AccueilTerritoiresDLVA : Proviridis et Transdev ouvrent la voie aux mobilités décarbonnées

DLVA : Proviridis et Transdev ouvrent la voie aux mobilités décarbonnées

Une partie des bus desservant Durance Luberon Verdon agglomération passe au gaz naturel. Une action vertueuse de la collectivité rendue possible par la construction d'un dépôt HQE (Haute qualité environnementale) par Transdev et l'installation d'une station V-Gas par Proviridis.
DLVA : Proviridis et Transdev ouvrent la voie aux mobilités décarbonnées

TerritoiresAlpes-de-Haute-Provence Publié le , par

La première étape est franchie. Onze des soixante bus Trans'Agglo qui sillonnent l'agglomération Durance Luberon Verdon (DLVA) fonctionnent désormais au gaz naturel. Et le président de la communauté d'agglomération, Jean-Christophe Petrigny espère qu'ils rouleront au biogaz d'ici 2023, grâce à la construction d'un méthaniseur intercommunal. « Il devrait être édifié à Manosque, à côté du parc photovoltaïque de la Fito. Nous devrions générer 12 GWh/an en traitant 15 000 tonnes de déchets annuellement », indique le président de la DLVA.

En attendant, ce 7 juin, les entreprises Transdev et Proviridis ont coupé le ruban inaugural de leurs deux nouveaux investissements. Un dépôt à Haute qualité environnementale (HQE) pour le premier et une station multi-énergies V-Gas Bio GNV pour le second. Deux équipements séparés de seulement quelques centaines de mètres, installés en plein cœur de la zone industrielle de Saint-Maurice à Manosque, qui marquent le point de départ d'une nouvelle vision des mobilités pour l'agglomération.

Des investissements privés pour soutenir une politique publique

Le nouveau dépôt est terminé depuis novembre 2020, mais en raison des restrictions liées à la Covid-19, son inauguration a été reportée à ce 7 juin. (Crédit : H. Saveuse)

Lorsque qu'en juillet 2019, la DLVA choisit de créer un nouveau réseau de transport public, le Trans'Agglo, elle commande la construction d'un dépôt dédié à son réseau. Transdev, l'entreprise délégataire de service public, procède à sa construction. Elle exploitera le lieu jusqu'à sa rétrocession, prévue le 31 août 2025. Le bâtiment, dont les travaux se sont terminés il y a six mois, vient tout juste d'être inauguré. Il intègre un système de recyclage des eaux de lavage et la production d'énergie solaire via des panneaux photovoltaïques. Le bâtiment, doté de pompes à chaleur réversibles, accueille également un atelier aux normes ATEX, capable d'accueillir en toute sécurité les nouveaux véhicules au gaz. Coût de l'opération : un peu plus de 3 M€.

La station multi-énergies construite et exploité par Proviridis est en service depuis le 3 juin. (Crédit : H. Saveuse)

La station multi-énergie V-Gas Bio GNV de Proviridis (1,5 M€) a quant à elle été construite sur une parcelle de près de 3 000 m2 à un jet de pierre de ce nouveau dépôt. Elle permet le chargement simultané de quatre véhicules en gaz naturel comprimé mais aussi le rechargement de véhicules électriques via une borne ultra-rapide de 200 kW. En pratique, le gaz arrive à la station par le réseau « gaz de ville » sous une pression de 4 bars, il est ensuite compressé par deux compresseurs et stocké dans des buffers (250/300 bars) avant d'être consommé par l'utilisateur final grâce à des pistolets GNV1 ou GNV2. Si la DLVA sera probablement le premier client de cette nouvelle station, l'équipement devrait également alimenter les entreprises locales, notamment celle de transport Charbonnier, dont la flotte est déjà alimentée au gaz. Les particuliers pourront également s'y avitailler.

Si le lancement de nouvelles mobilités décarbonnées n'en est qu'à son début sur le périmètre de la DLVA, il pourrait bien faire tache d'huile. Jean-Christophe Petrigny espère bien créer des vocations à l'échelle départementale.


Lire aussi : Jean-Christophe Petrigny, président de la DLVA : « Aller vers la transition écologique est, à mon sens, un objectif ambitieux »


Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?