Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

Crash de l'A320 : les autorités locales en première ligne

le - - Territoires

Crash de l'A320 : les autorités locales en première ligne

Trois semaines aprés le crash de l'A320 de la Germanwings, les élus concernés, les services de secours et la préfecture expliquent comment ils se sont mobilisés pour répondre à une catastrophe aérienne hors-norme.

Plutôt habitués à accueillir des touristes à cette période de l’année, les élus des communes du Vernet et de Seyne-les-Alpes, distantes d’une poignée de kilomètres, ont dû faire face à une situation de crise d’envergure internationale quand, mardi 24 mars en fin de matinée, l’Airbus A320-211 de la compagnie Germanwings s’abîme sur le massif de l’Estrop entraînant la disparition de 150 personnes de 18 nationalités différentes.

Aussitôt, les moyens de secours sont mobilisés et le parquet de Marseille est saisi de l'enquête.

TPBM revient sur cette catastrophe hors norme, en expliquant comment les collectivités territoriales concernées et les services de l’Etat ont réagi. Nous leur avons donné la parole :

Les élus témoignent :

  • Francis Hermitte, maire de Seyne-les-Alpes :

"Sur nos communes, nous n’avions jamais connu une telle situation bien évidemment et nous n’avions pas non plus effectué d’exercice. Donc je dirai que nous avons fait de notre mieux en notre âme et conscience. Nous essayions de nous adapter à une situation qui changeait d’heure en heure dans les premiers moments de la catastrophe".

"Je dirai que la partie émotionnelle est la plus difficile à gérer, mais nous n’avons pas fini et il faudra bientôt nous organiser pour gérer le tourisme de catastrophe que ce type d’événement induit".

  • François Balique, maire de Vernet :

"Nous avons très vite compris que plus rien ne serait comme avant. Le sentier des braconniers qui ressemblait plus à un chemin de chèvre est en passe de devenir une piste sécurisée pour les agents qui s’occupent de l’identification, et la vallée de Pied Fourcha va connaître une activité humaine comme cela fait bien longtemps qu’elle ne l’a pas connue."

  • Christophe Castaner, député du 04 et maire de Forcalquier :

"Sur le début de la cellule de crise il y a eu la prise en charge de l’état mais elle a bien fonctionnée car les élus locaux avaient la connaissance du terrain. Ensuite, une incroyable mobilisation citoyenne s’est mise en place. Si bien qu’un grand nombre de familles de victimes ont été accueillis par des habitants de la Vallée. Je suis persuadé que le succès de la gestion d’une situation comme celle-ci repose sur une collaboration réussie, sur la mutualisation des compétences de chacun".

Intervention hors normes pour les services officiels

  • Colonel Emmanuel Clavaud, Directeur du SDIS 04 :

"Le centre opérationnel a été alerté par le contrôleur aérien qu’un avion n’apparaissait plus sur leur radar ; dans le même temps, nous avons un témoin qui dit avoir entendu un bruit sourd. Très vite, nous mettons en place une reconnaissance des lieux par hélicoptère. Le médecin-chef Petit Jean, avec le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM), arrive sur zone et constate l’étendue de la catastrophe.
Parallèlement, nous engageons une montée en puissance. Nous partons sur un premier dimensionnement. En 15 minutes, 450 sapeurs-pompiers de tout Paca sont mobilisés, dont 250 du département parmi lesquels 90% sont bénévoles. Une fois le point d’impact identifié, un médecin est treuillé sur zone
".

  • Patricia Willaert, préfete des Alpes-de-Haute-Provence :

"L’Etat a mis un grand nombre de moyens en place pour soutenir les communes dès les premiers instants, mais nous saluons l’incroyable solidarité qui s’est mise en place localement".

  • Bernard Cazeneuve, Ministre de l'intérieur :

Le Ministre de l'intérieur s'est déplacé vendredi 3 avril à Seyne-les-Alpes pour remercier les services de secours, les élus et la population.

"Dès les premières heures du drame, les habitants ont proposé leur aide et leur solidarité. Plus de 2.000 offres d'hébergement ont été recensées, et une cinquantaine de familles ont pu être hébergées. Tous ces gestes simples voulaient dire beaucoup en ces circonstances".

"Je tiens à saluer les habitants des communes touchées, les bénévoles des associations qui proposent leur aide, les interprètes, les gendarmes qui doivent travailler dans des conditions très compliquées. Les élus locaux qui ont su être mobilisés dès le début de la crise".

Retrouvez dans TPBM numéro 1072, daté du 8 avril, notre dossier complet de huit pages, réalisé par notre journaliste Hélène Saveuse.




Frédéric DELMONTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer