. » L'équipe résume son action future à trois verbes : relayer, mutualiser et optimiser.

« Il faut chasser en meute »

Cette liste d'union, Eric Gorde l'a ardemment souhaitée, convaincu qu'il « faut mettre de côté les différences et les égos pour peser auprès de l'Etat et de la Région. Il faut chasser en meute ». « Ce département n'a pas les moyens d'être divisé », corrobore Régis Bouchacourt, secrétaire de la CCI. « J'ai connu par le passé des combats difficiles qui ont laissé des traces indélébiles. Il faut être soudés vis-à-vis des politiques », insiste Dominique Erber, conseiller technique à la CCI et ancien juge du tribunal de commerce.

Les 11 000 chefs d'entreprise des Hautes-Alpes seront appelés à voter du 29 octobre au 9 novembre par voie électronique, après réception de leur identifiant et leur mot de passe par courrier. L'assemblée générale d'installation se tiendra le 30 novembre au plus tard. La liste sera composée de 30 membres élus, représentant à la fois les services, l'industrie et le commerce, auxquels il faut ajouter 15 membres associés. La liste, en cours de constitution, doit être déposée avant le 23 septembre. L'enjeu est grand, car il s'agit de mobiliser les troupes, ce qui n'est pas franchement le cas pour ce type d'élection, d'autant plus en cas de liste unique. « Lors des dernières élections, une seule liste s'était présentée et nous avions enregistré 16% de participation, quasiment un des records de France. Ce n'est pas un motif de satisfaction pour nous car nous aimerions une vraie légitimité », plaide Eric Gorde.

Il s'agit donc d'aller chercher les bonnes personnes, aux bons endroits. De l'avis d'Emmanuel Clozel, membre de la CCI, la liste en cours de constitution sera « très technique, peu politique ». En tant que pourvoyeur de mandat, l'UPE 05 a « réuni un groupe de travail pour bâtir ce projet et adouber Frédéric Cavallino », selon son président, Michel Garcin, qui ne cache pas sa hâte de coopérer avec la future équipe pour défendre les dossiers auprès des nouveaux exécutifs élus. Tout l'enjeu réside à bien représenter chaque branche et syndicat professionnel, et aussi d'introduire une bonne part de femmes et de jeunes. Ce qui est loin d'être simple. « Même si elles tiennent une place forte dans l'entreprise, les femmes ne sont souvent pas gérantes, ce qui les empêche de se présenter », glisse Frédéric Cavallino. Elles devraient constituer plus d'un tiers de la liste. « Nous essayons bien sûr de rajeunir et de féminiser l'équipe, mais nous ne voulons pas que ce soit juste pour l'affiche, nous voulons des personnes mobilisées et impliquées », tranche Régis Bouchacourt.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?