AccueilBTPDe la Banque de France au Carré du Palais

De la Banque de France au Carré du Palais

L'Hôtel Calvet de la Palun, ancienne Banque de France, est situé sur l'emplacement stratégique de la place du Palais des papes, qui attire chaque année plus de 600.000 visiteurs. Une réhabilitation est en cours pour lui donner une nouvelle vocation.
De la Banque de France au Carré du Palais
D.R. - Les travaux devraient terminer à l'été 2016.

BTPVaucluse Publié le ,

Telle une pièce de monnaie, le Carré du Palais, projet de réhabilitation de l'ancienne Banque de France porté par Inter Rhône, dévoile deux côtés. Côté pile : un porche monumental sur la place de l'Horloge ouvrira sur la cour intérieure qui desservira l'Ecole des vins du Rhône et le restaurant gastronomique, mais également quatre à six boutiques dédiées à de grands noms emblématiques de l'art de vivre en Provence. De la cour intérieure, on pourra aussi accéder au 2e étage et à une résidence de tourisme de prestige offrant cinq suites de charme. Côté face : la longue façade XVIIIe de l'ancien Hôtel Calvet de la Palun, place du Palais des papes, ouvrira sur l'espace œnotourisme et le bar à vins. Dans le sous-sol, des caves permettront de stocker 9.000 bouteilles dont 700 en démonstration.

Aux côtés d'Inter Rhône, représentant l'ensemble de la viticulture et du négoce des Côtes-du-Rhône et de la Vallée du Rhône, des investisseurs locaux assurent le développement de la résidence de tourisme, des boutiques et de la restauration gastronomique. Coût total de l'opération : 9 millions d'euros dont 7 millions d'euros de travaux et de foncier (4 millions d'euros de travaux, 3 millions d'euros de foncier) et 2 millions d'euros d'aménagement intérieur.

Fin du chantier : été 2016

« Le principal dans ce chantier est le respect de l'existant. Il faut redonner une âme à ce bâtiment, mais surtout conserver les lieux en l'état. Il faut purger pour assainir et non pour casser », raconte Jean-Marie Renaud, architecte.

Si l'ensemble du mobilier a fait l'objet d'une vente spécifique par la Banque de France au moment de son déménagement, Citadis (SEM* de l'agglomération d'Avignon et de Vaucluse), le dernier propriétaire, a revendu l'immeuble en l'état, sans avoir réalisé de transformation. Le premier volet des travaux consiste donc à démonter et déposer tous les vestiges de l'ancienne activité bancaire, prélude aux aménagements en copropriété commerciale : cloisons, vitres blindées, portes en acier renforcé, structures métalliques, gaines de ventilation, sanitaires. Près de 9 tonnes de verre blindé, 12 tonnes d'acier, 3 tonnes de gaines plastiques et 4 tonnes de bois ont déjà été évacuées vers les décharges. « On met tout à nu pour retrouver les vieilles constructions et pour se mettre aux normes incendies notamment », explique Jean-Marie Renaud.

Au total, ce sont 2.350 m2 qui vont être réhabilités.

« La particularité de ce chantier, c'est sa vocation commerciale avec des normes de sécurité et d'accessibilité très importantes. D'autant plus que nous dépendons de la Drac**, avec une tutelle des Bâtiments de France et un classement Unesco », précise l'architecte.

Différents matériaux sont utilisés pour ce chantier : des pierres, des bois, de la chaux et de l'acier. Vingt-et-un corps d'Etat différents se relayent sur ce chantier. Les travaux ont commencé il y a un an par la démolition et le gros œuvre. La fin du chantier est prévue pour l'été 2016.

* Société d'économie mixte.
** Direction régionale des affaires culturelles.

Retrouvez notre dossier consacré aux friches industrielles de la région dans le numéro 1114 de TPBM (parution le 27/01/2016). Cliquez ici pour vous abonner (20€/ans)

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?