Fermer la publicité

Fleuve Var : les travaux de protection ouvrent la voie à des adaptations du PPRI

Alpes-Maritimes le - - Urbanisme

Fleuve Var : les travaux de protection ouvrent la voie à des adaptations du PPRI
R. Mario - Les travaux au niveau de la ZI de Carros viennent de démarrer.

Trois secteurs de la basse vallée du Var sont concernés : la zone industrielle de Carros, le secteur Cap 3000 et la zone MIN-Cadam, stratégique pour l'Eco-Vallée.

Au chevet du fleuve Var depuis sa création en 2017, le Syndicat mixte pour les inondations, l'aménagement et la gestion de l'eau (Smiage), l'opérateur de la lutte contre les inondations dans les Alpes-Maritimes, une partie du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, vient d'ouvrir un nouveau chantier en rive droite du fleuve, au niveau de la ZI de Carros. Ces travaux (5 millions d'euros), lancés mi-août, s'achèveront au printemps si, en fonction de l'écoulement des eaux, ils ne s'interrompent pas pendant l'hiver (le chantier est protégé par un batardeau). Ils consistent, sur un linéaire d'un kilomètre, à ôter les « sucres » (les blocs de béton) qui protègent la digue, à renforcer le perré et à créer une semelle profondément ancrée sous le lit du Var.

Ils s'inscrivent dans une stratégie de restauration d'un fonctionnement plus naturel de ce fleuve côtier, une stratégie qui passe notamment par l'abaissement des seuils transversaux qui jalonnent son parcours dans la basse vallée. Ils ont été confiés à un groupement Razel Bec, Garelli, TP Spada, Guintoli et Tama.

Retard à cause du lézard ocellé

« Intégrés dans le Papi 2 du Var en 2018, ces travaux ont pris du retard à cause de la présence d'une espèces protégée, le lézard ocellé et de deux espèces de couleuvres. Il a fallu mettre au point et engager des actions de préservation environnementales fortes », explique Charles Ange Ginésy, président du conseil départemental 06 et président du Smiage. Après avis du conseil national de protection de la nature et un arrêté préfectoral de dérogation obtenu fin juillet, le chantier a pu enfin s'engager mais avec une batterie de mesures de protection et de compensation : accompagnement environnemental du chantier, mise en place de 67 gîtes pour les lézards ocellés, acquisition de 10 hectares entre le lac du Broc et la voirie métropolitaine pour permettre le maintien de l'espèce dans la basse vallée du Var... Coût de ces actions : 320 000 euros.

Ces travaux, financés par l'Etat et les collectivités, font suite à une série d'interventions engagées depuis 2010 : confortement du pied de digue de Carros, abaissement des seuils 7 et 8, confortement des digues en rive gauche sur 14 km avec des tranches de 6 millions d'euros par an et plus récemment construction du contre seuil n°4 et renforcement des fondations du pont de la Manda. D'autres campagnes de travaux suivront. Au total, plus de 80 millions d'euros d'investissements auront été engagés avec les Papi 1 et 2 sur la basse vallée du Var.


Lire aussi : Le Smiage au chevet du fleuve Var


Recul de certaines zones rouges

Ces interventions permettent d'entrevoir, sur certains secteurs, des adaptations du PPRI (plan de prévention du risque inondation) et notamment un recul des zones rouges inconstructibles. « Les procédures sont en cours avec des autorisations de renforcement des systèmes d'endiguement délivrées par l'Etat, après réalisation d'études de danger », confirme Johan Porcher, directeur adjoint de la direction départementale des territoires et de la mer 06. Au niveau de la zone industrielle de Carros, grâce à ces travaux de protection, deux fleurons, Virbac et Arkopharma, vont pouvoir ainsi mettre en œuvre leurs projets d'extension, bloqués par le risque inondation et le PPRI.

« Le long du linéaire protégé, la zone rouge va passer d'une bande de 200 m de large à 50 m, libérant un nouvel espace constructible. Nous allons déposer la demande d'ici le 30 juin 2021 », précise Cyril Marro, le directeur du Smiage. La procédure est également engagée sur deux autres secteurs de la basse vallée du Var où les travaux de protection ont déjà été réalisés: la zone de Cap 3000 (étude déposée) et le secteur Cadam-MIN, un espace stratégique pour les projets futurs de l'Eco-Vallée (l'étude vient de démarrer).




Rémy Mario
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide