Alpes-Maritimes

200 articles

Tempête Alex : les collectivités tirent le signal d'alarme

Tempête Alex : les collectivités tirent le signal d'alarme

Les prochains marchés de la reconstruction

Les nouveaux ponts bow string du département dans la Roya

« Nous allons lancer prochainement l'appel d'offres des deux ponts bow string d'Ambo et Caïros sur la RD 6204. Ce sont les premiers des quatre ouvrages d'art définitifs prévus dans le cadre de la remise en état de l'infrastructure », annonce Guillaume Chauvin, responsable de la Mission reconstruction de la Roya, au sein du conseil départemental 06. Ces deux ouvrages d'art métalliques, qui seront attribués en un seul marché, seront mis en service mi-2022. Suivront les consultations pour les ponts des 14 Arches et du Bourg-Neuf à Tende dont la mise en service est prévue fin 2022. Pour le pont du Bourg-Neuf, ce sera un ouvrage mixte, associant métal et béton.

Les travaux du Smiage

Le Smiage, l'opérateur du départemental de lutte contre les inondations, a lancé un marché à bons de commandes de près de 50 millions d'euros (consultation en cours) pour des travaux de protection hydraulique définitifs dans la Vésubie et la Roya. Ils sont divisés en deux lots d'importance similaire. Très mobilisé à la fois pour des travaux d'urgence (77 chantiers ont été menés) et des travaux futurs de protection, le Smiage va devoir investir 85 millions d'euros.

La remise en état des équipements touristiques

En plus du Vésubia Mountain Park, le Syndicat mixte de développement Vésubie Valdeblore travaille à la remise en état du Parc Alpha au Boréon qui devrait voir quatre loups réintroduits cet été. Coût total : 8 millions d'euros. Mais il y a aussi la reconstruction du plan d'eau de Roquebillière (2,3 millions d'euros, objectif été 2022). S'ajoutent des travaux sur les Thermes de Berthemont (300 000 euros), la reconstitution des sentiers de randonnée (4 millions d'euros).

L'Eco-Vallée garde le cap
Vallée de la Roya : coup d'accélérateur sur les travaux
Alpes-Maritimes : les dégâts de la tempête Alex vont dépasser 1,5 milliard d'euros

Alpes-Maritimes : les dégâts de la tempête Alex vont dépasser 1,5 milliard d'euros

Le BTP et les archi se mobilisent

« Dès le samedi 3 octobre, des entreprises de BTP du département ont apporté leur concours aux premières interventions des secours, dans le cadre de la procédure d'urgence impérieuse », rappellent Pierre Mario et Pierre-Paul Bernardi, respectivement président et vice-président de la section TP de la Fédération du BTP des Alpes-Maritimes. Certes ces interventions n'ont pas été faciles car des entreprises des vallées ont subi des dommages et ont été confrontées aux difficultés d'accès aux zones sinistrées. Mais avec l'appui de celles situées sur le littoral, le BTP a pu acheminer des engins pour participer aux premiers travaux d'urgence. « Nous prenons part au rétablissement des voies de communication et il y a aussi beaucoup d'interventions pour rétablir la fourniture d'eau potable, même avec des installations provisoires. C'est une priorité pour les habitants », ajoute Pierre-Paul Bernardi. Une réunion avec les principaux maîtres d'ouvrages du département vient de se tenir pour organiser la participation du BTP à ces travaux d'urgence puis aux travaux de reconstruction qui vont mobiliser tout le tissu d'entreprises des Alpes-Maritimes, compte tenu de leur ampleur.

De son côté, Conseil régional de l'ordre des architectes Provence-Alpes-Côte d'Azur (Croa Paca) s'associe à la fondation Architectes de l'urgence pour « proposer aux pouvoirs publics locaux une action d'aide aux sinistrés des zones affectées », annonce Arnaud Réaux. Le vice-président du Croa Paca veut également constituer un groupe d'architectes afin de « se tenir prêt à contribuer aux réflexions et aux actions qui seront initiées par les élus des Alpes-Maritimes » en lien avec le Syndicat des architectes de la Côte d'Azur, le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) 06 et la Maison de l'architecture de Cannes.

Nice : la Ville et la Métropole donnent un coup d'accélérateur au projet urbain

Nice : la Ville et la Métropole donnent un coup d'accélérateur au projet urbain

Un marché public global de performances pour Haliotis

La fin en 2021 du contrat d'exploitation et de maintenance (10 ans) de la station d'épuration Haliotis confié au groupe Suez va permettre une vaste modernisation et remise à niveau de la principale unité de traitement des eaux usées de la métropole. Et pour mener à bien celle-ci, la collectivité a prévu de lancer un marché public global de performance qui rassemble en une seule procédure, conception, réalisation, exploitation et maintenance.

L'enjeu est de la doter d'équipements de traitement encore plus performants, de mettre au point des process innovants concernant les micro-polluants et surtout de lui permettre de valoriser ses déchets en produisant de l'énergie. Sont concernées les boues (45 000 tonnes produites par an) qui pourront être utilisées pour la production de biogaz par méthanisation et l'utilisation des calories des eaux traitées pour faire fonctionner des réseaux thermiques. L'irrigation des espaces verts va également être développée. L'investissement est évalué entre 350 et 400 millions d'euros, financé par le budget annexe assainissement de la métropole et par des subventions. Début des travaux programmé en 2023.

Connexion
Mot de passe oublié ?