AccueilBTPElargissement de l’A57 : des arbres qui cachent une forêt vertueuse

Elargissement de l’A57 : des arbres qui cachent une forêt vertueuse

Le volet environnemental est une préoccupation majeure d’Escota Vinci Autoroutes sur ses chantiers, en l’occurrence s’agissant de l’élargissement de l’A57 à l’est de Toulon. Les arbres peuvent en témoigner.
Des moyens considérables ont été déployés pour le transfert des palmiers et oliviers.
Escota Vinci Autoroutes - Des moyens considérables ont été déployés pour le transfert des palmiers et oliviers.

BTPVar Publié le ,

Un chantier (pour ne pas dire convoi) un peu exceptionnel s’est organisé parallèlement à l’élargissement de l’autoroute A57 en deux fois trois voies à l’est de Toulon. Pendant que cette opération phare d’Escota Vinci Autoroutes, livrable en 2025, est conduite par NGE et son groupement lauréat (174,4 millions d’euros), la végétalisation n’est pas délaissée sur le bas côté.

Suite à un appel d’offres attribué à l’automne 2020 (390 000 euros), l’entreprise hyèroise Guyomar, pépiniériste depuis trois générations, a répondu à la préoccupation du réseau autoroutier de soigner les arbres qui jalonnent le périmètre concerné par les travaux. A savoir 135 palmiers et 75 oliviers à déplanter, transplanter et couver sur un terrain d’1,5 hectare dédié, près de ses installations de la vallée de Sauvebonne à Hyères, sur la route de Pierrefeu, à un quart d’heure de l’A57. Un chantier dans le chantier effectué avec de grands moyens (grue, pelle de 30 tonnes, semi-remorque, plateaux techniques…) entre mars et la fin 2021, très complexe car combinant des contrôles sécuritaires particulièrement forts sur l’autoroute, la nécessité de travailler de nuit pour limiter les nuisances de trafic autoroutier et par-dessus la glissière, sans oublier l’exigence d’adaptation à des sujets (les arbres) très exigeants…

« L’écoute et l’implication de tout le monde ont parfaitement fonctionné. Sinon, il n’aurait pas été pas possible de réussir au regard de toutes les contraintes », affirme Sophie Lethuin-Farge, responsable de la communication chez Escota Vinci Autoroutes. « En lien avec notre conductrice d’opération Emilie Wieczorek, Florent Guyomar et ses équipes ont parfaitement répondu à nos attentes et à la politique environnementale et d’aménagements paysagers que nous prônons. Dans le cadre de l’A57, déployer une approche vertueuse consistant à déplacer, préserver puis replanter à la fin du chantier ces palmiers et oliviers, qui sont des marqueurs importants de l’entrée de ville, est un défi qu’il fallait relever. C’est à la hauteur des enjeux de cet élargissement et de notre considération du territoire. L’expérience de longue date de cette entreprise sur ce marché spécifique, sa capacité d’entreposage et de préservation des arbres sont de précieux atouts pour mener à bien ce chantier atypique, par le volume, les conditions de travail et la temporalité. »

Travaux d'élargissement sur l'A57 : nuisances sonores en sourdine

Terrain nourricier

« Nous avons une grosse capacité de transplantations des arbres, des techniques et un savoir-faire largement éprouvés depuis la création de la pépinière par mon grand-père, Yves, en 1954 », explique Florent Guyomar, le dirigeant de cette entité de 20 personnes et 3 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ce dernier a pris les rênes à son tour en 2014, à la suite de son père, Michel. Si le premier avait ancré l’activité sur la production et la vente de végétaux, le second sur les aménagements paysagers, avec une relocalisation en 1981 de la pépinière dans son implantation hyéroise actuelle, le petit-fils s’est appuyé sur les acquis de son histoire familiale, perpétuant l’authenticité, investissant dans un parc matériel très complet et ajoutant, fait déterminant dans sa croissance, un bureau d’études. Celui-là même qui a largement contribué au succès de la transplantation inédite par le nombre et la taille des espèces déplacées.

Florent Guyomar sur le terrain dédié aux arbres du chantier A57. (Crédit : O. Réal)

« Conjointement à nos connaissances et à notre organisation, nous avons mobilisé le foncier disponible et la meilleure terre végétale possible, ce qui était indispensable sur cette opération. Le palmier est une herbe géante qui ne fait pas de bois mais de la fibre, tandis que l’olivier est un arbre. Il fallait optimiser les conditions de leur transfert en tenant compte de leur spécificité différente, tout en se préoccupant de leur préservation durable», précise-t-il en expert. Tous ont fait l’objet d’une implantation nouvelle particulièrement réfléchie, étudiée avec l’écologue du chantier, Hervé Mineau du cabinet Aphyllanthe, en lien avec le maître d’ouvrage. Le terrain nourricier les accueille jusqu’à leur replantation le long de l’autoroute au gré de l’avancement des travaux, sachant qu’ils sont suivis par un organisme officiel à vocation sanitaire du domaine végétal, le Fredon Paca, diagnostiqués tous les six mois, numérotés, répertoriés…

Travaux de l'A57 à Toulon : l’élargissement sur le pont

« Outre le volume, le caractère original réside également dans cette longue mise en jauge en vue de les ramener à leur destination à terme, avec un cahier des charges qui impose 95 % de maintien en vie. Habituellement, nous enlevons d’un point A pour replanter à un point B. Là nous les gardons potentiellement jusqu’à quatre ans avant de les remettre autour du lieu d’origine. » Une intelligence de situation qui s’est adaptée à chaque arbre, à chaque herbe, faisant des copeaux ou du compost avec les tailles des sujets, et en corollaire honneur à la tradition familiale.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

Journal du 31 août 2022

Journal du31 août 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?