AccueilEconomieFrançois Mariani : "La CCI de Vaucluse doit relever les défis du e-commerce et du tourisme"

François Mariani : "La CCI de Vaucluse doit relever les défis du e-commerce et du tourisme"

François Mariani clôt 15 années à la tête de la CCI de Vaucluse. Les élections pour la chambre de commerce et d'industrie auront lieu du 20 octobre au 2 novembre prochain. Le nouveau bureau sera installé le 26 novembre et procèdera à l'élection du président. L'heure est donc au bilan pour François Mariani qui ne se représente pas.
François Mariani :
A. Ricci - François Mariani ne se représentera pas aux prochaines élections de la CCI du Vaucluse.

EconomieVaucluse Publié le ,

TPBM : Quel bilan tirez-vous de vos 15 années à la présidence de la CCI de Vaucluse ?
François
Mariani
: Le sentiment qui prédomine est celui d’une solidarité qui a été à toute épreuve, avec mes élus et les collaborateurs de la CCI. C’est ma plus grande satisfaction ! Il y a eu également de très belles rencontres, que ce soit avec des représentants de l’Etat, des acteurs du monde économique et, bien entendu, mes proches collaborateurs avec lesquels une vraie proximité nous a permis de travailler efficacement et avec entrain. Après, on ne peut nier que j’ai posé pas mal de premières pierres et aussi rencontré quelques cailloux. Ce qui n’a pas fonctionné, c’est qu’à un moment donné on nous a coupé l’herbe sous les pieds avec l’amputation des ressources fiscales. Nous avons dû faire autant avec 25% de budget en moins. J’ai dû abandonner le projet de la cité de l’alimentation méditerranéenne. Nous avons supprimé les antennes de Carpentras, d’Orange et de Cavaillon, et diminué la masse salariale de 30%.

Quel programme attendez-vous de vos successeurs ?
Les modèles économiques changent, notamment ceux du commerce et du tourisme ! La CCI de Vaucluse, comme ses homologues de Paca, doit relever les défis du e-commerce et du tourisme de demain. Ce sont là les deux principaux nouveaux enjeux d’attractivité des territoires. Le e-commerce en France en 2015, c’est + 15% de croissance par rapport à 2014 et 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le tourisme, lui, représente 7,4% du PIB de notre pays mais en Vaucluse, où le tourisme est avant tout culturel et œnologique, il nous faut progresser sur le tourisme familial. Il est déjà un marqueur de notre territoire.

Quel sera le candidat que vous allez soutenir ?
Mon candidat sera celui : qui saura faire le job ; qui saura être force de proposition tout en étant fédérateur ; qui aura la volonté de s’entourer de capacités et de compétences bien identifiées, en laissant à ceux qui les portent la place pour s’exprimer ; qui saura résister seul à toutes les pressions ou recommandations à base d’intérêts particuliers ; et, enfin, qui ne proposera pas de réinventer l’eau.

Je souhaiterais qu’il y ait un débat entre les candidats. Le tout en direct avec la presse et les entrepreneurs présents. Nous verrons qui saura convaincre ! C’est ça la démocratie d’entreprise, et c’est un bel examen de passage. Je le faisais, face à 250 entrepreneurs, au Palais des papes en 2005. Pourquoi pas eux ? Je le propose donc en toute transparence. Cela se fait bien à la CCI du Pays d’Arles, à la CCI du Var et dans bien des sphères politiques. Le futur président devra donc avoir les compétences de décider seul et les capacités à faire passer ses messages par le biais des médias, car présider une CCI, c’est aussi savoir être le porte-parole de tous les entrepreneurs d’un territoire.

La suite de cette interview est à lire dans le numéro 1137 de TPBM (parution le 6/07/2016). Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnements (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?