AccueilBTPEourres : et si le bois, la terre et la paille étaient l’avenir du BTP ?

Eourres : et si le bois, la terre et la paille étaient l’avenir du BTP ?

Emmanuelle et Michel Philippo, deux anciens professeurs devenus militants écologistes constructifs, ont créé une association de promotion des écomatériaux. Ensemble ils veulent participer à décarboner le secteur du bâtiment.
Eourres : et si le bois, la terre et la paille étaient l’avenir du BTP ?
H. Saveuse - En 2014, le couple a lancé, via un chantier école, la rénovation intérieure en terre crue de la chapelle d’Eourres.

BTPHautes-Alpes Publié le ,

Rien ne destinait Emmanuelle et Michel Philippo à entrer dans le monde du BTP. Respectivement professeurs de français et de philosophie en Belgique, ils ont fait irruption dans cet univers par hasard, après une expérience malheureuse.

« Un an après l’achat de notre maison à Gaurain-Ramecroix en Belgique, nous avons reçu un courrier venant de la cimenterie voisine, CCB, dans lequel elle annonçait avoir déposé un permis auprès de la commune afin de valoriser des combustibles de substitution. En d’autres termes, le pétrole coûtait trop cher. Ils voulaient brûler des déchets et nous habitions à quelques centaines de mètres de là. Nous nous sommes battus trois ans. Puis nous avons choisi de ne pas nous positionner contre le ciment mais plutôt pour une alternative au ciment. Nous avons décidé de déménager, d’aller dans un éco-village en pleine reconstruction. »

Aujourd’hui, ils militent pour le développement de l’usage de matériaux écologiques dans le BTP en poursuivant le but de décarboner le secteur. 

Former aux constructions alternatives

Fin 2016, ils s’installent à Eourres, dans les Hautes-Alpes, où ils construisent leur maison en bois, terre et paille. « En intégrant de la paille et du bois dans les constructions nous pourrions réduire notre émission de CO2 de 23 000 tonnes en dix ans. Parallèlement l’usage de la terre crue ne nécessite pas de chauffer la matière. C’est, là encore, une économie pour notre planète », plaide Emmanuelle Philippo. Convaincus et forts de leur expérience, ils distillent leurs méthodes via l’association LESA. Ils forment des stagiaires à la construction en terre crue dans le cadre d’une formation professionnelle financée par Pôle emploi et la Région provence-Alpes-Côte d'Azur et qui prépare au Titre professionnel (TP) maçon du bâti ancien (niveau CAP). La dernière session de formation de 950 heures, organisée par le Greta Alpes Provence, dont LESA est prestataire, s’est déroulée au lycée des métiers Louis Martin Bret à Manosque et s’est terminée en novembre 2020. L’association, qui ne manque pas de candidats, attend pour l’heure une réouverture des crédits formation pour lancer une nouvelle session.

Matériaux biosourcés : construisons renouvelable !

Emmanuelle et Michel Philippo ont également créé une recette opensource - répertoriée par EnvirobatBDM* - d’enduit en terre crue fibré projeté, à base de terre issue de la carrière Socova à Aubres (26), de fibres de balle d’épeautre des Baronnies Provençales (société Archibale à Montguers, 26) et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et de sable de Martigues (13). Pour les couleurs ils se fournissent auprès de la société des Ocres de France à Apt (84). Et leur recette fait des émules : Michel Philippo indique avoir été contacté par des hôteliers quatre étoiles pour son expertise sur des projets de réhabilitations écologiques en paille de riz et intérieur terre crue dans les Bouches-du-Rhône.

Sensibiliser les élus 

En outre, le 13 novembre, à Val Buëch-Méouge, ils donnent rendez-vous aux élus locaux pour une conférence gesticulée afin de les sensibiliser aux principes de la construction alternative. « Pour nous, l’objectif sera de déconstruire les a priori sur l’écoconstruction, de mettre en relation les agriculteurs, les artisans du BTP et les élus. La construction bois-paille-terre ce n’est pas la maison des trois petits cochons », lance Emmanuelle Philippo.

De la terre cuite dont on fait des murs !

Elle estime que les élus doivent également apprendre à rédiger des appels d’offres avec des matériaux spéciaux pour pouvoir développer ce type de bâti.

* Dans le cadre de fiches-produit dont l'objectif est la promotion des matériaux issus de la filière biosourcée et/ou locale.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?