AccueilArchitectureDigne-les-Bains : 2,56 M€ pour réhabiliter le siège de la CPAM

Digne-les-Bains : 2,56 M€ pour réhabiliter le siège de la CPAM

Modularité et flexibilité sont les maîtres mots de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie pour la réhabilitation de son siège dignois. Une opération d’ampleur, estimée à 2,56 M€, qui devrait démarrer en septembre 2023.
La CPAM disposera de nouveaux locaux plus fonctionnels d’ici fin 2024.
H. Saveuse - La CPAM disposera de nouveaux locaux plus fonctionnels d’ici fin 2024.

ArchitectureAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Exit les locaux vétustes au confort spartiate, les problèmes d’infiltrations ou de chauffage aggravés par une mauvaise isolation, bonjour les bureaux confortables et modulables. D’ici fin 2024, les 164 salariés de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie travailleront dans de meilleures conditions. L’organisme de sécurité sociale veut réhabiliter ses locaux dès septembre 2023.

L’objectif : disposer d’équipements plus fonctionnels dans un bâtiment modulable, capable d’accompagner les changements organisationnels prévus dans les 5 à 10 ans à venir.

Des locaux plus confortables et plus fonctionnels

La CPAM, maître d’ouvrage, assistée dans la définition de ses attentes techniques par le Pôle inter-REgional de Compétences Immobilières Paca et Corse, souhaite réhabiliter les trois bâtiments qui composent son siège dignois. Un vaste édifice situé en plein centre-ville d’un peu plus de 2 700 m2 répartis sur 5 étages. En ligne de mire, une mise en conformité énergétique, sécuritaire, électrique, une accessibilité handicap et une restructuration globale de l’ensemble des locaux pour améliorer leurs fonctionnalités.

Dans le détail, l’organisme prévoit un réaménagement des services, une réfection des sanitaires, une mise aux normes des locaux techniques, une mise en sécurité et un rafraichissement des locaux logistiques ainsi qu’une réhabilitation de l’auvent d’entrée et des chéneaux périphériques, sans oublier une réfection de l’étanchéité et de la toiture dans les bâtiments A et B, dont la construction remonte respectivement à 1953 et 1965.

L'agence Carta-Reichen et Robert Associés au chevet du Centre Hélio-Marin de Vallauris

Le bâtiment B, devrait, en outre, faire l’objet d’un rafraichissement des locaux d’archives situés au sous-sol. De son côté, le bâtiment C, qui est pourtant le plus récent, puisqu’il a été bâti entre 1982 et 1985, concentre les plus gros des travaux. Une démolition de la partie est, avec reprise de la structure, est notamment envisagée, au même titre qu’une réfection des toitures et des façades sur l’ensemble des niveaux accompagnée d’ une restructuration intérieure tous corps d’état à partir du rez-de-chaussée jusqu’au niveau R+3.

L’opération « tiroir » devra être réalisée en site occupé. Les travaux du bâtiment A sont estimés à 580 000 € HT, ceux du bâtiment B atteindraient les 640 000 € HT et ceux du bâtiment C ont été évalués à 1,34 M€ HT, soit une enveloppe globale de 2,56 M € HT de travaux pour une surface totale projetée de 3 311 m² de surface utile brute, soit un ratio final de 773 euros HT/m2.

A noter qu’à l’extérieur une réfection du parking avec rénovation de la collecte des eaux pluviales et la sécurisation des locaux pour éviter les inondations du canal est également programmée.

Un bâtiment modulable

Outre une mise aux normes globale, la CPAM veut disposer de locaux répondant à une nouvelle organisation du travail, largement repensée pendant la crise sanitaire, sans perdre de vue l’anticipation de la baisse des effectifs d'ici cinq à dix ans. « En 2020-2021, 60 % des salariés ont opté pour le télétravail », explique le maître d’ouvrage qui souhaite adapter ses locaux à une nouvelle organisation plus flexible des services et à une éventuelle adaptation du nombre de postes de travail disponibles au nombre de salariés présents simultanément.

Manosque : Famille & Provence injecte 2 M€ pour réhabiliter le Clos des Aliziers

Dans une simulation des besoins qu’elle a réalisée, à l’horizon 2025, les besoins aboutirait à un ratio de 10,75 m2 de surface utile nette /agent, contre 12,32 m2 actuellement. Pour autant, la surface utile brute, en incluant notamment l’accueil, le réfectoire, les circulations, sanitaires et les locaux de stockages/archives, passerait à 3 311 m2, soit un surplus théorique de 580 m2 de surface utile brute par rapport à la superficie actuelle. La CPAM souhaite notamment créer des plateaux de travail traversants dotés de cloisonnement vitré modulaire.

Favoriser l’économie circulaire

Enfin, le maitre d’ouvrage souhaite inscrire son opération de démolition/réhabilitation dans une stratégie d’économie circulaire. Les objectifs fixés à la maitrise d’œuvre sont de « mettre en place une procédure de traçabilité renforcée de tous flux sortant du chantier jusqu’aux exutoires finaux » mais aussi d’étudier les possibilités de réemploi, de réutilisation par traitement in situ, ou l’utilisation de matériaux recyclés en veillant aux qualifications et assurances des fournisseurs pour la mise en œuvre.

Les candidatures des groupements de maîtrise d’œuvre sont attendues jusqu’au 20 mai 2022.

Les études d'avant-projet définitif seront validées fin 2022/début 2023 pour un démarrage des travaux prévu en septembre 2023. La réception des travaux est attendue fin 2024.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 septembre 2022

Journal du28 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?