Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Marseille Euroméditerranée cherche les maîtres d'oeuvre pour réaménager l'axe Cap Pinède-Capitaine Gèze

le - - Urbanisme

Euroméditerranée cherche les maîtres d'oeuvre pour réaménager l'axe Cap Pinède-Capitaine Gèze
Google Maps - Le périmètre opérationnel qui s'étire sur 1,6 km d'Est en Ouest a été scindé en quatre secteurs pour un devis de travaux global de 64,4 millions d'euros HT.

L'établissement public d'aménagement Euroméditerranée vient de lancer une consultation de maîtrise d'oeuvre pour sélectionner le groupement qui pilotera le réaménagement de l'axe Cap Pinède-Capitaine Gèze. Enjeu : conférer une nouvelle urbanité aux nombreux espaces publics qui bordent cet axe symbole du voiturbanisme des années 1960/70.

A quelques mois de la mise en service du tant attendu terminal multimodal du métro Capitaine Gèze, l'EPA Euroméditerranée (EPAEM) prépare la suite de l'aménagement des abords de cet équipement structurant. L'établissement public vient de lancer une consultation de maîtrise d'oeuvre pour sélectionner le groupement qui pilotera la requalification de l'axe Cap Pinède-Capitaine Gèze (10 ha sur 1,6 km de long). Un axe routier majeur qui relie, via une vieille passerelle, les autoroutes A55 et A7 et qui marque aussi la frontière septentrionale de l'extension de l'opération d'urbanisme.

Au delà de l'objectif d'amélioration de la desserte viaire, l'enjeu de ce projet revêt une large dimension urbaine : l'aménageur souhaite en effet reconfigurer en boulevard urbain multimodal cette voie vestige du voiturbanisme des années 1960/70. Une ambition qui coïncide avec les projets de renouvellement urbain développés au coeur de la Zac Littorale (53 ha), première pièce opérationnelle d'Euromed II. Projet dont le symbole est le quartier des Fabriques, pièce urbaine innovante et inclusive portée par Linkcity (250 000 m2 de surface de plancher prévus sur 14 ha). Au nord, l'enjeu de régénération est également à l'ordre du jour avec le projet de renouvellement urbain de La Cabucelle, quartier de la zone arrière-portuaire victime de la déprise industrielle du port de commerce.

La passerelle rasée

Alors qu'il avait été un temps question d'enterrer la passerelle routière (via une trémie) qui passe au nord des Fabriques et du marché aux Puces, une étude de faisabilité réalisée par l'agence Leclercq et Setec International en avril 2018 à la demande de l'EPAEM a finalement abouti à un choix d'aménagement de l'axe Cap Pinède-Gèze par un traitement à plat de la voie. Ces préalables fixés, la Métropole Aix-Marseille-Provence et Euroméditerranée ont signé une convention déléguant la maîtrise d'ouvrage de l'opération à l'établissement public.

« La maîtrise d'œuvre doit désormais être désignée pour assurer la requalification de l'axe, garantir un démarrage des travaux début 2021 et accompagner ainsi les prochaines évolutions du secteur : l'ouverture du pôle d'échanges multimodal Gèze prévue fin 2019, la dépose de la passerelle Gèze par la Métropole à l'été 2020, le démarrage des programmes immobiliers et des espaces publics associés sur le quartier des Fabriques dès 2021 et enfin la mise en service de la ligne B4 du BHNS et du tramway sur la rue de Lyon » , détaille l'EPAEM.

Un devis de 64,4 M€ HT

Le périmètre opérationnel qui s'étire sur 1,6 km d'Est en Ouest a été scindé en quatre secteurs pour un devis de travaux global de 64,4 millions d'euros HT : le carrefour du Cap Pinède (pour un montant de travaux estimé de 4,5 M€ HT), l'avenue du Cap Pinède et le boulevard Oddo, le carrefour rue de Lyon/place Gèze (ces deux secteurs représentent un coût de travaux de 36,5 M€ HT) et l'avenue du Capitaine Gèze (coût estimé : 23,4 M€ HT).

Une vue aérienne du secteur concerné © EPAEM

Le section centrale, qui recouvre l'espace libéré par la passerelle routière, représente l'une des cibles prioritaires de l'aménagement : « Sur une largeur de 54 mètres, le nouveau boulevard urbain doit faire place à tous les usages notamment transport et modes doux, en offrant une qualité d'espace public et un traitement paysager favorable aux cheminements piétons », indique l'EPAEM.

Autre enjeu clef : le traitement des abords du terminal multimodal Gèze. « Les études préliminaires devront donc présenter différentes variantes permettant de concilier les accès au pôle Gèze, la qualité des aménagements urbains, la lisibilité et la continuité des cheminements piétons et les aspects financiers », précise l'aménageur. La mise en service du pôle d'échanges impliquera en effet la création d'une station de taxis, d'une aire de dépose-minute avec barrière d'accès et des places de stationnement pour les véhicules du système d'autopartage.

Low cost-easy tech

L'aménagement des espaces publics devra répondre à la matrice « low cost-easy tech » d'Euromed II. A savoir peu coûteux et de technologie facile. Mais aussi facile à mettre en œuvre, à entretenir, et à se procurer, le tout en tenant compte des contraintes et des atouts du climat méditerranéen. Ces aménagements devront par ailleurs s'inscrire en continuité avec les espaces publics réalisés sur Euromed I et II et plus particulièrement sur les espaces publics projetés sur le quartier des Fabriques.

Malgré cette recherche de simplicité, certains espaces pourront faire l'objet d'un traitement plus différencié et créer ainsi « des lieux forts » pour le quartier. Il s'agit notamment de la place Gèze qui constituera à la fois une place de la mobilité en lien étroit avec le pôle d'échanges mais aussi la porte d'entrée vers le futur parc des Aygalades. « Compte tenu de sa dimension généreuse, une recherche particulière sur les usages y sera attendu, ceux-ci devront constituer le fil conducteur du projet et ce, à toutes les étapes de son élaboration », indique l'EPAEM.

Le lauréat désigné fin octobre 2019

D'une manière générale, l'EPAEM affirme qu'il sera particulièrement vigilant à ce que la proposition de l'équipe de maîtrise d'œuvre « s'appuie sur les orientations définies par François Leclerc, l'architecte-urbaniste de la Zac Littorale tout en les réinterrogeant. » L'équipe devra par ailleurs intégrer les nouveaux enjeux d'aménagement durable avec des projets d'urbanisme transitoire et l'usage du BIM (pour Building information modeling), en liaison avec le CSTB (centre technique et scientifique du bâtiment) titulaire d'une mission d'AMO (assistance à maîtrise d'ouvrage) confiée par l'EPAEM.

Les équipes devront regrouper un paysagiste (mandataire), un architecte, des bureaux d'études « VRD/aménagement urbain/hydraulique/développement durable », « génie civil », « mobilité », un concepteur lumière, éclairagiste et un BIM Manager. Trois équipes seront retenues cet été et la lauréate fin octobre 2019. Le marché de maîtrise d'œuvre démarrera fin 2019 pour une durée de cinq ans (dont 15 mois d'études d'avant-projet et projet/dossier de consultation des entreprises).




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide