AccueilEconomieEbénisterie Eyraud père et fils

Ebénisterie Eyraud père et fils

Située à Saint-Laurent-du-Cros, dans le Champsaur, la SARL d'Emile et Nicolas Eyraud est avant tout une entreprise familiale. Le fondateur Emile est accompagné de son épouse, Véronique, en charge de la relation aux clients, de la comptabilité, de la gestion et du marketing. Dans les ateliers, son fils Nicolas et un apprenti dénommé Kévin… Eyraud qui sont l'avenir de l'entreprise.
Ebénisterie Eyraud père et fils
M. Fauchâtre - L'atelier accueille régulièrement des apprentis en formation.

EconomieHautes-Alpes Publié le ,

Certifiée RGE (Reconnu garant de l’environnement), l’entreprise EyraudEmile et Nicolas est installée à Saint-Laurent-du-Cros dans le Champsaur, à quelques kilomètres au nord de Gap. Elle a été créée en 1978 par le père, Emile, qui vient de recevoir la médaille d’argent de la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA). Dans son ébénisterie, on retrouve dans les ateliers son fils Nicolas, â de 40 ans. Plus que jamais familiale, la SARL emploie aujourd’hui six salariés, dont Véronique, l’épouse d’Emile, et un apprenti de 19 ans, Kévin, fils de la famille Eyraud, en formation au Centre de formation d’apprentis (CFA).

L’ébénisterie propose ses services dans la fabrication et l’installation de cuisines, d’escaliers, de menuiseries intérieures et extérieures (fenêtres, portes-fenêtres, volets roulants, portes de garage ou d’entrée). « Nous travaillons essentiellement avec des particuliers, explique Emile Eyraud. Nous avons ouvert une boutique à Chabottes dans laquelle nous présentons les cuisines que nous fabriquons et celles pour lesquelles nous sommes revendeur et que nous installons. » L’entreprise Eyraud Emile et Nicolas intervient dans les départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence, des Bouches-du-Rhône, du Var, de l’Isère et de la Savoie. Le chiffre d’affaires en 2016 s’est élevé à 837 641 €.

Au sujet de ses collaborateurs, le fondateur précise : « J’ai pris des Compagnons pour les former dans notre atelier. J’ai même accueilli des Compagnons du Canada. Régulièrement, des apprentis viennent se former chez nous. » Véronique Eyraud a quant à elle pu bénéficier de la part de la CMA, d’une formation d'assistante de direction d’entreprise artisanale (Adea) de niveau bac. « Je suis contente de l’avoir fait. J’y ai beaucoup appris, c’est bien pour notre entreprise […] Cette formation dure deux années, elle permet d’approfondir les relations avec les clients, la gestion, la comptabilité et le marketing », des domaines dont elle est chargée au sein de l’entreprise familiale.

Talent artistique, habileté manuelle et sens de l’esthétique

Sur le travail de l’ébéniste, Emile Eyraud estime que « c’est très dommage que le travail du bois traditionnel se perde. Travailler cette matière noble est vraiment une richesse ».

En 2009, la cabine à vernis de l’entreprise a été mise aux normes. Un silo a également été mis en place, pour l’aspiration des poussières. Le financement a été réalisé grâce aux aides de l’Europe et du conseil général, ainsi qu’à un prêt personnel. L’année 2010 marque les débuts de la franchise avec l’enseigne Solabaie. « La mode du bois massif est passée et nous avons développé l’activité menuiseries extérieures alu, bois, PVC, en neuf ou rénovation », précise Véronique Eyraud.
Quant à la question de savoir si la conjoncture est bonne, Emile Eyraud répond : « Il faut toujours se battre pour obtenir des marchés ».

Retrouvez chaque semaine, sur le site internet de TPBM et dans la version papier, nos portraits d'artisans de la région, en partenariat avec la Chambre de métiers et de l'artisanat de PACA. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?