AccueilBTPCrise en Ukraine : le BTP des Hautes-Alpes fragilisé

Crise en Ukraine : le BTP des Hautes-Alpes fragilisé

Le président du BTP des Hautes-Alpes, Nicolas Chabrand, a tiré la sonnette d'alarme. La hausse des prix de l'énergie et des matières premières, aggravée par l'invasion russe en Ukraine, pourrait conduire à des premiers dépôts de bilan d'entreprises.
Nicolas Chabrand a tiré la sonnette d'alarme : « L'inquiétude des chefs d'entreprises grandit face à la situation très préoccupante du conflit russo-ukrainien et de ses conséquences sur notre activité. »
A. Baradat - Nicolas Chabrand a tiré la sonnette d'alarme : « L'inquiétude des chefs d'entreprises grandit face à la situation très préoccupante du conflit russo-ukrainien et de ses conséquences sur notre activité. »

BTPHautes-Alpes Publié le ,

« Tout va extrêmement vite », observait Nicolas Chabrand, président de la Fédération du BTP des Hautes-Alpes (BTP 05), lors d'une conférence de presse tenue le mardi 15 mars à Gap. « L'inquiétude des chefs d'entreprisegrandit face à la situation très préoccupante du conflit russo-ukrainien et de ses conséquences sur notre activité », a-t-il ajouté. Le secteur du bâtiment et des travaux publics haut-alpin avait tenu le choc face à la crise de la Covid. « Le plan de relance conjugué à une efficace mobilisation des moyens avaient permis de préserver les carnets de commandes » a indiqué Nicolas Chabrand, en rappelant les 715 M€ de chiffres d'affaires du secteur enregistrés en 2020 suivis des 860 M€ de 2021.

Le BTP des Hautes-Alpes anticipe l'habitat de demain

Déjà impacté par la hausse de l'énergie, gaz et électricité, et celle du coût des matériaux, le secteur bâtiment et travaux publics du département a subi de plein fouet les incidences mécaniques de la guerre en Ukraine en termes de coût de l'énergie et de pénurie de matériaux. « Le conflit a tout accéléré. L'acier et les tuiles ont augmenté de 40 % en un mois et demi ainsi que le gasoil », a déploré le chef d'entreprise. « Nous sommes dans un contexte inflationniste, spéculatif et dans une filière interdépendante, a-t-il regretté, l'acier produit en Russie et en Ukraine n'arrive plus dans les entreprises italiennes et espagnoles. »

Mise en œuvre de la théorie de l'imprévision

Le mélèze de construction produit à 80 % par la Russie est en rupture d'approvisionnement ainsi que l'argile de carrelage provenant des pays de l'Est et particulièrement de l'Ukraine. Face aux incertitudes liées à l'enlisement du conflit, Nicolas Chabrand redoute le spectre, aujourd'hui prégnant, de dépôts de bilan des entreprises du bâtiment et des travaux publics.

Le président du BTP 05 a adressé le lundi 14 mars dernier une lettre à Martine Clavel, préfète des Hautes-Alpes. Le patron de la fédération a décrit les difficultés des entrepreneurs, l'interdépendance des activités et les dangers objectifs qui pèsent aujourd'hui sur les entreprises du département et sur les salariés. « Il faut mettre en œuvre la théorie de l'imprévision autant que de besoin », a-t-il réclamé. Concrètement, la fédération du BTP 05 demande une mesure transitoire de baisse du taux de TVA sur les carburants. Elle souhaite un gel des prix de l'énergie et des carburants. Enfin, elle préconise la mise en œuvre de la théorie de l'imprévision, pour les marchés publics et privés, afin d'imposer une renégociation des prix le temps du conflit. « L'ensemble de la filière doit être raisonnable et trouver des solutions. Nous préconisons que les maîtres d'ouvrage soient à l'écoute des entreprises afin de partager les surcoûts liés à la crise », a conclu le président de la Fédération du BTP 05.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 14 septembre 2022

Journal du14 septembre 2022

Journal du 07 septembre 2022

Journal du07 septembre 2022

Journal du 31 août 2022

Journal du31 août 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?