Fermer la publicité

Eiffage lance le chantier du quartier témoin de l'Ecocité à Marseille

Bouches-du-Rhône le - - Urbanisme

Eiffage lance le chantier du quartier témoin de l'Ecocité à Marseille
D.R. - Un immeuble moderne sera construit à la place de la friche Allar

Eiffage vient de lancer les travaux d'aménagement de l'îlot Allar, une nouvelle pièce urbaine de 58.000 m2 appelée à être le quartier témoin de l'extension d'Euroméditerranée.

Fin septembre, Eiffage a lancé les travaux de dépollution de l’îlot Allar, une friche industrielle de 2,4 ha (ancienne usine à gaz) qui jouxte le nouveau siège régional d’EDF, dans le quartier des Crottes (15e) à Marseille. Cet hiver, le promoteur y posera la première pierre du « 112e Village », un programme de 58.000 mètres carrés à énergie positive qui marquera le top départ de l’aménagement de l’extension d’Euroméditerranée (169 ha).

Fruit d’une démarche innovante instiguée par Phosphore, la cellule recherche et développement d’Eiffage, ce morceau de ville agrégera bureaux, commerces, équipements publics (20.000 m2), un hôtel de 90 chambres et 400 logements (en accession à prix maîtrisé et HLM, ces derniers étant cédés en Vefa à l’Esh Erilia), le tout organisé autour d’une rue « universelle » concentrant les services aux particuliers, les entreprises et la logistique...


Conçue par l’agence Babylone Avenue (Lyon) comme un laboratoire de la ville durable version méditerranéenne, cette nouvelle pièce urbaine permettra à Eiffage et à l’EPA Euroméditerranée de tester de nombreux concepts « écolos » avant-gardistes appelés à être déclinés à grande échelle sur le périmètre de l’opération d’urbanisme. « Il s’agit de voir comment toutes ces nouvelles techniques constructives s’adaptent au marché local, mais aussi de vérifier l’appropriation que les habitants se feront de ces nouveaux dispositifs », explique François Jalinot, le directeur général de l’EPAEM. Cette stratégie « low cost et easy tech » aura pour emblème une centrale de thalassothermie déployée par EDF : cette unité assurera l’alimentation en énergie de l’ensemble du quartier (cf. ci-dessous).

Des bureaux signés Souto de Moura

L’innovation sera à chaque coin de rue et à tous les étages de cet écoquartier témoin : sont ainsi annoncés des logements évolutifs en bâtiments modulaires, une halle universelle destinée à accueillir des prestataires nomades (coiffeur, soutien scolaire, pressing…), un service d’e-conciergerie, des espaces de co-working, des jardins partagés pour les seniors en terrasses, des parkings mutualisés, des solutions de mobilités douces...


L’opération démarrera en fanfare cette année : le promoteur a en effet confié au « starchitecte » portugais Eduardo Souto de Moura (Pritzker 2011) le soin de dessiner le premier immeuble du projet. Il s’agit d’un bâtiment de bureaux Bepos de 10.931 mètres carrés dans lequel la Ville de Marseille compte regrouper d’ici le second semestre 2016 différents services administratifs, notamment la direction générale de l’architecture et des bâtiments communaux (cédé en Vefa au prix de 36,23 M€ TTC). Cet écrin de neuf étages affichera le niveau « argent » du label BDM (Bâtiment durable méditerranéen).
La suite se déroulera de manière progressive jusqu’à la fin 2017, en plusieurs phases conçues par la crème des architectes locaux : Corinne  Vezzoni, Atelier 82, l’agence Mathoulin-Jardin, Jacques Sbriglio et Jean-Michel Battesti... Des maîtres d’œuvre dûment sélectionnés qui travailleront en coordination avec l’équipe de François Leclercq, urbaniste en chef de l’extension d’Euroméditerranée.


William Allaire

Une boucle à eau de mer signée EDF

Les énergéticiens jouent la carte des énergies renouvelables sur Euromed. Après Cofely et Climespaces (GDF Suez) à Arenc, EDF Optimal Solutions (EDF OS) parie à son tour sur la thalassothermie. La filiale d’EDF attaquera en janvier les travaux de déploiement d’un réseau de géothermie marine dans le secteur des Crottes (montant de l’investissement : 10 M€ HT). Dans un premier temps, cette boucle de 2,6 km de long fera souffler le chaud et le froid sur les immeubles de l’îlot Allar. Ce réseau cheminera entre un local technique érigé sur l’emprise du port et une sous-station située à 1,2 km des quais, rue Allar. EDF OS se servira de l’eau récupérée dans les bassins du port. Cette eau à une température située entre 12° et 20°C selon la saison, alimentera une petite centrale installée sur le quai de la Pinède (environ 200 m2). L’été, l’eau débarrassée de son sel refroidira le circuit qui circulera sous le pavé des rues (3,3 MW). L’hiver, il suffira de réchauffer légèrement la température de l’eau avec des pompes à chaleur pour assurer le chauffage du bâti (2,6 MW). Ces dernières seront installées dans le sous-sol des immeubles. A terme, EDF et Eiffage espèrent que ce système éco-vertueux permettra de réduire la facture énergétique des usagers de 30%.


W. A.
 




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer