AccueilUrbanismeDigne-les-Bains : 2,1 millions d'euros pour rendre son lustre d'antan au Top

Digne-les-Bains : 2,1 millions d'euros pour rendre son lustre d'antan au Top

L'association Potes of the Top souhaite transformer l'ancien cinéma dignois Le Top en salle de spectacle flexible, doublée d'un tiers-lieu culturel. Un projet esquissé par l'architecte Matthieu Poitevin, estimé à 2,1 M€.
Digne-les-Bains : 2,1 millions d'euros pour rendre son lustre d'antan au Top

UrbanismeAlpes-de-Haute-Provence Publié le ,

Les bobines sont encore sur les étagères et le projecteur prend la poussière. Dans les entrailles du cinéma Le Top, le temps est comme figé depuis 2002, date de la dernière séance. Convaincu de l'énorme potentiel du vaste bâtiment de 1 300 m2 de surface de plancher, le collectif Potes of the Top, réuni en association, veut de nouveau faire entrer cet ancien haut lieu culturel dignois dans la lumière. L'ex-théâtre devenu cinéma pourrait donc renaître à l'horizon 2023 à la faveur d'un vaste projet de réhabilitation.

« En 2016, nous avons racheté Le Top pour 25 000 € avec l'idée d'en faire un lieu de vie culturel. Nous imaginions le réhabiliter légèrement et puis l'investir. Mais la réalité des travaux nous a rattrapés et puis l'envie de créer un véritable espace, capable d'accueillir de grands artistes, nous a progressivement emmené vers le projet qui se dessine aujourd'hui », explique Sandrine Estève, membre du CA de l'association.

Elle poursuit : « L'objectif est double : offrir une nouvelle salle de spectacle mais aussi créer un tiers-lieu culturel, un espace de sociabilité alliant travail, créativité, entraide, formation, culture et inclusion sociale. »

Revenir aux sources du lieu

Dans son projet de réhabilitation, l'architecte marseillais Matthieu Poitevin* prévoit de créer une salle de concert de musique amplifiée modulable pouvant accueillir également du cinéma et du théâtre, avec une jauge de 1 500 spectateurs.

« Le projet s'organise autour d'une grande fosse.Au premier niveau, se développe l'espace d'accueil et le bar, la salle de concert avec ses gradins, des sanitaires publics et une partie de l'administration.Au second niveau, une première zone de circulation donne à voir directement sur la salle alors qu'une seconde abrite des sanitaires publics et une autre partie de l'administration. De ce niveau, se déploient les gradins jusqu'à celui inférieur pour une capacité variable, en fonction de ce qui est attendu dans la fosse (cinéma, théâtre ou concert...). Au troisième niveau, se trouve un espace de répétition ainsi qu'une seconde zone de balcon pouvant être intimisée par des rideaux sur câbles tendeurs en espace de stand-up, lecture. Trois logements avec cuisine partagée type colocation pour les artistes résidents lors de leurs prestations et des loges se trouveront en partie arrière de l'espace de répétition. Au quatrième et dernier niveau, un toit-terrasse rendu accessible au public ainsi qu'au restaurant [existant au rez-de-chaussée, NDLR] permettra de se prélasser en période estivale. L'ensemble de ces niveaux sera desservi par deux escaliers existants et un ascenseur que nous rapporterons dans le site depuis le rez-de-chaussée. Il sera accessible depuis la façade principale et permettra aux personnes à mobilité réduite d'accéder à l'ensemble des équipements », détaille le maître d'oeuvre marseillais.

A l'extérieur, la carapace du bâtiment resterait inchangée. « Seules des ouvertures seront bouchées pour des questions d'acoustique par rapport au voisinage. » Le projet permettra de « révéler la façade comme une lanterne, s'animant de nouvelles ouvertures et faisant apparaître la lumière du jour en intérieur la journée et la lumière des spectacles le soir ».

L'escalier principal sera valorisé par « une entrée majestueuse en retrait, laissant apparaître un espace généreux pouvant laisser imaginer des interventions artistiques, musicales, en période estivale. Un encadrement de cette entrée sera réalisé en peinture. La couleur rouge est privilégiée afin de signaler le lieu de manière forte », souligne Matthieu Poitevin.

Lieu emblématique de Digne-les-Bains le bâtiment aurait été construit au début du XXe siècle. (Crédit : H. Saveuse)

Un budget estimé à 2,1 M€

Le dossier de consultation des entreprises est prêt, le collectif, propriétaire des lieux, espère lancer la consultation d'ici la fin de l'été pour un démarrage des travaux début janvier 2022. Pour l'heure, Potes of the Top tente de boucler le budget estimé à 2,1 M€ HT. Elle a déjà obtenu l'accord de principe de l'Etat, de la commune de Digne-les-Bains et de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur mais pour mener a bien son projet elle compte sur le soutien de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) et du Conseil départemental des Alpes-de-Haute Provence. En attendant, elle appelle au mécénat en vendant notamment les 300 fauteuils de l'ancien cinéma.

Les études ont été menées par les cabinets d'études B52 (BET Fluides), Lamoureux-Ricciotti Ingénierie (études structures, génie civil), Marshall Day (BET Acoustique), R2M (économiste) et 5'5 (design).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?