Fermer la publicité

Digne-les-Bains veut requalifier l'îlot Pied-de-Ville

Alpes-de-Haute-Provence Publié le - - Urbanisme

Digne-les-Bains veut requalifier l'îlot Pied-de-Ville
Cyrille de Villèle - La rue Curaterie entrerait dans le périmètre de l'étude.

La commune lance une étude de faisabilité pour une opération de Résorption de l'habitat insalubre irrémédiable (RHI) et de Traitement de l'habitat insalubre irrémédiable ou dangereux et des opérations de restauration immobilière (Thirori) sur le quartier Pied-de-Ville. Une étape essentielle vers un projet de reconquête du centre-ancien.

Le dispositif RHI-Thirori sera-t-il financièrement, juridiquement, techniquement et socialement adapté pour traiter le quartier Pied-de-Ville ? C'est ce que la commune de Digne-les-Bains cherche à savoir en lançant une étude faisabilité avant le lancement d'une éventuelle opération de Résorption de l'habitat insalubre irrémédiable (RHI) et de Traitement de l'habitat insalubre irrémédiable ou dangereux et des opérations de restauration Immobilière (Thirori) sur ce quartier du centre-ancien.

Cette étude permettra d'établir les diagnostics à l'échelle des immeubles concernés et les constats urbains de faisabilité au même titre que les contraintes et les servitudes avant d'établir une esquisse du projet d'aménagement. Il concernera principalement les rues du Four, de la Curaterie, la placette du Placet et la rampe du Rochas.

Traiter des bâtiments identifiés

Dans une précédente étude d'évaluation de l'OPAH-RU (Opération programmée d'amélioration de l'habitat-renouvellement urbain) datant de 2015, l'état préoccupant d'un groupe d'immeubles situé dans le secteur avait été mis en lumière. Cependant, l'imbrication des édifices avait rendu impossible le traitement par parcelle « toute intervention lourde sur un immeuble ayant nécessairement des impacts sur les mitoyens », précisait l'évaluation. Le traitement par « îlot » sensible serait cependant envisageable avec le recours aux dispositifs RHI-Thirori. L'objectif de la commune est donc de résorber l'habitat indigne en commençant par cet îlot, de créer une offre de logement de qualité dans un objectif de mixité sociale, de recréer une offre commerciale mais aussi de lancer une dynamique de requalification dans le quartier en modifiant son image pour remobiliser l'initiative privée.


Lire aussi : Digne-les-Bains : trois chantiers pour réaménager le centre-ville


Une étape intégrée dans le volet habitat du dispositif Action cœur de ville qui devrait mener vers un projet global de reconquête du centre-ancien puisque 300 logements occupés de ce secteur seraient potentiellement indignes.

Vers une reconquête du centre-ancien

En juin 2019, la ville de Digne-les-Bains et l'Agence nationale de l'habitat (Anah) ont signé une convention de partenariat dans le cadre d'un Programme d'intérêt général de lutte contre l'habitat indigne pour réamorcer la dynamique insufflée par l'OPAH-RU. Conclu pour les trois prochaines années (2019-2022), il prévoit la visite de 50 logements par an et la sortie de l'insalubrité de 14 logements diagnostiqués dans le parc privé sur un périmètre d'intervention de 80 rues du centre-ancien.




Hélène Saveuse
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer