AccueilUrbanismeDomaine de Chauveton : plus de 150 logements érigés à horizon 2026 à Embrun

Domaine de Chauveton : plus de 150 logements érigés à horizon 2026 à Embrun

Le promoteur-aménageur Pro & Immo a été retenu pour aménager 70 000 m2 sur les hauteurs d'Embrun, dans un quartier comprenant aussi des espaces naturels et la future Haute école du bois et de la forêt.
Domaine de Chauveton : plus de 150 logements érigés à horizon 2026 à Embrun
Pro & Immo - Le bois jouera un rôle important, pas uniquement esthétique, dans la construction des bâtiments du Domaine de Chauveton à Embrun.

UrbanismeHautes-Alpes Publié le ,

Après une période de flottement, le dossier de Chauveton passe à la vitesse supérieure. Ces 20 hectares surplombant la ville ont été rachetés par la commune d'Embrun il y a sept ans à la Banque de France, par le biais de l'Etablissement public foncier régional (EPFR). Le secteur comprendra trois espaces distincts : une zone naturelle avec des aménagements valorisant la biodiversité du site, une zone à vocation touristique et économique – largement occupée par le projet de Haute école du bois et de la forêt – et des logements (sur la zone 2AU, urbanisable moyennant un plan d'aménagement).

Sur ce dernier point, l'appel à manifestation d'intérêt s'est révélé fructueux et a amené la commune à retenir le projet de l'aménageur-constructeur embrunais Pro & Immo, qui s'est entouré de savoir-faire locaux : le cabinet d'architecture ATA, l'urbaniste Alpicité, le concepteur paysagiste Antoine Marache, les bureaux d'études Adret et AEV, le géomètre expert Jacques Potin.

Le premier campus bois-forêt de France naîtra dans les Hautes-Alpes

L'aménagement de ces 70 000 m2 de terrain se déroulera en deux phases. La première, livrée en 2025, prévoit la construction de trois petits immeubles de 20 logements, 30 logements au sein de trois petits îlots de villas jumelées et 18 lots individuels à bâtir. Le seconde, livrée en 2026, comporte un immeuble de 20 logements en accession sociale ou locatif social, un autre d'une vingtaine de logements à vocation étudiante et deux îlots de villas jumelées, soit 10 logements en accession sociale. « Les constructions formeront un demi-cercle afin de conserver le grand pré qui se prête aux balades », souligne la maire d'Embrun, Chantal Eyméoud, qui veille particulièrement à la bonne intégration du programme au sein du domaine et à la préservation des parties boisées et des espaces agricoles.

Des performances proches de la construction passive

L'opération fera la part belle au bois. « Il jouera un rôle important, pas qu'esthétique, structurel aussi », indique François Koroloff, dirigeant de Pro & Immo. Une réflexion de fond est engagée sur la pertinence et la viabilité économique d'un potentiel réseau de chaleur bois spécifique alimentant tout le secteur de Chauveton.

« Ces arbitrages guideront les choix constructifs et les modes d'énergie retenus. Le quartier se situe à 900 mètres d'altitude. Nous visons des performances proches de la construction passive. »

Si la réalisation du réseau de chaleur communal ne se concrétise pas, l'aménageur mettra davantage l'accent sur la présence de panneaux solaires et de pompes à chaleur en apport.

Pro & Immo a contractualisé une promesse de vente avec l'EPFR. L'acquisition définitive de ces 70 000 m2 de terrain devrait intervenir une fois le permis d'aménager délivré, « à la fin de l'hiver prochain sur le principe ». Le démarrage des travaux de voirie, de réseau, de viabilité, est aussi conditionné à la modification du plan local d'urbanisme (PLU).

Gap : Pro & Immo construit une nouvelle résidence de 53 logements

Ce projet tient particulièrement à cœur à François Koroloff, qui arpentait le secteur de Chauveton pendant son enfance et son adolescence. Le programme, dont la commercialisation ne devrait pas débuter avant 2023, suscite déjà l'intérêt au sein de la population. « Le lieu est emblématique, l'exposition et la vue exceptionnelles », observe Frédéric Richiardi, responsable commercial et marketing de Pro & Immo.

L'aménagement du secteur entraîne forcément quelques inquiétudes exprimées par les riverains situés au-dessus du domaine. « Nous y sommes attentifs et travaillons sur une organisation de la circulation en faisant chiffrer des hypothèses », confie Chantal Eyméoud.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 mai 2022

Journal du25 mai 2022

Journal du 18 mai 2022

Journal du18 mai 2022

Journal du 11 mai 2022

Journal du11 mai 2022

Journal du 04 mai 2022

Journal du04 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?