Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

INTERVIEW [Fort-des-Têtes] Face aux doutes et aux critiques, la mise au point de Ludovic Arnaud

Hautes-Alpes Publié le - - Economie

[Fort-des-Têtes] Face aux doutes et aux critiques, la mise au point de Ludovic Arnaud
Next Financial Partners - Ludovic Arnaud, le porteur du projet du Fort des Têtes, reste confiant.

Le porteur du projet de réhabilitation du Fort des Têtes, Ludovic Arnaud, à travers sa société Next Financial Partners, fait face à plusieurs critiques et doutes quant au chiffrage du projet, son financement, ses relations avec l'architecte en chef et le maire de Briançon.

TPBM : Vous êtes très chahuté en ce moment, au point d'organiser vendredi dernier une réunion publique à Briançon pour dire votre vérité. Que se passe-t-il ?
Ludovic Arnaud : Il y a un gros décalage entre ce qui se dit dans la presse et la réalité. Côté financier, je dérange beaucoup car le procédé de défiscalisation mis en place est novateur. Le permis de construire est validé depuis la semaine dernière et il y a deux semaines, nous avons également obtenu l'autorisation de travaux sur monuments historiques. Maintenant, nous allons pouvoir établir un planning de travaux et les chiffrer très exactement.


Lire aussi : Fort des Têtes : « Ce projet repose sur un montage juridique et fiscal inédit »


La variation du chiffrage des travaux est l'une des critiques que l'on vous oppose...
Un chiffrage a été réalisé par une grosse entreprise générale, Bouygues [Next ​Financial Partners travaille également avec Vinci, ndlr]. Et là où les architectes sont arrivés à 63M€, l'entreprise les estime à 111M€ ! Les architectes ont à la fois surestimé les travaux à entreprendre et sous-estimé leur coût. Ils sont partis du principe qu'il fallait tout refaire, toute la façade, installer de la climatisation, du chauffage au sol, conformément aux standards des hôtels 5 étoiles. Sauf que nous sommes dans le fort des Têtes, qu'il est hors de question d'enlever les planchers en mélèze massif pour les remplacer par du lamellé-collé. Les planchers anciens vont être réhabilités.
De même, ils sont partis sur le principe qu'il fallait totalement refaire des enduits à la chaux, soit 8M€ rien que pour ce poste. Qui en France est capable de faire ce type d'enduit ? Il aurait fallu mobiliser toutes les entreprises du pays, ce qui est impossible.
Nous allons donc phaser les travaux, traiter les urgences en premier. Après, bien sûr, nous ferons ce qu'il y a à faire dans le cadre du plan de sauvegarde du fort sur les 30 prochaines années. Nous allons définir quelque chose de plus cohérent. En regardant dans le détail avec l'entreprise générale, nous tombons à un maximum de 75M€.

Justement quelles sont vos relations avec Gabor Mester de Parajd, l'architecte en chef des monuments historiques associé initialement au projet ? L'avez-vous rémunéré ?
Les architectes se sont trompés et sur les travaux et sur le chiffrage, mais ce n'est pas la seule chose qui me gêne. Nous ne sommes ni à Versailles, ni à Rambouillet. Nous sommes dans les Hautes-Alpes et il y a des spécificités dont il faut tenir compte, qu'il s'agisse de la météo ou des entreprises locales. Il y a un vrai décalage. Ils sont partis sur des projets farfelus. Je vais mettre fin à leur mission une fois purgé le délai de recours contre le permis de construire et repartir avec une nouvelle équipe, toujours sous la direction du conservateur régional en chef des monuments historiques Robert Jourdan.
Sur la question de la rémunération, comme quand vous faites construire une maison, vous ne payez pas la totalité des honoraires aux architectes et aux artisans avant qu'elle ne soit finie et conforme à vos attentes. Les trois-quarts ont été payés. Il fallait que le permis soit validé et purgé de tout recours.

Quand les travaux vont-ils démarrer ?
On pourrait les commencer fin 2019 mais au préalable, il faut que la Ville de Briançon installe à la fois les réseaux et effectue les travaux de voirie nécessaires, ce qui est prévu cet automne. Cela impose à la mairie une avance de 800 000€. D'une part, elle n'a pas les fonds, et de l'autre, le maire ne veut pas prendre le risque de les faire si le projet ne se réalise pas. J'ai donc sollicité le président du Département Jean-Marie Bernard pour qu'il prête l'argent à la mairie de Briançon. Il a accepté*. Le remboursement interviendra quand la vente du fort sera signée [1,8M€, ndlr]. Mais c'était insuffisant pour le maire M. Fromm. Il m'a demandé une garantie bancaire et j'ai donc signé un engagement de garantie solidaire.

La suite de cette interview est à lire dans le numéro 1306 de TPBM (parution le 2/10/2019). Cliquez ici pour consulter nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).

* Actualisation le 26.09.2019 :

Le Département des Hautes-Alpes précise que Ludovic Arnaud l'a bien sollicité pour qu'il accorde un prêt de 800.000€ à la Ville de Briançon de manière à ce qu'elle puisse effectuer les travaux de voirie et de réseaux. En revanche, c'est au maire de Briançon de formuler à son tour cette demande, au terme de laquelle le conseil départemental doit statuer.

Ce que prévoit le projet

L'entretien des fortifications est un gouffre financier pour Briançon, le Département, la Région et l'Etat. Depuis le départ de l'armée en 2009, il ne passe plus rien au fort des Têtes si ce n'est des visites et des représentations théâtrales l'été. Le projet de réhabilitation financé par des fonds privés, sous l'égide de Next Financial Partners, prévoit d'y accueillir un hôtel 5*, un centre des congrès, des logements, un restaurant gastronomique, une brasserie, un bar et des boutiques de prêt-à-porter haut de gamme au terme de deux ans de travaux. Une fois ce chantier achevé, les investisseurs se sont engagés à consacrer 1 M€ par an à un plan de sauvegarde du fort, soit 41 ha à entretenir.




M.-F. Sarrazin
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer