Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Maire de Sisteron Daniel Spagnou : « 40% des maires du département disent ne pas vouloir se représenter »

le - - Territoires

Daniel Spagnou : « 40% des maires du département disent ne pas vouloir se représenter »
R. Morard - Le 19 octobre près de 200 maires seront réunis autour de Daniel Spagnou pour débattre des problématiques quotidiennes à l'occasion du congrès départemental des maires.

Face à la complexité des charges administratives et le manque de moyens, 40% des maires des Alpes-de-Haute-Provence pourraient ne pas se représenter aux prochaines élections. Maire de Sisteron depuis 1983, Daniel Spagnou est le plus ancien édile du département. En amont du congrès des maires des Alpes-de-Haute-Provence, qu'il préside, il nous livre sa vision de la situation.

TPBM : Quel bilan dressez-vous de le situation des maires dans le département ?
Daniel Spagnou :
Vingt maires ont d'ores et déjà jeté l'éponge alors qu'en temps normal nous avons entre quatre et cinq démissions sur la totalité de la durée du mandat. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, 40% des maires disent ne pas vouloir se représenter. Les plus petites communes sont évidemment les plus exposées. Les moyens ont baissé, les complications administratives vont crescendo. D'ailleurs lorsque l'on discute avec eux, la principale raison de leur découragement est la complexité des démarches administratives. Il faut bien garder en tête que dans certaines communes rurales, le maire n'a pas de secrétaire de mairie. Le dépouillement du courrier, c'est lui. Les demandes de subvention, c'est lui.

Quelles sont les solutions selon vous ?
Nous voulons un véritable plan Marshall pour la ruralité. Il faut aussi absolument arrêter de baisser les dotations car en agissant ainsi l'Etat tue la démocratie locale. C'est d'ailleurs ce que je dirai aux élus qui seront présents au congrès des maires des Alpes-de-Haute-Provence qui aura lieu le 19 octobre prochain à Manosque. Les zones rurales ont elles aussi besoin de projets structurants. Avant nous pouvions demander le soutien financier de plusieurs structures, aujourd'hui, seule la Région nous vient en aide.

La Dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) a pourtant augmenté depuis 2017.
La DETR permet de mener à leurs termes plusieurs petits projets mais elle ne compense pas une politique. Nous avons le sentiment que tout est fait pour que les communes disparaissent au profit des intercommunalités. Pourtant les 36 000 communes, et un peu moins aujourd'hui, sont une richesse.

Vous pensez que l'intercommunalité n'est pas le bon échelon ?
Je suis également président de la Communauté de Commune du Sisteronais-Buëch, je connais bien les enjeux de l'intercommunalité. Il y a de la solidarité entre toutes les communes mais nous refusons que les petites communes disparaissent.

Retrouvez notre dossier spécial sur Sisteron et les projets de la commune dans le n° 1255 de TPBM. Cliquez ici pour plus de renseignements sur nos offres d'abonnement (à partir de 20€/an).



Hélène Saveuse
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer