Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

habitat dégradé CDC Habitat et la Métropole AMP signent une convention pour agir en urgence sur 6 copropriétés

Bouches-du-Rhône Publié le - - Territoires

CDC Habitat et la Métropole AMP signent une convention pour agir en urgence sur 6 copropriétés
W. Allaire - Cette convention s'inscrit dans la stratégie territoriale de lutte contre l'habitat indigne et dégradé instiguée par AMP

CDC Habitat va intervenir de manière anticipée sur six copropriétés en déshérence de l'aire métropolitaine marseillaise : cinq sites dans Marseille et un à Berre l'Etang. Une intervention anticipée gravée dans le marbre d'une convention paraphée ce 3 octobre par André Yché, le présisent de CDC Habitat) et Martine Vassal, la présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Ce 3 octobre, Martine Vassal, présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence et André Yché, président du directoire de CDC Habitat ont signé une convention de portage immobilier et foncier pour une intervention triennale (reconductible sur dix ans au maximum) ciblée sur six copropriétés dégradées de l'aire métropolitaine. Cette convention s'inscrit dans la stratégie territoriale de lutte contre l'habitat indigne et dégradé instiguée par AMP le 28 novembre 2018, au lendemain du drame de la rue d'Aubagne. « Il s'agit de lutter encore plus vite et plus fort contre l'habitat indigne », a lancé Martine Vassal.


A relire : Marseille : la vieille dame (de l'habitat) indigne


Concrètement, la nouvelle structure de portage mise en place par CDC Habitat pour intervenir sur les copropriétés en souffrance va acquérir 210 lots dans six copropriétés en déshérence. Cinq sites à Marseille : le Parc Corot, 13e (80 lots), le Parc Bellevue, 3e (30 lots), La Maurelette, 15e (30 lots), Le Grand Mail, 14e (40 lots), l'Est Marseillais, 10e (10 lots) et la copropriété La Mariélie à Berre l'Etang (20 lots).

« Il s'agit d'intervenir de manière anticipée sans attendre le lancement de concessions d'aménagement. On achètera des lots afin d'être en mesure d'engager le plus rapidement possible des opérations de réhabilitation ou de démolition-reconstruction », a précisé André Yché.

13 M€ pour acheter 210 lots

Dans ce cadre, le bailleur a prévu d'investir 13 millions d'euros pour assurer le portage des ces unités d'habitation, puis les rétrocèdera aux opérateurs titulaires des concessions d'aménagement qui seront chargés de mettre en oeuvre les plans de sauvegarde lancés par la collectivité. Des missions de longue haleine dont CDC Habitat compte évidemment assurer le pilotage à terme, a indiqué son président. D'ores et déjà, le bailleur est entré en action avec une quarantaine de lots en cours d'acquisition sur les six sites.

L'accord engage également ses signataires à assurer le relogement de tous les locataires ou propriétaires « dont les logements sont trop dégradés pour être renouvelés en milieu occupé ». Pour redresser ces copropriétés, CDC Habitat devra également participer à la résorption de la dette des copropriétaires et à l'assainissement des comptes de gestion.

« Sans l'aide des investisseurs institutionnels, on n'arrivera pas à sortir ces copropriétés de l'ornière », a affirmé André Yché, inquiet de « voir certains quartiers livrés à l'appétit des spéculateurs appâtés par des opérations de défiscalisation ». Une dérive qui porte en elle « les germes de dégradation de ces ensembles résidentiels » produits avec pour seule ambition le rendement financier.

Face à cette évolution, le président de CDC Habitat en appelle à une mobilisation des bailleurs sociaux : « Nous ne sommes plus de simples logeurs. Il faut être capable de prendre en charge des opérations complexes sur le temps long en réalisant des opérations mixtes regroupant toute la palette de l'offre : accession libre, logement locatif intermédiaire, accession sociale et logement locatif social ». Des missions plus proches de celle d'un aménageur que d'un simple bailleur. Et le dirigeant d'en appeler « à une évolution des modes de financement de ce type d'opérations » afin de permettre aux organismes de s'engager avec efficacité dans cette lutte acharnée contre l'habitat dégradé.

« Sport de combat »

« La lutte contre les copropriétés dégradées est un sport de combat. Cela prend souvent quinze ou vingt ans », a résumé Arnaud Cursente, le futur directeur de la structure de portage de CDC Habitat. Voire plus : à Marseille, la copropriété du Parc Bellevue est l'objet d'un plan de sauvegarde depuis près de deux décennies. Et en dépit des travaux réalisés, elle n'est toujours pas sortie de l'ornière dans laquelle l'avait plongée les marchands de sommeil. Et la misère incommensurable de ses habitants, une majorité de familles d'origine comorienne dont les ressources n'évoluent pas au gré des ravalements de façades...




William Allaire
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

TPBM Semaine Provence Journal d'annonces légales et d'informations locales, économiques et judiciaires en PACA

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer