AccueilUrbanismeEguilles : Leclerc de nouveau retoqué par la CDAC

Eguilles : Leclerc de nouveau retoqué par la CDAC

Un pas un avant, deux en arrière. Sept mois après l'annulation des autorisations administratives (permis de construire et CNAC) par la cour administrative d'appel de Marseille, Leclerc a vu son projet de supermarché (2.908 m2 de surface de vente avec un drive de 7 pistes) de la zone des Jalassières, à Eguilles, dans la périphérie occidentale d'Aix-en-Provence (10 km) de nouveau rejeté par la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) ce 20 janvier.

UrbanismeBouches-du-Rhône Publié le ,

Ce veto constitue l’énième épisode du bras de fer qui oppose depuis six ans la municipalité de cette commune périurbaine (7.500 habitants) et le promoteur du projet, la société Socilau de Norbert Faraco, PDG des centres Leclerc varois (Le Luc, Brignoles).

Les tensions remontent à 2010 lorsque le distributeur a racheté le terrain occupé par une ancienne concession automobile (« Automobiles Bovero » ; 2,6 ha pour 6 M€). A l’époque, le maire (UDI) Robert Dagorne avait accordé un double permis de construire : l’un pour l’installation d’un drive exploité par Leclerc, l’autre pour l’extension de la concession automobile. En octobre 2013, après le départ du garagiste, le distributeur est resté seul en piste, proposant cette fois de récupérer le permis de construire pour réaliser un supermarché de 2.450 mètres carrés. Ce projet de transfert s’est aussitôt heurté au refus du maire qui voit en ce projet une menace pour les commerces du centre ville. Plutôt qu’un supermarché, l’édile préférerait voir pousser une opération de logement sur le site (avec 30% d’HLM).

Début 2015, la CDAC avait une première retoqué le dossier présenté par Socilau, laquelle avait obtenu gain de cause six mois plus tard devant la CNAC (Commission nationale d'aménagement commercial). En juillet 2016, la cour administrative d’appel, saisie par le promoteur, la commune mais aussi par les concurrents de Leclerc, Casino et Carrefour (Erteco), avait renvoyé tout le dossier à la case départ, prononçant à la fois la non caducité des permis de construire (requise par la mairie) et demandant à Socilau de redéposer une demande d’autorisation commerciale.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?