AccueilBTPDigne-les-Bains : la Bléone aura un nouveau profil d’ici fin 2022

Digne-les-Bains : la Bléone aura un nouveau profil d’ici fin 2022

Le syndicat Mixte Asse Bléone (SMAB) exécute et coordonne actuellement trois chantiers dans le lit de la Bléone. Son unique objectif : prévenir le risque d’inondation et assurer la continuité écologique.
Digne-les-Bains : la Bléone aura un nouveau profil d’ici fin 2022
H. Saveuse - Le sabot au pied de la digue va être approfondi de 2 mètres.

BTPAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Le ciel couvert et les gouttes de pluie de ce début septembre n’ont pas entamé la détermination de Caroline Savoyat, la directrice du syndicat mixte Asse Bléone (SMAB). Comme tous les mardis matin dès 8 h 30, la jeune femme sillonne le lit de la Bléone. En compagnie des représentants des entreprises et des collectivités concernées, elle s’assure du bon déroulement des trois chantiers que le syndicat mixte a lancé dans le lit du cours d’eau dignois. Le premier d’entre eux, qui détermine la mise en place des deux autres opérations en aval, doit permettre d’araser complètement le seuil du pont des Chemins de fer de Provence. L’objectif étant d’atteindre un « profil en long cible » de la rivière qui permettra de gérer de manière intégrée les risques d’inondation en abaissant le niveau de graviers en amont et en augmentant le passage des crues, dont la fameuse crue centennale tant redoutée par la commune de Digne-les-Bains, voisine immédiate du cours d’eau. D’autre part, ces travaux menés pour le compte de Provence Alpes Agglomération permettront également de restaurer les continuités écologiques.

Travaux de renforcement de la digue

En pratique, après avoir dévié la rivière, le groupement d’entreprise Cosepi-Freyssinet et Minetto s’attèle actuellement à renforcer les piles du pont des chemins de fer de Provence. Les caissons construits sous pression, de type Triger, situés dans le lit de la rivière, nécessitent, du fait de leur grand âge, un renforcement qui sera réalisé en injectant du béton mais aussi via la pose de micro pieux. « Avant de baisser le seuil qui se trouve à quelques mètres de là, nous devons nous assurer que le pont soit renforcé. Lorsque le seuil de 3,5m va disparaître, les sédiments vont s’écouler plus vite entraînant avec eux les graviers. Le niveau de l’eau va également être abaissé, il ne faudrait pas que le pont parte avec », dédramatise avec humour la directrice du SMAB qui connaît bien l’enjeu de ses travaux. Elle poursuit : « Aujourd’hui, la pente du lit de la Bléone est irrégulière et inclinée 0,4%. Tout est bouché. Avec ces travaux nous espérons atteindre une pente constante de 0,8%, ce qui permettra notamment aux poissons de réinvestir certaines zones de la rivière ». Mais qui dit plus de pente, dit plus de puissance d’eau et donc plus d’érosion sur les bords du cours d’eau.

Il est déjà 10 h et la directrice du SMAB se dirige vers le second chantier situé à quelques centaines de mètres du premier, toujours dans le lit de la Bléone. Pour s’assurer de la pérennité et de la stabilité de la RN 85 qui passe en bordure de rivière, le SMAB mène, avec le même groupement d’entreprise, des travaux de renforcement de la digue, sous la houlette de la Dirmed (Direction interdépartementale des routes). « Les travaux que nous avons lancés pour abaisser le seuil vont impacter les berges, nous devons impérativement nous assurer que tout soit renforcé avant de le faire céder. Ici nous approfondissons le sabot de la digue historique de 2 mètres et nous viendrons enrocher ensuite ». Et cette vigilance s’applique sur l’ensemble du cours d’eau. Une heure plus tard, Caroline Savoyat est toujours dans le lit de la Bléone, en amont des travaux d’arasement, au niveau du pont de Beau De Rochas. « Là, nous renforçons les digues historiques, construites en domino qui ne jouent plus leur rôle initial. Le principe prévoyait que les blocs de béton [les dominos, NDLR] se rabattent en fonction du niveau de l’eau mais avec les racines des végétaux, les dominos ne descendent plus. L’abaissement du seuil que nous menons en aval va forcément impacter cette partie de la rivière. Nous sommes donc en train de consolider le bas de cette digue via un enrochement », précise Caroline Savoyat.

Une fin des travaux prévue pour fin 2022

Lancés en février 2020 et réalisés par phases successives, ces travaux, dont le montant est estimé à plus de 4M€ (financés à 98 % sur le montant TTC, voir encadré) sont une vraie bouffée d’oxygène pour les entreprises des travaux publics: «  Les collectivités sont en première ligne depuis la loi degestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations [Gémapi, NDLR] mais toutes ne réagissent pas avec le même dynamisme. Sur le secteur de la Bléone, nous ressentons un vrai engagement. C’est un volume de travail important pour nos entreprises », assure Stéphane Tron, en charge du renforcement des berges sur le chantier de la Dirmed. Même constat pour les entreprises Cosepi, Freyssinet et Minetto qui travaillent régulièrement et depuis plusieurs mois dans le lit de la Bléone. « Ce sont des chantiers qui se passent bien, où tout le monde travaille en bonne entente sur le long terme. Ils sont essentiels pour nos entreprises », confirme Philippe Piantoni, patron de la société Cosepi, mandataire du marché pour le groupement d’entreprise. La fin théorique de ces aménagements est prévue pour fin 2022, date à laquelle le contrat de rivière devra être renouvelé. Mais reste l’incertitude  liée à la météo qui peut considérablement rallonger les délais.

Les chantiers en chiffres 

  • Abaissement du seuil, travaux pont des Chemins de Fer de Provence et digue rive gauche :

Montant global de l’opération 3,2M€ subventionné à 98% par Union Européenne via le FEDER et par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée, Provence Alpes Agglomération (gestionnaire des digues) et la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (propriétaire du pont et gestionnaire du seuil)

  • Travaux de protection de la RN 85

Cout de l’opération : 634 274€ subventionné à 70% par l’Agence de l’eau et en partie autofinancée par la Dirmed.

  • Abaissement du seuil et digues domino Beau de Rochas :

Montant  de l’opération : 700 000€ (financé à 98% par l’Etat, l’Agence de l’eau) et Provence Alpes Agglomération à hauteur de 2%

 

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?