AccueilEconomieConstruire sans clim et avec le climat

Construire sans clim et avec le climat

Reconnaissance pour l'association régionale Envirobat BDM chargée de l'organisation du 5e Congrès national du bâtiment durable, dans la cité phocéenne, à la Villa Méditerranée, du 14 au 16 septembre, sur le thème : "Vivre avec les climats : de la canicule aux grands froids".
Construire sans clim et avec le climat
DR

Economie Publié le ,

Un congrès en guise de récompense avant de tirer sa révérence et de s’en aller, à pied, sur les chemins de Compostelle… Jeune retraité, Daniel Fauré, le José Bové (pour le port de la moustache) de la construction durable, précurseur en la matière et pilier de l’association Envirobat BDM (Bâtiments durables méditerranéens), quittera en effet, à l’issue de ce sommet phocéen, ses fonctions de délégué général au sein de celle-ci (tout en restant bénévole). En tant que co-président du comité scientifique, il revient sur l’événement à venir qui débutera en présence de la ministre du Logement et de l’habitat durable, Emmanuelle Cosse.

TPBM : L'association Envirobat BDM s’est vu confier l’organisation à Marseille, dans quelques jours, du congrès national du bâtiment durable. Vous devez être particulièrement satisfait…
Daniel Fauré : C’est en quelque sorte une consécration, en effet. Et le juste fruit de notre travail. A un peu plus de trois semaines de son ouverture, nous enregistrons déjà 300 participants et tablons sur quelque 400. C’est de ce point de vue d’ores et déjà un succès. Il faut dire aussi que grâce aux subventions obtenues, c’est un tarif assez rare, pour ce type de manifestation professionnelle, de 180 euros pour les trois jours de congrès à Marseille, qui a pu être proposé.

La thématique abordée, l’adaptation au changement climatique, est également particulièrement d’actualité et on ne peut plus sérieuse. Après la COP 21 et à l’heure du réchauffement, il faut plus que jamais réduire les gaz à effet de serre et pour cela, il va falloir en particulier apprendre à construire de façon à garantir le confort thermique tout en favorisant une faible consommation d’énergie. C’est là tout l’enjeu de cet événement !

Mais ne savons-nous pas déjà comment faire ?
Le savoir est une chose, le faire une autre. Sur les 700 bâtiments qui dans la région ont suivi pour leur réalisation la démarche BDM, si c’est en majorité un énorme gain de ce point de vue, il y a eu aussi des ratés. Et puis, selon les années, les constructions estampillées BDM ne représentent que de 3 à 7 % de la production, pourcentage encore bien trop faible. Le confort thermique, acoustique, visuel, n’est malheureusement pas encore totalement ancré dans les normes. J’ai encore vu il n’y pas si longtemps dans la cité phocéenne une école orientée sud-sud-ouest sans aucun brise-soleil ou système d’occultation. Nous avons parfois perdu des habitudes, de bon sens, d’orientation… que nous devons retrouver. Tous les exemples de réalisations sans clim ou presque qui seront présentés au cours des nombreux ateliers, tables rondes et visites qui auront lieu dans ce cadre, devront notamment y contribuer.

Le label Bâtiments durables méditerranéens, qui vous doit beaucoup, est-il exportable au-delà des « frontières » méditerranéennes ?
Si nous sommes précurseurs, Paris nous a déjà emboîté le pas. Une association avec laquelle nous collaborons étroitement lance ainsi sa propre démarche BDF, Bâtiments durables franciliens, et a notamment repris nos thématiques. Languedoc-Roussillon va par ailleurs se rapprocher de Midi-Pyrénées dans le même ordre d’idée et des demandes dans ce sens se font jour à l’ouest, en Bretagne et en Aquitaine. Oui, on peut dire que petit à petit, la démarche fait tâche d’huile et c’est également là une belle satisfaction.

Lire l'article consacré à ce 5e Congrès national du bâtiment durable dans son intégralité dans le numéro 1146 de TPBM paru le 07/09/2016.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?