Fermer la publicité

Daniel Spagnou, maire de Sisteron : "Les zones rurales n'ont jamais autant été mises à mal"

Alpes-de-Haute-Provence Publié le - - Territoires

Daniel Spagnou, maire de Sisteron : "Les zones rurales n'ont jamais autant été mises à mal"
H. Saveuse - Daniel Spagnou, lors de la manifestation des maires du 19 septembre 2015

Maire de Sisteron depuis 1983, président départemental de l'Association des maires de France, Daniel Spagnou (LR) est le chef de file des maires en colère des Alpes-de-Haute-Provence. Entretien.

TPBM : Selon vous, les 21 nouvelles mesures annoncées par le président de la République lors du dernier comité interministériel aux ruralités sont-elles à même de calmer la grogne des maires ruraux ?
Daniel Spagnou :
Absolument pas, pour être honnête elles me laissent dubitatif. Selon moi, il s’agit de mesures électoralistes. D’autant qu’il annonce des sommes d’argent importantes, bien que pas suffisantes, alors que l’on ne sait pas comment boucler le budget. L’ensemble de ces mesures ne va pas avoir d’effet. J’attends du gouvernement un plan Marshall sur l’investissement. Les communes rurales ont plein de projets, encore faut-il pouvoir les financer. Jusqu’ici nous avons eu le soutien de l’Etat. Aujourd’hui, entre la baisse des dotations globales de fonctionnement et les prélèvements aux collectivités, les zones rurales n’ont jamais autant été mises à mal, et je parle en connaissance de cause car je suis le doyen des maires des Alpes-de-Haute-Provence.

Alors bien sûr, il y a des bonnes idées, la simplification pour la gestion des bâtiments publics et les réglementations d’urbanisme, l’installation du haut débit, la création de bornes de recharge électrique tous les 50 km, mais ce que les élus attendent, c’est de pouvoir maintenir des services publics dans leur commune, de pouvoir investir. Je vous rappelle que dans notre département, près de 50% de l’activité des entreprises sont générés par l’investissement des collectivités (70% à l’échelle nationale). Les investissements ont déjà décliné de 12,1% en 2014, d’ici à 2017 une baisse - 25% est envisagée. Il faudra plus que 500 M€ pour arriver à inverser la tendance.

Quelles sont les urgences, selon vous ?
Pour que les communes puissent à nouveau investir, il faudrait une révision du plan d’économie. Il faudrait baisser les prélèvements aux collectivités. Sans compter la baisse des dotations globales de fonctionnement de 30%, qui ampute le budget d’investissement des communes, ou la réforme des rythmes scolaires, qui coûte, à titre d’exemple, 250.000 € à la commune de Sisteron. Nous souhaitons également un raccourcissement des délais de remboursement de la TVA acquittée. Un an, c’est encore trop long. Les procédures doivent également être simplifiées. Nous voulons également un arrêt immédiat du transfert de charges et de nouvelles normes et enfin, la mise en place d’un fonds territorial d’équipement pour soutenir l’investissement.

La manifestation restait la seule solution pour se faire entendre selon vous ?
Les maires en zones rurales lance un véritable appel de détresse, c’est tout de même la première fois sous la Ve République que les maires manifestent. La plupart du temps, ils doivent gérer les manifestations, mais aujourd’hui nous voulons dire : « Halte-là ! ». Et vous le savez, nous ne sommes pas les seuls impactés par cette situation. Les chambres consulaires (Chambre de commerce et d’industrie territoriale - CCIT -, Chambre d’agriculture - CA -, Chambre de métiers et de l’artisanat - CMA) et l’Union des entreprises du 04 se sont jointes à notre cause. Car des mairies qui n’investissent pas, ce sont des artisans, des entreprises et nos concitoyens qui paient les pots cassés.

Retrouvez l'intégralité de cette interview et de notre reportage dans le numéro 1097 de TPBM du 30 septembre 2015.




Hélène Saveuse
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer